AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Le Silence S'abat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 33
Mes RPs : http://novlangue2040.forums-rpg.com/t1673-silence-sur-les-ondes#57375
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Le Silence S'abat   Sam 30 Juil 2011 - 4:33

Sans les masses, le chef n'existe pas.




Lettre ouverte aux Insurgés



30 Juillet 20XX


" Vous voulez savoir qui je suis ? Je ne suis qu'une goutte de plus dans cet océan pollué par votre joug nauséabond et dont la puanteur se répand depuis trop longtemps. Je ne suis qu'un outil prêt à se fracasser contre votre système implanté dans la tête de ceux qui ne sont plus maitre d'eux-mêmes. Je ne suis qu'un instrument, comme tout le monde ici. La seule chose qui me différencie de la masse, c'est que je suis libre de dire que deux et deux font quatre. "

Voilà les mots que je prononcerai quand la nouvelle ère adviendra. Une phrase lourde de sens, qui pour l'instant n'est qu'une utopie. Rêver d'un monde libre, sans guerre, où chacun est maître de ses actions. Tu parles. Une connerie de plus, comme si la terre n'en était pas déjà remplie. Heureusement, les dirigeants peuvent se réjouir ! Oui, trinquez, messieurs, car la pauvre merde que je suis est déterminée à livrer bataille. Réjouissez-vous, car vous aurez tout le plaisir de briser mes os et faire fondre ma chaire quand vous m'aurez attraper. Mais attraper un fantôme n'est pas facile. Je suis monsieur tout le monde. Un paria capable de revêtir des vingtaines d'identités. La mienne a disparue en même temps que ma mère, depuis que je l'ai abattu pour fuir l'asservissement. Le son de la détonation et le bruit du crâne de ma génitrice se déformant résonne encore dans ma tête, alors que j'écris ces mots. Ce cri... Je n'avais que douze ans, mais je n'avais pas d'autres choix. Je suis un assassin, mais je suis innocent, comme tout le monde à Novlangue City...

C'est drôle, en évoquant mon enfance, je me souviens que ma mère faisait pourtant tout pour me protéger du End Vice, elle qui avait elle-même conservée ses facultés intellectuelles. Elle me liguait contre le gouvernement, elle qui était ancienne orthodoxe, et pour me motiver me racontait le monde d'avant, celui du "libre-parlé" comme elle l'aimait l'appeler. Mais je n'essaie pas de m'attirer de la putain de compassion, alors j'en viens au fait. La police de la pensée l'a attrapée. C'était soit la mort, soit la puce. Elle a choisi la mort de son libre arbitre à celui de sa mort physique. Je n'étais même pas déclaré sur les registres tant elle croyait en ses convictions, et c'est pour ça que, en l'attendant comme d'habitude à la maison ( maison qui n'était qu'un amoncellement de tôles et de rouilles ) je fus surpris. Surpris par ce qu'un homme peut faire. Quand j'ai compris qu'elle était pucée, je n'ai pas hésité un seul instant. Je l'ai abattu. Ca n'était plus ma mère. Je n'étais plus son fils. Je n'existais plus.

Maintenant, je pourrai passer des heures à descendre le système et à citer ses exactions, mais ça ne serait que trop fastidieux. Non, et puis, je dois tirer un coup d'ici quelques minutes. Alors écoutez-moi bien, messieurs. Je veux bien mener la guerre contre le système et tous les asservis. Mais ce sera une guerre silencieuse. Elle ne se fera pas avec des balles, mais avec des mots. Alors, sachez que désormais, fort de mes expériences passées et de mes connaissances, je me propose. Je serai votre arme mentale.

Je suis le Silence. Mon nom est inutile, il n'a plus le moindre sens. Pas plus que mon prénom. Rien ne me distingue de la masse, si ce n'est mon aptitude à penser. Je ne suis qu'un homme. J'aime la bouffe, l'alcool, la baise, l'argent. Je ne suis qu'un homme... mais c'est une denrée rare, à notre époque. Et derrière chaque corps que j'abattrai, derrière chaque acte que j’accomplirai, derrière chaque révolution, mon écho se propagera. Une onde silencieuse.

Craignez moi.




Silence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Silence S'abat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Présentation de personnage :: Personnages disparus-
Sauter vers: