AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Débarquement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Féminin
Age : 44
Fan Club RP : 3

MessageSujet: Débarquement   Jeu 12 Jan 2012 - 16:39

Aïe! Ça fait mal! Pourtant, je suis censée être foutrement résistante à n'importe quoi mais ce machin... Je lève ma tête qui s'est lamentablement enfouie dans le sable et je recrache des petits grains de silice transparent.
Frrruut! Vacherie... Ça va rayer mes dents! Et en plus, j'en ai plein les cheveux! Je dois avoir l'air d'un arbre de Noël... Mais je suis oùùùùùù ?? J'ai passé ce cercle de lumière, je me suis retrouvée dans une sort de gouffre sans fond et j'ai cru mourir. Oui, pour la première fois de ma si longue vie, j'ai vraiment cru que le destin en avait assez de moi et qu'il avait décidé de me jeter comme ça, sans prévenir. J'ai perdu connaissance et je me souviens de l'atterrissage brutal dans ce sable.
J’essuie comme je peux le sable sur mon visage et je sens le soleil sur ma peau... Ahhh... Ça fait du bien. Du soleil... Je regarde autour de moi et je vois une plage. Bon... Le jeu de piste peut commencer. Je me repose donc la question: où suis-je? Ça ressemble à n'importe quelle plage sous les tropiques. Elle est même plutôt paradisiaque. Pas un chat à l'horizon et encore moins un être humain. Je ne vais pas avoir le choix. Il faut que je bouge d'ici. Mince, je me prendrais bien un petit bain, moi.

Je regarde la mer... et cinq secondes plus tard, mes vêtements sont sur la plage et moi dans l'eau. Je fais la planche et je me concentre sur mon "voyage". Quelle idée de vouloir aller voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Ça m'apprendra à être trop curieuse. Un jour, ça finira par m'attirer des emmerdes. Je rigole intérieurement parce que généralement, les emmerdes... c'est moi! Bien sûr, qu'on sait que ce cercle mène ailleurs mais quasiment personne ne le traverse jamais. Ils ont tous peur... mais moi, j'ai traversé aujourd'hui et voilà, je me retrouve au paradis. S'ils savaient, ils me suivraient tous illico! Finalement cet ailleurs est plutôt agréable. On a parfois de bonnes surprises. Je me demande quand même dans quelle partie du monde je suis tombée. Indonésie? Malaisie? Maldives? Polynésie? On verra ça au contact des gens que je saig... heu non, que je vais rencontrer.

Je remonte paresseusement vers la plage et je me rhabille en pestant. S'habiller toute mouillée, c'est chiant!
Et maintenant, en route! Voyons, quelle direction prendre? A droite? A gauche? Va pour la gauche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.talesofthedarkness.com/


avatar
Féminin
Age : 44
Fan Club RP : 3

MessageSujet: Re: Débarquement   Ven 13 Jan 2012 - 18:21

Ca doit bien faire une heure ou deux... ou trois... en fait, je ne sais plus. J'ai complètement perdu la notion du temps. Je ne suis pas à quelques heures prêt non plus. Quand on a mon âge, le temps, ça devient vite relatif. Je sais donc que je marche depuis longtemps, en tout cas depuis suffisamment de temps pour que ça me fasse suer. Bon sang! Mais y'a pas âme qui vive dans le coin? Je m'arrête et tous mes sens sont tournés vers la recherche d'un être vivant, humain si possible. Oui... je finis par entendre puis par sentir leur présence. Ils sont à une dizaine de kilomètres et si je veux épargner mes pieds, il va falloir utiliser la bonne vieille méthode. Mais que vais-je rencontrer sur le chemin? Je ne suis pas au milieu d'une plaine ou sur une grande avenue d'une capitale quelconque. D'un côté l'océan, de l'autre des falaises blanches comme ma peau et sur ces falaises une forêt tropicale. Sauter en haut de la falaise est un jeu d'enfant mais je ne vois aucun sentier, aucun chemin régulièrement emprunté. Si je m'élance à toute vitesse là-dedans, je vais faire sauter les premières branches et m'éclater sur le premier tronc un peu coriace. Je tends de nouveau l'oreille pour m'orienter dans la bonne direction. Là... sur ma gauche encore.
Dix kilomètres à pieds et à vitesse normale... Je vais me liquéfier avant d'arriver à ce village. Si c'en est un bien sûr. Mais je n'ai pas vraiment le choix. L'ouverture de la faille s'est refermée quand j'ai atterri sur le sable. Je n'ai plus aucun moyen de rentrer pour le moment.

Un kilomètre à pied, ça use ça use, un kilomètre à pied, ça use les souliers.
Deux kilomètres à pied, ça use ça use...

Par tous les démons j'en ai ma claque de marcher! Trop chaud, trop soif... Voilà! Je suis de mauvais poil! Ils ont intérêts à être serviables dans ce bled paumé que j'ai repéré tout à l'heure sinon, je les massacre tous à coup de crocs!

Sept kilomètres à pied, ça use ça use, sept kilomètre à pied, ça use les souliers.
Huit kilomètres à pied...

Et dire que j'ai simplement voulu aller voir ce qu'il y avait de l'autre côté. Mais je collerais des baffes si je ne m'aimais pas autant! C'est vrai quoi, les failles temporo-truc-bidules, faut toujours les laisser tranquilles. Faut pas chercher à comprendre le comment du pourquoi et faut surtout pas essayer de les traverser ou vous vous retrouvez... et bien, comme moi en ce moment! Comme une conne quoi!

Dix kilomètres à pieds...

Rhaaaaaaaaaaaaa !!!! Il est où ce putain de village???

Onze kilomètres à pieds, ça use ça use, onze kilomètres...

Oui! Enfin! Ah voilà des "indigènes". Ils ont l'air mignons avec leurs petits pagnes et leur peau toute bronzée.

Bonjour! Vous parlez ma langue? Non? C'est pas grave! J'ai soif et j'ai la dalle aussi et si j'ai pas ce que je demande dans 5 minutes, je t'égorge tête de phacochère!

Quelques gestes bien précis font comprendre aux deux-trois glandus présents qu'ils ont intérêts à obtempérer et fissa.
De l'eau! Je tuerai pour de l'eau! Et c'est un tel délice de la sentir couler dans ma gorge en feu. Bon, c'est pas tout mais en fait, c'est rien qu'un ramassis e cabanes au fond du jardin. Il va falloir que je les questionne pour qu'ils m'indiquent la direction d'une grande ville. J'ai besoin de béton, de verre, de ciment, de dioxyde de carbone, de bruit et de proies...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.talesofthedarkness.com/


avatar
Féminin
Age : 44
Fan Club RP : 3

MessageSujet: Re: Débarquement   Mer 1 Fév 2012 - 16:14

Je leur ai fait peut-être peur... Pendant que je dévore une bestiole quelconque qu'ils ont chassée pour moi (je l'aurais préférée vivante mais bon... plions-nous aux coutumes du lieu, ça fera avancer mon affaire plus rapidement), donc pendant je m'empiffre joyeusement, un groupe s'est formé à quelques dizaines de mètres et ça papote et ça papote et ça me lance des regards apeurés et inquiets... Aucune importance. Dès qu'ils sauront comment m'emmener vers la civilisation, je les laisserai tranquilles. J'ai pas que ça à faire non plus de tuer tout ce que je croise: ça prend du temps, de l'énergie et et ça devient moins rigolo quand c'est trop répétitif.

J'engloutis un dernier cuissot bien saignant et je me lève, repue. Les hommes du groupe qui discutait de moi me regardent avancer vers eux, prêts à me saigner (j'en rigole d'avance) avec leur lances primitives. Il ne s'agit pas de moisir ici et je compte bien leur faire comprendre que je veux foutre le camp d'ici et fissa!


Vous savez comment traverser le forêt? Vous savez s'il y a d'autres gens ou des villes après la forêt?

Je ne sais même pas s'ils me comprennent mais je n'ai que ça à leur offrir comme langage. Je pointe du doigt l'effrayante masse végétale qui se dresse derrière le village et cela semble être un déclic pour eux. L'un d'eux a un geste négatif de la tête et semble expliquer qu'il est impossible de traverser la forêt. Mince... Mais il pointe son arme vers la mer et en un large mouvement de bras, je comprends que pour gagner de nouvelles contrées, je vais devoir y aller par la voie maritime. Pfff... J'ai le pied marin mais quand même... Toute cette flotte pendant des jours et des jours... mais je n'ai pas le choix et je lui fais comprendre qu'il me faut un bateau et un navigateur car je veux partir. Rien qu'à l'air ravi des autres, ils ont compris! Mais celui qui a pris la parole est loin d'être content parce que ce que je lui demande l'oblige à se séparer d'un de ses hommes... Hé! Hé! Peut-être... Assez parlé! Je me dirige vers la barque qui me semble la plus solide et je hèle un homme jeune et bien bâti. Autant joindre l'utile à l'agréable. Il hésite mais le "chef" lui indique qu'il doit m'obéir. Ils n'ont pas le choix de toute façon. Le temps de préparer le bateau et de réunir provisions et eau, nous voilà partis pour.. pour... aucune idée! Combien de temps allons-nous mettre pour arriver dans un lieu civilisé? L'incertitude m'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.talesofthedarkness.com/


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Débarquement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Débarquement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue-
Sauter vers: