AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Bar du grand Hotel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maitre du jeu
Ecoutez ma voix...

avatar
Fan Club RP : 34

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Bar du grand Hotel   Lun 17 Mai 2010 - 12:18


On y sert les meilleurs cocktails de la ville. Luxe et.. plaisir... ouch... un mot à ne pas dire, ne pas avouer.
ça pétille dans les verres pour les amateurs de champagne, fraises au rendez-vous, ou olive dans un Martini blanc façon J. Bond.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://novlangue-city.forums-rpg.com

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Lun 31 Mai 2010 - 23:36

Venant de la Chambre 203

La pièce à l'air de prendre, il répond et parle, et parle.. Pose même des questions dont les réponses sont pour lui sans intérêt, le genre de chose qu'elle comprend d'un simple coup d'œil armement très certainement inutile, mais c'est toujours mieux que le rien! Ils sortent de la chambre, elle veille à toujours garder de la distance, ça tient la route, ça fait méfiante, elle ne le ressens pas ainsi, elle se dit juste de rester pas trop près, et oui l'inconvénient d'avoir nulle, zéro que dalle d'intuition..

Les couloirs, puis l'ascenseur qui descend, depuis le début de l'act elle n'a pas prononcé un mot, ses yeux sont rivés sur le cadran l'ascenseur.. l'aiguille qui se déplace au gré de l'étage demandé .. La machine s'immobilise et les portent s'ouvrent sur une vaste salle, Joe fait un pas, puis un second qui la fait sortir de l'ascenseur..
(Crache ton texte, rajoute de la gestuelle.)

Tap tap, elle frappe dans ses mains, le visage de nouveau fendu d'un sourire:

-"C'est.. C'est joli tout plein! Venez."

Elle se dit qu'elle devrait même s'essayer à sautiller, mais non .. Le pas franc et direct toujours à distance, elle se dirige vers le comptoir. S'installe sur un tabouret silencieuse.. Ça se complique, elle ne connait pas ces choses là.. Tant pis marche arrière.

-"Pour répondre à vos questions. C'est comme ça. J'en sais rien."

Rajoutant dans la gestuelle, elle croise les bras sur le comptoir attrapant même un petit parapluie de papier agrémenté de ce qui lui semble être une allumette (ombrelle), qu'elle fait tourner entre le pouce et l'index.

-"Que conseillez-vous? Pour boire. Je ne vole pas plus haut que l'eau à bulles."
Revenir en haut Aller en bas

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Mar 1 Juin 2010 - 14:14

Aussitôt descendue, elle passe d’un état de mort cérébrale à un autre, indescriptible, d’une légèreté déconcertante. Elle tape dans ses mains… et se dirige vers le comptoir. Elle aurait pu faire des petits sauts pour parfaire le tableau. En tout cas, elle n’a pas une attitude rationnelle. Je me demande si elle prend des médicaments.
C’est ridicule ses gesticulations, ces manières… mais… elle m’amuse. Un rien m’amuse, mais elle, elle me fait sourire aussi.

Superbe. Perchée sur son tabouret.
Je la rejoins, j’ai soif… de tout. D’elle, du plaisir de gouter un de ces merveilleux cocktails qu’on sert dans ce genre d’endroit. J’en suis sur, j’ai vu les shakers sur l’étagère.
Elle joue avec un truc qu’on met dans les verres pour leur donner un semblant de luxe. Un truc qui sert à rien.
Je me hisse prés d’elle, le tabouret d’à coté. Je l’observe et l’écoute. J’ai entendu sa réponse qui ne veut rien dire. Ça m’arrange, je n’ai pas envie de savoir. Tout est déjà si parfait.
J’ai entendu son interrogation sur la boisson. Je n’y connais rien.

Quelque chose de fort ? Sans aucun doute. Laissons le choix au serveur, après tout, c’est son métier de nous rendre heureux…

Zut, je l’ai pensé trop fort. Qu’importe si cela dévoile mes penchants. Je pourrais en dire autant sur son attitude qui cache la vérité, ce qu’elle est au fond, derrière son masque de gestes absurdes.

Serveur ? Vous avez entendu, n’est-ce pas…A vous de jouer.

Heureux… la boisson est d’une aide précieuse, mais elle, connaît-elle le plaisir de l’ivresse ? Les implants en suppriment les effets, mais… et si… Elle n’est peut-être pas implantée. Apres tout, son attitude la trahie.

Au diable.
Je préfère ses jambes. Perchée sur son tabouret, c’est un plaisir de les regarder. Je ne m’en cache pas. Pourquoi le ferais-je ? Ce serait mentir. Je les aime, je les regarde. C’est simple, élémentaire, un régal.

Ebène, la couleur de sa peau est ébène. Et satinée. J’ai envie de me prendre une gifle… Non, je poserai ma main sur sa cuisse, plus tard. En attendant…
Je souris, c’était la peine de le préciser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Mar 1 Juin 2010 - 15:41

"Heureux" .. Faut-il vraiment qu'il glisse sur ce terrain là? La partie s'écroulerait aussitôt, fin de la pièce.

Combien de temps encore à faire tourner cette chose à cocktail entre le pouce et l'index pour avoir l'air suffisamment détachée, enfin détachée, sans avoir l'air bizarre, détachée genre minette braque.
Tourne, tourne.. Du regard elle suit le serveur, attentive, le fixe attrapant ses trucs et choses, pour faire les boissons. Tellement absorbée, ou inquisitrice et tellement sans instinct..

Elle verrait sinon ..

Rompre le silence, dommage il n'y a pas de souffleur.. Rien de tel que (le plaisir?) la nécessité.. Lâché du parapluie miniature et quart de tour entier soit tête+corps+regard. Sur ..

Le bonhomme bavard aux yeux rivés sur ses jambes et au visage toujours fendu d'un sourire. Le sien revient alors qu'elle tend la main devant le visage, clak clak claquement de doigts pour attirer son attention:

-"Je disais donc .. (petit mensonge) Je ne connais pour ainsi dire toujours pas votre nom."

Les mondanités inutiles, c'est ce qu'il faut faire dans pareille situation. Ce qui implique un retour.. Elle verra sur l'instant. Pivotage vers le comptoir où viennent de s'échouer deux verres pleins ..


-"Aaah! voilà nos promesses de ...
(Tu fais une erreur)
-" .. plaisir!"
(Bonne intonation)

(Je sais, il faut parler son langage)
Revenir en haut Aller en bas

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Mar 1 Juin 2010 - 16:05

Hein ? Oui… pardon. Je me secoue la cervelle pour remettre mes idées en ordre, autant que cela est possible. Encore dans mes songes obscurs… ébène… satinée… longues… fines… Le clak-clak de l’entre deux doigts met un terme à un rêve qui s’annonçait fructueux, et ma foi, pervers. Dommage, j’y reviendrai.

Pardon, je disais donc… Ah c’est vous. Je n’ai rien dit. Décidément, vous me trou… bler.

Je l’ai dit. Flute.
C’est un peu tôt, je ne connais pas plus son nom qu’elle le mien. C’est ce qui faisait son charme, tant pis pour la suite, ce sera moins piquant.

Jude, pour les intimes comme pour les inconnu(e)s.
Sommes-nous intimes ?


La question qui n’a rien à faire là.
J’aime, troubler à mon tour.
Pique et pique et…

Les verres… cling sur le comptoir marbré ou de zinc. Je ne sais plus, je suis encore accroché à mon rêve… d’ailleurs mon regard glisse dans la verticalité. La gravité sans aucun doute ? Plait-il aux hypocrites, je ne peux décidément plus me passer de l’appel de la jungle, sa peau ébène… fines et longues… jambes… Clak-Clak, cette fois, je m’auto-réveille. C’est plus raisonnable.

Je relève le museau pour être certain de ne pas renverser les verres. Je leur adresse une main pas très adroite, qui pousse un verre sur le zinc (ou le marbre) jusqu’à la sienne. Naturellement et cette fois adroitement, le verre glisse sur le comptoir, laissant un sillon d’alcool sur la froideur du comptoir. Il touche la peau… ébène… elle, chaude d’un bon 37°.

Ça émoustille, j’en suis certain. Ma main à couper. Tant pis pour elle, sinon.

Trinquons
A… quoi pouvons-nous trinquer ?


Si je lui dis « au plaisir » ? Non, on pourrait nous entendre. Et elle y prendre gout. Chaque chose en son temps.
Je la laisse juge. En cherchant dans son regard un semblant de malaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Mar 1 Juin 2010 - 23:28

La main droite empoigne le verre, s'assure une prise mais ne le soulève pas..
(Et maintenant?)
-"Oui.. Oui. Jude? Monsieur Jude, je crois pouvoir nous déclarer intimes, on a la même chambre. Et pas intimes, je n'en ai pas la clef.
(Imparable ! C'est d'une logique!)
-"Et vous êtes Jude, je suis inconnue."


Elle n'a toujours pas soulevé son verre.. Du bout de l'index lui fait entamer une glissade retour à l'envoyeur suivant exactement le sillon d'alcool sur le comptoir stop! Marche arrière le remet en place vers elle. D'un mouvement pose ses mains à plat sur ses cuisses. Pivote cette fois bien en face à face fixant ses yeux. Sourire incontrôlé, elle ne s'en rend pas compte, pour pas changer.

-"Vous n'y trouverez rien que du vide. Troublant!"

-"Vous pouvez trinquer à ce que vous allez apprécier. Faites pour deux. Vous êtes normal non?"


Elle prend son verre et le tend vers lui, pour son 'trinque'.




(ouhlàlaaaaa c'est court disoulée ><)
Revenir en haut Aller en bas

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Mer 2 Juin 2010 - 14:45

Clairement, elle est dingue ou elle se fiche de moi ? Dans le premier cas, c’est distrayant, et suspect ; on enferme les dingues. Dans le second, c’est au poil ; la dérision, ça sort de l’ordinaire et ce qui est susceptible de me faire quitter l’ordinaire, me plait.
Je choisis qu’elle se fiche de moi. Dans mon intérêt.
Pile, poil.

Bonjour « Inconnue ».
Joli prénom au passage, rare… Et c’est définitif ?

Ah ! Et… j’ai les clés. Je nous considère intime. En tout cas, proche.
C’est le cas. Nos genoux se touchent. Sentez-vous la chaleur parcourir votre peau ? Un frisson, peut-être ?
Moi si. Et c’est délicieux ! Gouteux et merveilleux, n’en déplaisent à votre esprit « vide », selon vos dires.
De toute façon, le vide est par définition, destiné à être rempli. C’est ce que je vais faire, prendre au pied de la lettre, au mot près, l’exacte définition du mot « vide »…

Je plaisante. Souriez ! Je charrie.
Mais pas tout à fait…

Clak-clak…

Je l’imite en penchant la tête, levant mon verre à…

Votre regard vide ?
Aucun intérêt.
Vos jambes… Fines… longues… ébènes et satinées, aussi désastreusement attirantes que les nuits de Chine…
C’est une bonne raison. Peu banal pour un premier rendez-vous. Parce que s’en est un, même si nous n’avions pas rendez-vous.
Le hasard… pas tout à fait. J’ai un doute.
Et vous ?
Non, ne répondez pas.
Pas encore…

Je trinque, au hasard !


Et commande la même chose.
Pour tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Jeu 3 Juin 2010 - 18:13

-"Et c’est définitif ? "

Elle ne répond pas, le laisse parler, prêtant oreille attentive à ses paroles. Baisse les yeux et constate que leurs genoux se touchent en effet .. Chaleur? Frisson? Déjà n'avait-elle même pas senti le contact.. Ou alors peut-être sans y porter la moindre attention, la même inconsidération que lorsqu'on s'accoude à un comptoir, s'assoit sur un tabouret, s'appuie contre un mur.. Puis délicieux, gouteux et merveilleux .. Chaque mot pris séparément, elle en connait le sens, la définition.. Tous ensemble s'enchainant, ça lui échappe, le savoir sans savoir ..

Clak clak..

Quelle ironie voilà que c'est son tour. La jeune femme relève la tête fixant Jude qui parle et parle toujours de choses qu'elle a par de nombreuses fois vues, mais qu'elle n'entend pas. Passée du statut d'observatrice à celui d'actrice ..
(Ça se complique on dirait!)

Elle n'a plus besoin 'envie?' de 'jouer', prendre les choses comme elles viennent, c'est ce qu'elle fait toujours, elle finit par répondre:

-"Est-ce vraiment nécessaire de donner mon nom? Dans votre cas, vous avez déjà mon profil imprimé sur les rétines, amplement suffisant pour retrouver une personne non?"

Elle va faire tinter son verre au sien, c'est comme ça qu'il faut faire.

-"Au hasard donc."

Mais elle ne porte pas immédiatement son verre à ses lèvres, elle le regarde faire avant.. Elle fixe ensuite son propre verre et l'imite, si elle a soif, ça étanchera après tout. Clignement machinal des paupières pendant qu'elle boit, elle remarque une femme qui semble croiser son regard, une autre cliente? Nouveau battement de cils plus rien.. Bizarre, elle avait une allure pas normale.. Coup d'oeil vers Jude peut-être l'a t-il vu ou pas..
Revenir en haut Aller en bas

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Ven 4 Juin 2010 - 16:26

Je me demande ce qu’elle a dans la cervelle. Qui s’y frotte, s’y pique. C’est un peu ce jeu là, mais j’y préfère celui du chat et de la souris. Et la souris a bien du mal à cacher son jeu. Elle mime tout, le rire et les mimiques, faux sourire, faux geste. Elle n’est pas elle, mais… un mur ? Si je tape dessus, ça va résonner ? Toc-toc, y a quelqu’un docteur Freud ?

Implantée…
Mais oui, c’est l’explication logique. Elle n’est plus rien qu’un pion sur un échiquier dont elle ignore tout, même les règles. Même qu’elle aurait pu y jouer la reine.

J’ai de la peine pour elle. Ça doit se voir. Mon sourire s’inverse, il pendouille vers le sol comme un oiseau couvert de pétrole. Au fond de moi, mon cœur s’effrite, je suis triste pour elle, pour eux, tous les autres qui sont enfermés dans leur camisole grise, sans joie, sans envie, sans rien de ce qui rend la vie belle !
Belle comme une fleur qui s’ouvre au soleil, belle comme la mer qui chatouille les pieds sur une rive de sable fin, belle….
Belle comme elle, qui ne sourit pas vraiment, qui ne boit pas vraiment ou alors parce que son corps lui réclame. Elle, qui est belle à s’y jeter à cœur perdu, à cœur ouvert, et qui est éteinte.

Eteinte…
C’est devenu insupportable de la regarder. Elle n’est que l’ombre d’un vase vide.
Soudain, mon regard s’anime d’une flamme, un tilt Archimédien, l’eurêka rétinien.
Qu’à cela, ne tienne, je vais la réanimer. Réveiller ces rêves ensevelis sous un tas de impulsions électroniques, prisonnière d’un brouillard ennuyeux.
Je veux lui rendre la vue.

Ça doit bien être possible… non ? Personne n’y croit vraiment, mais je suis sur que…
Alors, sans lui répondre, je lui vole un baiser. Parce que j'en ai envie.
Oui, d'un baiser comme ça, volé sur ses lèvres en plein milieu d’une conversation sans intérêt. Entre le tintement des verres et le sillon d’alcool sur le comptoir.
Rien qu’un.
Pour voir
Le temps que…
Encore ce visage…
Mais…
C’est encore plus troublant
Je recouvre les yeux, je fuis mon vol à l'étalage en emportant mon butin à bout de lèvres.

Je la regarde. Je souris étrangement.

Vous n’en avez pas.
Je le saurais, je l’aurais senti, et il n’y a rien dans votre cervelle qui puisse vous rendre désagréable… Alors… alors, pourquoi ?

Et… pardon. Je suis un vilain voleur. Mais, je ne regrette que ce que je n’ai pas fait. Je suis étrange, je le sais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Dim 6 Juin 2010 - 0:00

-"Je vous l'avais dit. "

Presque une taquinerie narcissique, s'il y avait les nuances adéquates, et quand bien même paraitrait-elles contrefaites . Pourquoi? Il veut savoir pourquoi? Avait-elle l'air si morne si moutonnesque que la peuplade actuelle du monde? .. Très certainement et c'était normal, mais anormal car.. 'Vous n’en avez pas.' Lui qui n'est pas de sa 'caste' NOD ou Mentaliste, fifty, fifty niveau probabilités, mais cent-pour-cent au total.. Il n'obtient qu'un:

-"Alors, alors. Dommages collatéraux je présume. Pour la forme, je ne peux en dire plus."


Le verre est vidé, pas de toussotement , léger claquement du verre que l'on repose sur le comptoir.

-"Étrange pour étrange, je vous surpasse aisément à voir l'expression de votre visage. Quoi que l'autre femme aussi."


Shame on me T____T
Revenir en haut Aller en bas

PNJ

avatar
Féminin
Age : 27
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Dim 6 Juin 2010 - 23:29

Elle entre sans frapper, sans crier garde. Culottée ou transparente ?
Peu importe, elle vous salue, vous sourie et vous invite pour le repas du soir.

Vous n’aviez pas fait attention à l’heure ? C’est ballot.

20 heures dans le Restaurant de l'hôtel, soirée habillée.

Elle repart comme elle est arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Lun 7 Juin 2010 - 14:53

De guerre las, un ange passe, de glace, il trépasse sur l’As de pique.
Pique et pique… et colle au gramme près, couleur Gram, la génétique est une vilaine taquine.
Paf, je me ramasse sur le comptoir en liasse de vinasse, pique au cœur, et arque boute l’échine.

La vilaine vient de m’envoyer l’uppercut final au ventre. Ouille, ça fait mal à la tentative.
Je m’en remettrais plus tôt qu’elle. Parce que j’ai une âme et que je vole à la vie à tout va, sans manquer la moindre occasion.

Mais… je souris ! N’en déplaise au glaçon marbré ébène et satiné sur la cuisse, au visage, et sur le nez, qu’elle a aussi joli que le fut celui de Cléopâtre. Je l’ai lu dans les livres interdits. Une raison de plus de m’autoriser à braver ce qu’on voudrait nous faire croire qu’il est interdit.

Je souris et la regarde déblatérer des idioties sorties droites d’une cervelle atrophiée. Mais qui en est le responsable, qui a osé tarauder les cellules grises d’une aussi jolie panthère.
C’est un sacrilège, mais elle l’ignore, comme elle ignore les bienfaits de faire la nique à un rond de cuir. Comme il est bon de s’envoyer en l’air sur un lit dans les draps parfumés Jasmin, sur les hauts d’une pente, au firmament d’un toit, mais aussi contre un mur, la jupe relevée sur la cuisse, sur la nappe blanche d’une table de grand-mère entre porcelaine et faïence, Limoge et Moustier, ou dans la baignoire et ses flop articulés entre brasses et halètements. D’un cri à l’autre, d’un geste sur et certain de lui, à celui fébrile maladroit et odieusement malicieux. D’un regard à la loupe, d’un souffle qui s’étouffe dans la moiteur des cuisses de Jupiter à cet instant. Magie de l’aboi, des yeux retournés par la jouissance au fond d’une baignoire à l’eau troublée à coup de reins et de… plaisir.

Je rêve.
J’en sors agrippé aux paroles de la serveuse. La bonne chair nous attend, faute de vibration dans le cervelet et l’entretoise des vices nommés, plaisirs interdits. Tant pis pour toi, ébène de glace. Tant pis pour l’instant.

Je saute du tabouret, comme un nain descend d’un lit ou d’une chaise. Mais galant, je lui tends un bras, pour qu’elle y trouve quelques bonnes manières avant que d’être aimable.

Puis-je… vous conduire. J’ai faim.
De vous.


Clak-clak

Mince, je rêve, pince toi, Jude.
Je n’ai pas vraiment écouté ses mots. Ils ne m’intéressent pas. Je sais ce que je veux, et ça me suffit pour vouloir trouver comment lui faire retrouver ce qu’elle a perdu. Mais plus tard.
Je sonderai l’insondable, pour aller y trouver la faille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Sam 12 Juin 2010 - 23:12

Un long silence, très silencieux, calme et plat, même pesant, ça elle s'en doute sans vraiment le savoir. Tout ce qu'elle dit perturbe sa réflexion, la logique qui doit en découler, dans ce silence on pourrait entendre les rouages de sa cervelle grincer à la mort, tentant vainement de réduire à néant l'obstacle illogique..

Elle déblatère ses vérités, avec un non sens maitrisé.. Lui Jude toujours plus lui, la matière grise prolifique.. Elle note les mouvements de son visage, sourcils qui se lèvent ou s'affaissent, les lèvres courbes l'instant d'un sourire, qui redeviennent ligne droite l'espace d'un moment.. Analyse rapide effarement, contrariété, agacement, ennui? Elle fronce les sourcils ... Honteuse? Confuse? Contrariée? Ou autre chose..

Une serveuse inattendue, un discours rapide qu'elle entend à peine mais dont elle retient quelques mots précis.. Le Jude qui se lève, il faut y aller la serveuse a dit.. Il tend le bras..

-"Puis-je… vous conduire. J’ai faim."
"De vous."


'Vous', Elle? .. Ça lui échappe, tant pis à reprendre, elle lève une main qu'elle pose sur son avant bras, ne sait rien dire d'autre en quittant son tabouret, et jetant un œil à sa propre tenue loin d'être bon chic bon genre, loin d'être 'habillée' ..


-"Elle a dit habillé. Ce n'est pas comme si j'étais nue. J'ai faim aussi .. Je crois."
(J'aimerais bien comprendre .. )
Revenir en haut Aller en bas

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

avatar
Masculin
Age : 29
Présentation du Personnage : http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2442-l-hopital#78347
Fan Club RP : 42

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   Dim 13 Juin 2010 - 23:34

Si vous étiez nue, je le saurais. J’apprécierais à sa juste valeur.
Par contre, vous êtes bien mal habillée.


Evidemment, elle est bien vêtue, mais j’ai envie de la taquiner. Une idiotie de mon âge, oh mais non, des âges, de tous les âges, parce que je le vaux bien, Jude pour vous servir et desservir, rire et sourire, fantasmes et rêves en brèves de comptoir, facéties et farces et cetera. J’ai la cervelle qui déraille ? Cocktail ! J’ai un coup dans l’aile comme un piaf, le plomb n’a pas atteint la cervelle, Dieu s'en remerciera.

Il n'y a pas que l'alcool mais ce petit froncement… vous ne l’avez pas vu ? Moi si, et deux fois plutôt qu’une ! Touché, quelque part, je ne sais pas où, pas encore, mais je trouverai.
Et, je m'amuse follement.

Poursuivons le petit mensonge, puisque sa cervelle a des ratées…

Il vous faut une tenue plus… enfin mieux… vos frusques seraient d’un très mauvais effet. Mais, n’ayez pas d’inquiétude, ce genre d’hôtel offre des tenues de soirée à ses hôtes.

Venez chaton…


Je souris merveilleusement en donnant un rythme… guilleret à sa démarche, l’accompagnant jusqu’à l’escalier qui devrait nous conduire jusqu’au dressing.



(direction le dressing)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bar du grand Hotel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bar du grand Hotel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Animations terminées :: [ANIM TERMINEE] Elle 21 :: Grand Hotel de Chinatown-
Sauter vers: