AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Balade sur un banc public

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Masculin
Age : 87
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Balade sur un banc public   Ven 7 Mai 2010 - 10:17

Papy Arlbert. 80 ans au bas mot, la langue bien pendue. C’est qu’il en a vu des saloperies dans sa chienne de vie. Des chiennes aussi, il en a connue, par devant et par derrière. Un vrai cochon de salopiaud, le Papy Arlbert. Oh oui, il en vécu des histoires, des pires et des meilleures, de sales histoires avec des sales gens, des gens qu’ils croyaient comme il faut. C’est comme ça qu’on disait, avant.
Avant… quand il était encore jeune et sans histoire, qu’il remettait le couvert cinq fois de suite. C’est ce qu’il dit l’Arlbert. Comme tous les vieux, il est vantard. Mais on dira respectueusement, qu’il a oublié et que le temps aidant, il a perdu la mesure des choses. Il a plus toute sa tête, diront certains. Un vieux con, oui ! Dises les plus vivaces. Au fond, c’est un vieux comme beaucoup de vieux, un qui connaît la vie parce que la vie ne lui a pas fait de cadeau. Un vieux comme on en trouve partout autour des terrains de boules ou aux terrasses des bistrots. Ils bavassent en se jetant des verres sur le gosier. Ils ressassent et regardent la jeunesse avec un certain mépris, mais derrière cette façade pas très aimable, se cache des nostalgies et des secrets inavoués, des rancœurs indigestes que le temps n’a pas su effacer.

C’est ainsi, en ce jour ordinaire, un jour comme tant d’autres, un qui suit l’autre, un qui chasse celui d’hier et qui ressemble à celui de demain, que Papy Arlbert prend sa canne, sa casquette qu’il enfonce jusqu’aux oreilles, et qu’il jure en regardant le portrait de sa Germaine, morte il y a quelques années, pour enfin quitter son vieil appartement et rejoindre son vieux copain de toujours, l’Yvan.

"Boldel de melde !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Masculin
Age : 87
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Balade sur un banc public   Ven 7 Mai 2010 - 23:22

L’Yvan, c’est le plus vieil ami d’Arlbert, dans ce tas de vieilleries. Une vielle amitié, un vieux truc de plus comme un tas de bouquins entassés derrière la vitre d’une armoire mitée. L’amitié, ça peut se résumer comme ça, un tas de vieux trucs qu’on planque derrière une vitre. Et ces deux là, des vieux trucs derrière la vitre, ils en ont un sacré paquet à partager, parce que l’amitié, derrière la vitre, c’est ça aussi, le partage. Des vertes et des pas mures, des histoires qui font pas plaisir à se souvenir, non, des vielles histoires vécues cote à cote comme un vieux couple de vieux garçons. C’est un peu ça aussi, L’Yvan et l’Arlbert. Oh, ça veut pas dire qu’ils sont des vieux garçons, ça non. Vieux oui, aujourd’hui et depuis déjà pas mal d’années, mais on poussera pas mémère par-dessus bord en disant que de la cuisse, ils en ont écarté ces deux saligauds, chacun son tour et parfois les deux à bouftailler le même cuisseau.
Ouais, L’Yvan et l’Arlbert, ça date pas d’hier, et aujourd’hui, ils vont se retrouver sur un banc public, à se raconter des vieilles histoires sorties de derrière la vitre, dans le vieux burlingue mité.

L’arlbert, il boite comme un chien cabossé. Une patte coincée dans les dents d’un foutue caniveau, un soir de bringue. Bourré comme un tuyau de poêle, qu’il était l’Arlbert. Sa quille a fait un grand crack. Il s’est foutu la gueule dans le ruisseau des poivrots. On l’a retrouvé au petit matin, aussi frais que les papiers froissés qui flottaient le long du trottoir.
La patte folle, l’Arlbert marche avec une canne. C’est pas pour ça qu’il picole moins, et puis, une canne bien en main, c’est « ben platique poul taper sul la tlonche des p’tits cons ! »
C’est ça aussi Papy Arlbert, un caractère trempé dans la soude caustique, de quoi faire taire les plus vilains carnassiers qui viennent piquer le mollet avec tout un verbiage bien joli, mais qui vaut pas tripette devant le vieil Arlbert et son foutu caractère de cochon ! Parce que c’est un foutu caractère l’Arlbert. Avec un cœur grand comme ça, mais peu le savent, peu le connaissent. Pour connaître les gens, faut commencer par s’y intéresser. C’est pas si facile, faut s’oublier, oublier pour écouter et entendre.
Y en a qui font la leçon aux autres, des comme ça, Arlbert en a connu, l’Yvan aussi. Des qui apprennent la vie dans les livres et se racontent des histoires de grands, faut bien se faire croire que… Au fond, c’est du vent dans l’éolienne. Ça fait bien de se la raconter et de se croire important quand on cite les plus grands, on n’en reste pas moins petit tant qu’on n’est pas l’auteur. C’est ce qu’il dit l’Arlbert, et l’Yvan ajoute en se grattant les couilles « Pas mieux ! »

Maintenant, il boite et jappe sur les jeunes. « Tous des p’tits cons » Il aboie comme un sale cabot en regardant les jeunes. Derrière la vitre, c’est sa jeunesse qu’il pleure.

Sur son banc, il est seul Arlbert. Il attend l’Yvan qui traine à venir. Alors, il râle et il peste contre lui, contre ce vieux bouc qui passe son temps à l’énerver, qu’est pas fichu d’être à l’heure, qu’est jamais là quand il faut, qu’est plus moche qu’un sou napoléonien. Sans l’Yvan, il est malheureux papy Arlbert. Il peste et râle aussi fort qu’il faut pour empêcher les autres de rire de lui. Parce qu’il est vieux et laid, parce qu’il est seul sur son banc à faire craquer son genou, et qu’il attend l’Yvan à se demander s’il a passé l’arme à gauche. Il est vieux L’Yvan, Arlbert aussi.

"Boldel de melde !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Masculin
Age : 83
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Balade sur un banc public   Jeu 20 Mai 2010 - 14:32

"T'vois bien qu'j'ai cru qu'cette fois ci j'me réveillait po! Va vraiment falloir qu'j'arrete de pioncé l'pres midi moa!"

Yvan se dirige enfin vers le banc, foutu sieste qui en finissait pas! Ca c'est sur, un de ces quatres matin, Yvan, il va se réveiller mort!
Il rejoint Albert, pouvu qu'il ai pas cassé le col du fémur ce pauv vieux là! C'est qu'il est déjà sacrément boiteux l'Albert!!

"Merdasse, c'est quoi c'te douleur dans l'bas des reins? Quel gland... v'la que j'oublie qu'j'ai mon nanus 'rtifissouelle branché là..."

Le voilà enfin arrivé au banc!

"Alors mon vieux L'bert!!!! T'es pas 'core mort dis donc!!!??"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Masculin
Age : 87
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Balade sur un banc public   Jeu 20 Mai 2010 - 14:59

Ah ben vla l’yvan ! Dis donc vieille flipouille, c’est à s’theule-ci que t’allive ? Nom d’un chat clevé !

Sieste-toi un peu, qu’on causaille tous les deux.


Une fille ravissante passe en courant sous leurs nez, ou leurs langues bien pendues…

Legardes-moi ça, s’te gamine qui coulle avec sa jupe toute lelevée sul les cuisses. C’est t’y pas d’la p’tite salope !!!

Il est comme ça le vieil Arlbert, il cause comme il pense, et il pense pas toujours bien.
Il parle mal, il bave en dormant et il pète à 4 heures du matin sous les drapes vides depuis que sa femme est morte.

Ça me lappelle s’te p’tite blondasse qui tlavaillait à la dilection. Elle avait un d’ces culle dit-donc ! Toujouls sul son tlente et un, toujouls moulée dans d’ces jupes, j’te laconte pas mon vieux !
Tous les types, ils etaient à g’noux delliele elle poul lui selvil le café ! Et lui mater sous la poupe ! On aulait dit des mouches autoul d’un tas de meldouille !!
Quel bande de p’tits cons, j’te jule.

Celle-là, j’lui aulais bien lefilé ma blaguette à lecoudle ! Contle l’mul, et sul la table ! Et en avant l’deux temps, piston tilé vers l’avant !!

Noooom deeedieu !!!!

Mais dis-donc, c’est pas toi qui t’avait tlouvé une intellectuelle qui causaillait toute la nuit au lieu d’filer dans ton pieux et d’ecalter les cuisses ?


Les vieux, quand ça engueulent pas les jeunes, ça parlent des femmes qu’ils ont pas eu, de celles qui les ont quitté, parce qu’ils étaient jeunes et cons. Ils racontent les choses avec toute la méchanceté que le temps s’est chargé d’amasser dans leurs souvenirs. Au fond, les vieux, c’est très méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Balade sur un banc public   

Revenir en haut Aller en bas
 
Balade sur un banc public
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: ♫ ♪♫ Jeux de mots et partitions ♫ ♪♪
[ Hors contexte ]
 :: Histoires libres [ Pour un instant d’écrire ]
-
Sauter vers: