AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Des yeux verts noyés de cheveux roux....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 27
Mes RPs : Lewis
Leith
Nola
Eliza
Fan Club RP : 11

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Des yeux verts noyés de cheveux roux....   Ven 24 Juin 2011 - 19:30

Deidre ferma la porte de son appartement en chantonnant, puis descendit rapidement le palier qui menait à l'ascenceur. Encore une journée intéressante : la matinée avec monsieur Wagner père... Et l'après midi avec sa charmante fille. Elle eut un sourire. Quelle famille charmante : Mélissa essayait d'extorquer à son "vieux" tout ce qu'elle pouvait de pouvoir sur les entreprises familiales... Et le "vieux" en question, moitié moins couillon qu'il voulait le laisser croire, la faisait marcher. Courir même. ... Mais, tout de même, laisser Mélissa jouer avec ces idées d'élimination... La rousse fit la moue. Ce ne serait guère... sport. Il allait falloir convaincre en douceur la jeune femme de changer d'idée. Monsieur Wagner était, de une un bien meilleur placement, de deux une source d'informations largement plus intéressante et de trois... *Grand sourire* un homme absolument charmant. Non non non.

Elle sortit de l'immeuble, et alluma sans se presser une cigarette fine, au filtre cerclé d'un trait d'or. Le tabac nuisant à l'haleine et à la blancheur des dents, elle ne se permettait que cette unique entorse à son "régime" particulier.... ce qui la rendait d'autant plus délicieuse.

Après un sourire gracieux au portier qui le lui rendit au centuple *tout petit, microscopique afflux de plaisir dans son implant, ni vu ni connu*, elle sortit et fit, à pieds, les quelque cent mètres la séparant de son lieu de travail.

*
**
A peine entrée, la jeune femme ouvrit les stores en grand, laissant la lumière illuminer à flot l'appartement où elle exerçait.
Oui, son art nécessitait un appartement entier, les demandes de ses clients étant extrêmement variées, mais généralement plutôt concrètes.

Monsieur Wagner venait pour le thé, les scones, la conversation... et l'illusion qu'elle aurait pu être sa fille. Généralement les séances avaient donc lieu dans le salon, la cuisine, parfois la salle de bains... Il était arrivé qu'il ait envie de... plus d'action -après tout n'était il pas un homme ?- mais elle avait réussi à le convaincre sans trop de souci d'aller voir une de ses consoeurs, car cela nuirait, avait-elle dit, à leur si grande complicité. L'homme n'avait résisté que quelques instants à son air contrit mais résolu avant de l'attirer à lui et de l'embrasser sur les deux joues, l'assurant que cela ne se reproduirait plus. Un peu d'envie d'inceste refoulée ? Elle avait rangé cela dans le dossier "Wagner" , d'où elle le ressortirait... ou pas.

Elle alla se changer dans sa chambre, posant les vêtements simples qu'elle portait en général pour porter sa tenue de travail : ce jour là, une robe légère de soir verte, mettant en valeur ses yeux, et demeura nu pieds, le parquet en imitation bois étant aussi tiède que l'original, puis alla préparer le thé. De l'Earl Grey. C'était son préféré. Et elle, elle l'aimait bien aussi.

*
**

Elle finissait juste de terminer la préparation de son plateau à thé que son carillon -celui de Big Ben- résonnait. Toujours à l'heure. Elle rectifia machinalement sa coiffure en allant ouvrir.
Le vieil homme derrière la porte était guindé, comme d'habitude.... jusqu'à ce que la jeune femme lui sourie et lui tende les deux mains, et qu'il ne puisse s'empêcher de lui sourire à son tour.

- Ma chère Deidre, vous êtes, comme toujours, resplendissante ! tonna l'homme en l'attirant à lui et en l'embrassant familièrement sur les joues.
- Et vous, vous êtes trop gentil. Entrez, répondit la délicate jeune femme en refermant la porte sur eux.

*
**

Quelques heures plus tard, c'est un Monsieur Wagner à l'air doucement souriant qui quitta l'appartement de la jeune femme, laissant celle ci ranger les cd de musique planante l'aidant lors de ses séances, ainsi que les reliefs de leur thé. Elle eut un lent sourire froid. Son client l'avait recommendée à un de ses amis... dont le nom était synonyme de puissance. Plus d'argent... plus d'informations... Plus de pouvoir.
Bien.

Il fallait maintenant se préparer pour sortir avec Mélissa, son statut de meilleure amie / confidente / amante potentielle ne lui laissant pas le choix : il ne fallait pas être en retard.

(Je postule donc chez les Valkyries. Le pouvoir de Deidre est l'Amour. Il nécessite plusieurs séances avant de devenir vraiment effectif, mais quand elle vous sourit, une fois que vous êtes ferré, elle est à la fois votre amie, votre mère, votre amour et votre dieu. Il devient donc évidemment difficile de ne pas lui faire confiance ou de ne pas lui confier vos secrets. On peut noter que l'effet perdure : les gens qu'elle a "apprivoisés" lui seront durablement très favorables, sauf si on leur prouve qu'elle a tenté de leur nuire.)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des yeux verts noyés de cheveux roux....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Présentation de personnage :: Personnages disparus-
Sauter vers: