AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Paulus Varan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 28
Mes RPs : Space ... The last frontier
... VirtuaLife - Entrée Nord
... Avec Cathy Cardie
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Paulus Varan   Sam 15 Déc 2012 - 22:19

... Nouveau signal intercepté - Traitement en cours

...

... Décryptage fichier réussi

Réseau local - Enregistrement audio #21401215001
Utilisateur - Paulus Varan


...

... Demande d'informations complémentaires formulée - Accès BDD Edvige - Traitement en cours

...

Sujet - Varan, Paulus
Citoyen de la Nouvelle Europe ... 32 ans ... Niveau d'accréditation insuffisant ... Données supplémentaires inaccessibles ...


... Ouverture fichier - Extraction en cours

...

Lecture en cours

...

...

...


J'ai peine à croire que je m'apprête à enregistrer ça, mais j'ai, aujourd'hui, besoin de vider mon esprit, de libérer ma conscience des péchés commis, et de l'horrible crime dont j'ai finalement été auteur et victime.

En tant que Mentaliste, je suis le fruit et le maillon d'un programme d'amélioration de l'esprit humain vieux de plus d'un siècle. J'ai été conçu pour marquer, avec ceux de ma génération, une nouvelle étape dans l'évolution à marche forcée de notre organisme imparfait - quoique miraculeux, bien sûr, en comparaison du reste de la Création.
Mon esprit est un des plus perçants au monde, et, en tant que membre de l'Ordre, la partie militante de notre ... caste ... j'ai reçu, depuis tout jeune, un entraînement faisant de moi un combattant alliant l'excellence des gestes à la vivacité de l'esprit.

Seulement voilà, cet esprit, aussi puissant soit-il, est pris dans les brumes de la perdition, que j'alimente, je le confesse, depuis plusieurs années maintenant. Il m'est désormais trop dur de résister. Quand j'abandonne ce masque que j'ai décidé de revêtir au quotidien, je me prends à penser aux arts, à me parler à moi-même dans un langage policé, et à vouloir m'abandonner à la découverte d'une nouvelle facette des interdits.
Comment en suis-je arrivé là ? Je le sais bien, quoique je m'étonne un peu plus, chaque jour, du tour que prennent les évènements, et de ma vulnérabilité à ces choses, tant qu'à mon addiction. Je devrais brûler cette cache, mais je ne puis m'y résoudre.

Si ce message est intercepté, je serai probablement exécuté dans l'heure par une escouade de mes propres collègues. Peut-être aurai-je le grand honneur, si je parvenais à m'enfuir, de me retrouver talonné par la moitié des primates sous stéroïdes et des boîtes de conserve du NOD de Novlangue City. Je finirais probablement ma course hors du dôme, bien vite assailli par la Mort elle-même.
C'est un grand risque, mais les plaisirs auxquels je me suis abandonné me causent tant de troubles qu'il me faut, maintenant, me défaire de ce poids sur ma conscience. Je dois m'ouvrir à un confident, ne fut-ce qu'un enregistreur vocal relié à mon réseau local. Est-il suffisamment protégé ? Je l'ignore. Peut-être mon esprit me pousse-t-il à un suicide par procuration.

Comment j'en suis arrivé là ...

Je n'en révélerai que peu, pour ne pas révéler, dans le cas où ce message serait découvert, la position de la cache. Je pense m'y être beaucoup attaché, et, d'un point de vue peut-être trop subjectif, je crois qu'elle devrait rester intacte, pour, éventuellement, servir à d'autres personnes, dans un avenir plus ou moins proche.
J'étais, ce jour-là, en intervention, avec un de mes frères de l'Ordre. Nous devions appréhender, en vue de son interrogatoire, un Automate suspecté d'avoir détourné, pour son usage personnel et celui de son entourage, une foule de biens culturels illégaux. Comment tous ceux-ci se seraient retrouvés là, survivant à plus d'un siècle de chasse et de contrôle ? Cela semblait difficile à avouer, mais l'élite de Novlangue semblait se livrer depuis toujours à un trafic d'artefacts de distraction illégaux.
Nous avons fait irruption chez le suspect et, avec discrétion, l'avons arrêté et livré à l'équipe du centre de détention. Je restais en arrière, dans l'espoir de trouver un indice. Mon don, celui de m'imprégner de l'esprit des gens, m'avait laissé penser que quelque chose, ici, nous donnerait une indication sur la marche à suivre. Je ne trouvais rien d'important à première vue, mais m’emparais tout de même d'une carte, un objet publicitaire pour une Valkyrie, probablement hors de prix, dont le nom ne me disait absolument rien.

Je rentrais chez moi à la fin de la journée, cette carte toujours sur moi. Je n'avais cessé de la triturer, sentant que quelque chose devait forcément y être découvert. J'avais tenté de me renseigner, mais aucun résultat ne sortait pour cette Valkyrie. Je décidais de sortir dans la rue, car le contact avec les esprits entremélangés d'une foule compacte m'aidait souvent à en tirer des réponses que je n'aurais trouvé moi-même. Je captais instinctivement le nom que je cherchais, en suivait la piste.
J'aurais dû m'en retourner aux bureaux plutôt que d'entrer là. Je me retrouvais face à une porte banale, mais qui se révélait dotée d'un système de sécurité très évolué, avec une protection par code personnel. Je connaissais déjà le code, l'esprit du prévenu de ce matin me l'avait soufflé : DÉLIVRANCE.

Un mot de passe bien mal choisi. Je me retrouvais dans une cache remplie de livres, de disques vidéo et audio de tous les styles et de toutes les périodes, et de magazines allant de l'art antique à la pornographie extrême. J'aurais dû prévenir l'Ordre, mais rien n'y fit. Poussé par l'ivresse de l'esprit du matin, comme, sûrement, par ceux d'autres personnes dans la confidence croisées dans la rue, je commençais mon inspection personnelle. Je rentrais dormir avec un livre, Le livre de la jungle, et entamait sa lecture à mes heures perdues.
Bien entendu, ce jour s'est produit il y a des années. J'étais alors une jeune recrue. Me persuadant d'un intérêt strictement professionnel et psychologique pour tous ces ouvrages et produits distrayants, je m'en faisais le protecteur. Je multipliais les lectures, entamait le visionnage de grands classiques du cinéma et de la musique, faisais la connaissance de la sexualité, et de ses aspects les moins utilitaires. Au bout de quelques mois seulement, je me retrouvais là-bas chaque jour, m'abîmant dans un nouveau livre, ou un film, et je pris bientôt l'habitude d'explorer mon corps sur des vidéos pornographiques, enfin à transposer le réel dans ces livres, ces films, ces clips sauvages, ces chansons ... Mon conditionnement, mon esprit, s'étaient laissés chavirer contre les récifs du plaisir, et je me retrouvais, sans même m'en rendre compte, animé de penchants de plus en plus difficiles à retenir.

J'interrompais un temps mes explorations, envisageais de révéler l'existence de la cache.

J'y retournais sous peu.

J'appris à dissimuler mes pensées déviantes, à cacher ces émotions que l'art du divertissement m'avait inculqué, et sur lesquels je ne saurais mettre véritablement de nom. Mes supérieurs s'interrogeaient sur ma nouvelle efficacité, ma nouvelle acuité, ma capacité à confondre plus rapidement que jamais les personnes que nous traitions. Je répondais, et c'était une demie vérité, que je m'étais entraîné au développement de mes facultés psychiques.
Le temps passant, il me devenait facile de cacher mes actes illégaux, et la duplicité devint naturelle chez moi. L'intelligence me permettait de cacher mon manque de sagesse, et la conséquence désastreuse de ce manque. Pourtant, naquit chez moi une pression grandissante, qui, je l'admets, ne m'étais guère apparue avant récemment. La tension qui m'habite m'est inexplicable, et j'ai l'impression que le Moi que je dissimule cherche à sortir au grand jour. J'éprouve du plaisir à traquer, à mener mes enquêtes à bien, à blesser, à torturer, ou à tuer. De plus en plus, je dois me confronter à des montées de désirs variés, que je ne peux contrôler. Je me sens attirer par les femmes que je croise, me prends à les dévisager, les détailler, et à y penser longuement. Je convoite la possession de chacun, tire du plaisir ou du déplaisir de toute chose. L'indifférence, le stoïcisme qui caractérise le bon citoyen, m'a quitté, et, chaque jour, je me sens plus proche de la brèche, du moment où je serai découvert, et traité à mon tour.

J'ai enregistré ce message dans l'espoir que cela apaise mes maux ; mais j'ai bien peur, en le terminant, que rien ne puisse arrêter le processus. Je me demande comment c'est, de vivre constamment sur le fil du rasoir, et d'assouvir ses désirs au grand jour en faisant en sorte de ne pas être démasqué.



Est-ce que mener une double-vie me plairait ... aussi ?



...

...

...

... Fin de l'enregistrement

...

... Attention - virus détecté

...

... Fichier téléchargé corrompu

...

... Destruction du fichier en cours

...

...

...

Fichier supprimé

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 28
Mes RPs : Space ... The last frontier
... VirtuaLife - Entrée Nord
... Avec Cathy Cardie
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Paulus Varan   Sam 15 Déc 2012 - 22:24

Nota Bene

J'espère que ma fiche conviendra. Dans le cas contraire, n'hésitez pas à me rappeler à l'ordre, et de me signaler les soucis. Je suis impatient de commencer à croiser des gens, fussent-ils d'abominables MJ. Razz

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Paulus Varan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Présentation de personnage :: Personnages disparus-
Sauter vers: