AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Hôtel Kamata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Hôtel Kamata   Sam 27 Déc 2014 - 19:54

[venant de là]

Enfin, un affichage lumineux en néon rouge indiquait ce qu'elle recherchait tant. Kamata. Elle accéléra son pas pour rejoindre l'hôtel, anxieuse et soulagée à la fois. C'est entièrement trempée et frigorifiée qu'elle pénétra à l'intérieur, le hall était sobre, légèrement décoré façon asiatique, y compris quelques éléments kitchs incontournables. Il y avait quelques personnes, notamment devant le comptoir mais pas de traces de Declan, ni du réceptionniste.

Elle fit comme si elle entrait juste pour s'abriter, attendant derrière la baie vitrée, sans bouger et les bras croisés. Espérant qu'il arrive bientôt, et qu'il reste une chambre libre pour eux. Si elle pouvait se débrouiller sans lui, elle appréciait sa compagnie et elle n'avait pas envie de subir cette quarantaine seule ou en mauvaise compagnie. Il ne fallait pas oublier qu'il y avait une épidémie là dehors. Quand ils seraient ensemble, à l'abri et au chaud, ils seraient bien temps de se préoccuper du reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Dim 28 Déc 2014 - 0:50

Il avance rapidement, contournant une flaque pour finalement se retrouver à distance du Kamata. Un regard sur la droite, puis un autre sur la gauche, il cherche quelqu'un, il la cherche elle. Il fait quelques pas supplémentaires, longeant une façade pour se mettre à l'abris sous une terrasse. Il patiente un peu, passant l'index sur l'arrête de son nez, celui-ci n'a pas trop gonflé ce qui signifie qu'il ne devrait pas être cassé. Une petite trace de son combat récent. Il frissonne légèrement, portant les mains sur le col de son manteau, tirant dessus avant de remonter ses doigts dans sa chevelure humide. Puis il laisse tomber ses bras le long de son corps pendant quelques secondes, laissant l'eau couler lentement sur le tissu imperméable, le long de ses doigts avant de finalement goutter sur le sol. Il bouge la tête de côté, de droite à gauche, faisant légèrement craquer sa nuque dans un léger soupir. Puis il redresse la tête, plongeant une main sous son manteau pour y trouver une cigarette qu'il glisse entre ses lèvres, l'allumant bien rapidement. Il plisse légèrement les yeux, tout en inspirant une profonde bouffée. Il vient de reconnaître une silhouette derrière la baie vitrée. Nina est déjà là.

Il n'attend pas plus, traversant la rue à grande enjambée pour se retrouver devant la porte métallique qui s'efface devant lui pour le laisser entrer. Il pénètre à l'intérieur de l'hôtel, savourant la chaleur bienvenue du lieu avant de se diriger vers la jeune femme un petit sourire aux lèvres. Il a la lèvre inférieure légèrement ouverte et le nez un rien gonflé, comme quoi il ne fallait pas l'abandonner.

J'espère que je n'ai pas été trop long. Il sourit plus malicieusement avant de tirer une nouvelle bouffée. Une cigarette pour me faire pardonner?

Il se range à ses côtés, continuant de fumer lentement, tandis que l'une de ses mains repart vadrouiller sous son manteau à la recherche de son paquet. Il attend quand même qu'elle lui réponde avant de le sortir et de lui tendre ou au contraire de la laisser se reposer confortablement dans l'une de ses poches. Bref, il lui offre quelques secondes de tranquillité, en profitant pour détailler pendant quelques secondes l'intérieur de l'hôtel, puis finalement, retirant la cigarette de ses lèvres, il penche la tête pour continuer la conversation. Ce n'est pas tout ça mais maintenant qu'ils se sont retrouvés, ils vont encore devoir trouver un endroit ou se terrer.

On va voir s'ils ont une chambre libre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Dim 28 Déc 2014 - 11:20

Quand enfin il passa la porte, elle l'accueillit avec un léger sourire, tout ce qu'elle était capable d'offrir en l'occasion. Les bras croisés, les épaules remontées et tendues lui promettant un bon mal de nuque d'ici peu, les pieds humides, elle tremblait un peu, trempée et largement refroidit. Si bien que même une cigarette ne la tentait pas. Elle rêvait seulement d'une bonne douche chaude et d'habits sec. Le deuxième étant particulièrement problématique. Mais il n'était pas tant de se poser ce genre de question, la douche d'abord ensuite elle aviserait, une serviette peut faire une très jolie robe. Au pire, elle se promènerait nue dans la chambre, ce n'était pas la pudeur qui l'étouffait et ce n'était pas elle que ça dérangerait. Ce n'était pas franchement le moment de devenir vulnérable à la maladie. Elle plongea ses yeux dans les siens, véritablement soulagée de le retrouver. Ensemble ils pourraient attendre la fin de la quarantaine ou trouver un moyen de sortir, et c'était bien mieux que d'être seule dans ce merdier. Et puis ils avaient un jeu à reprendre.

- Il n'y a rien à pardonner. Et merci, mais plus tard.

Non, décidément tendre le bras pour fumer était un effort trop grand pour le moment. Restant à ses côtés, ils se dirigèrent d'un accord semi-tacite vers la réception, se positionnant dans la queue pour avoir une chambre. Elle priait pour qu'ils leur en restent une, regardant les clefs restantes en espérant que cela soit significatif. Au bout de quelques minutes le réceptionniste revint, prenant en charge la personne suivante. Les deux étaient asiatiques et discutaient en ce qui semblait être du mandarin ce qui rendait la conversation incompréhensible. L'homme d'âge mûr prenait son temps pour s'occuper de chaque client si bien que l'attente fut longue et Nina semblait avoir perdu toute idée de conversation, elle jetait juste un œil à son compagnon de temps en temps. Réalisant alors qu'elle allait se retrouver enfermée avec lui dans une chambre pendant au moins quelques jours, que si ça se trouve il n'aurait droit qu'à un lit double. Pas que ça la dérangeait, mais quand elle s'était amusée à le séduire, elle n'avait pas vraiment eu d'idée derrière la tête. Cela se trouvait juste être amusant et inhabituel, quelque chose de nouveau inhérent à son changement de vie, et un art qu'elle se devait d'apprendre à maîtriser. D'une certaine façon, elle s'était laissée prendre à son propre jeu. Après un long moment de silence, à attendre patiemment, elle tenta un brin de conversation.

- J'espère qu'ils ont de l'eau chaude. Je rêve d'une douche plus que tout au monde.


C'est que ça devenait presque une obsession alors que le réceptionniste en finissait avec le client devant eux, l'emmenant à sa chambre. Ils étaient les prochains sur la liste, ils n'avaient plus qu'à attendre qu'il revienne. Nina croisait les doigts, elle laisserait Declan s'occuper des formalités puisqu'il connaissait le lieu. Elle sortit juste son porte-monnaie, elle avait sans aucun doute les moyens de payer la chambre pendant le temps qu'il faudrait. D'ailleurs, elle devrait trouver un moyen de prévenir Keiko de sa présence ici, celle-ci saurait surement l'aider à sortir de là, ou lui faire parvenir de quoi survivre en attendant. C'était enfin à leur tour, et ils ne restaient plus que deux clefs accrochées dans les cases, mais rien ne promettait que ces chambres soient libres pour autant. Vingt-trois et trente-quatre. Qui serait le numéro gagnant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Ven 2 Jan 2015 - 23:04

Le réceptionniste s'éloigne, emportant dans son sillage l'individu. Nina et Declan se retrouvent seuls, s'échangeant quelques regards alors qu'ils tentent de se réchauffer comme ils le peuvent. L'homme inspire, tirant une dernière bouffée avant d'extirper la cigarette d'entre ses lèvres pour l'écraser dans un cendrier qui à moitié plein semble avoir connu une journée agitée. La cigarette est l'un des rares plaisirs autorisés. Une légère expiration et il s'accoude au comptoir, tournant à demi le buste pour pouvoir continuer de regarder la belle et détrempée Nina. Nonchalamment, il pianote du bout des doigts contre le meuble en plastique. Passant son autre main dans ses cheveux humides, pour repousser quelques mèches rebelles qui collent à son front. Heureusement qu'il n'a pas les cheveux long. Et il patiente du mieux qu'il peut, attendant le retour de l'asiatique avec hâte. C'est qu'il n'aimerait pas attraper froid. Finalement, l'individu réapparaît et mécaniquement part prendre sa place derrière le comptoir avant de lancer son speech d'accueil, le tout avec un petit accent. Au moins ça fait couleur locale, même si la phrase est tout de suite un peu moins compréhensible.

Autant dire que l'agent ne se fait pas prier pour lui dire ce qu'il souhaite, une chambre, ni plus ni moins, c'est que Nina et lui aimeraient bien pouvoir profiter de la chaleur réconfortante d'une bonne douche. Cependant, la transaction risque d'être plus compliquée qu'il ne l'espérait. Le réceptionniste semble vouloir tirer de la chambre quelques bénéfices substantiels. Il pense avoir flairé les pigeons et d'une certaine façon, il n'a pas tord. La situation est telle que les hôtels vont rapidement louer leurs dernières chambres, sans parler de ceux qui fermeront tout bonnement pour éviter la contamination. Dire que quelques heures auparavant, Declan aurait réglé le problème en un temps record. On ne refuse rien à un membre du N.O.D, par contre pour un simple orthodoxe c'est tout de suite bien plus compliqué. Et c'est malheureusement ce rôle qu'il est sensé joué en cet instant précis, ça l'agace mais c'est ainsi. A quoi bon changer de tenue si c'est pour se faire repérer aussitôt arrivé à l'hôtel? Alors, il prend son mal en patience et commence à négocier. Declan a bien assez de crédits mais il ne doit surtout pas le montrer, au contraire même il doit passer pour un client assez pauvre pour ne pas trop l’appâter, mais avec assez de ressources pour ne pas voir la chambre lui passer sous le nez. Alors, il essaie de discuter..

Nous ... ne sommes pas d'ici monsieur, nous nous retrouvons bloqué sans aucun autre endroit où venir nous abriter ... Declan tente d'abord d'éveiller la compassion de son interlocuteur avant de se montrer plus pragmatique. Et nous ne savons pas combien de temps la quarantaine va durer.

Ça l'énerve de devoir ainsi jouer la comédie mais il n'a vraiment pas le choix. Il l'attraperait bien par le col de sa chemise pour le faire passer par dessus le comptoir, mais ça serait contre-productif. La négociation continue et finalement, le moment de passer à la caisse finit d'arriver. La chambre leur revient cher, mais le couple ne s'en tire pas trop mal. Continuant à jouer son rôle Declan vient prendre quelques crédits à sa partenaire, histoire de sembler faire le fond des poches. Ils paient avant de pouvoir récupérer une clef et de suivre le réceptionniste jusqu'à la chambre tant désirée. La porte s'efface, l'homme s'écarte alors pour les laisser passer avant de s'esquiver.

La chambre est petite, il fallait s'y attendre. Dix m² tout au plus, un lit deux places au centre, un écran en face, une banquette contre un mur. La salle de bain risque de ne pas être bien grande non plus, mais très sincèrement il s'en moque. L'important c'est qu'ils ont un toit pour la nuit et de quoi pouvoir se réchauffer. D'ailleurs, il commence déjà à retirer son manteau, l'accrochant avant de faire quelques pas dans la pièce, s'étirant.

Je crois que vous avez amplement mérité de prendre votre douche en première. Un sourire et il se laisse tomber sur la banquette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Sam 3 Jan 2015 - 11:28

Dans son esprit naissait quelques envie de meurtre. Le réceptionniste devenait passablement insupportable, négociant le prix de sa chambre de façon outrageuse. Elle admirait Declan en l'instant parce qu'elle, elle se serait déjà énervée et pour éviter de leur créer des soucis, elle se força au silence, observant derrière les mèches de cheveux trempées qui lui collaient au visage. Muette, elle le suivait dans ses négociations, acceptant sans broncher sa requête et faisant en sorte de chercher la somme demandée comme si elle raclait le fond de ses économies. Maintenant que le prix était fixée de toute façon, le gérant aurait du mal à demander plus s'ils restaient plus d'une nuit. Nina avait d'ailleurs oublié de lui dire qu'elle pouvait payer la chambre tout le temps nécessaire, qu'importe combien de temps durerait la quarantaine. En espérant qu'elle finisse un jour. En l'instant elle regrettait juste un peu de ne pas avoir échangé son sac au magasin, il était certainement trop beau pour ce qu'elle essayait de faire paraitre, une bonne marque, encore fallait-il s'y connaitre en sac-à-main. Elle en cachait le logo habilement à défaut.

Une fois la nuit payée ils furent entrainés jusqu'à leur chambre, enfin. Une petite pièce, un grand lit et une salle de bain, c'était à peine plus petit que son appartement dans la zone de sommeil. C'était parfait. Elle se considérait comme véritablement chanceuse dans cette situation plus que critique. Un lit, un toit et un compagnon plus qu'agréable. Elle ne regrettait pas un seul instant d'être allée lui demander cette cigarette, elle était sans aucun doute tombée sur l'agent le plus sympathique du NOD. Non seulement la conversation avec lui s'était révélée délicieuse, mais en plus il prenait soin d'elle, comme promis d'ailleurs et il n'était pas désagréable à regarder, ce qui ne gâchait rien. Alors elle sourit un peu en le regardant s'affaler sur la banquette.

Un soupire et elle se remit en action. Il était grand temps de se débarrasser du froid et de l'humidité qui l'assaillait de toute part. Elle commença par enlever son manteau pour le pendre, puis ses chaussures. Elle attrapa une des deux serviettes qui était à leur disposition et fila s'enfermer dans la salle de bain. La pièce était toute petite et pas très propre, mais elle ferait très bien l'affaire. Après avoir utilisé les toilettes, elle referma la lunette et y déposa ses habits au fur et à mesure qu'elle les ôtait. Son pantalon était bien trempée et elle le posa dans le lavabo, sa chemise était un peu plus épargnée, elle sécherait probablement assez vite, elle la laissa sur la lunette avec ses sous-vêtements, eux aussi légèrement humide mais sans plus. Le plus dur dans les salles de bain de cette taille consistait à trouver un emplacement pour chaque chose sans que tout finisse mouillée. Heureusement, il y avait tout de même un porte serviette à portée de la douche.

Elle glissa enfin dans l'habitacle de verre, attrapant la paume de douche pour envoyer l'eau loin d'elle et observant un instant la machinerie. C'est qu'il était hors de question de prendre une douche plus froide que celle qu'elle avait subit dehors. Elle envoya enfin l'eau dans les tuyaux, ouvrant seulement l'eau chaude. L'eau glacée éclaboussait le mur et se rependait doucement dans le bac, allant jusqu'à titiller ses doigts de pieds ce qui lui arracha un frisson. Puis l'eau glacée devint brûlante, elle actionna immédiatement l'eau froide se lançant ensuite dans une bataille compliquée afin d'obtenir la bonne température. Chaque vingtième de tour de poignet faisant passer la chaleur du tout au tout et après quelques minutes enfin elle put se laisser aller sous le mince filet tiède. Elle n'arrêta jamais vraiment de réguler la température tant celle-ci ne voulait pas se déstabiliser. Elle se savonna rapidement avec le produit à disposition, se rinça sous de l'eau bien chaude, laissant la pièce embuée et mit fin à regret à ce doux moment. Elle voulait être sûre que Declan puisse avoir de l'eau chaude lui aussi, elle ne s'attarda donc pas même si cela faisait un bien fou.

Ses cheveux repoussés en arrière dégoulinaient à nouveau, elle les sécha comme elle pu avec la seule serviette à disposition, arrêtant simplement leur égouttement. Puis elle s'enroula dans le tissu comme dans une robe, un peu courte mais qui faisait très bien l'affaire vu les circonstances. Et elle attrapa ses vêtements de son autre main, libérant la douche pour le suivant. Dans la chambre son compagnon semblait s'être assoupi, et ayant de nouveau les yeux en face des trous, elle remarqua l'hématome autour de son œil.

- Declan, tu es blessé ?

Que lui était-il arrivé pendant le cours laps de temps où ils avaient été séparés ? Elle balança négligemment ses affaires sur le lit et vint s'asseoir à côté de lui, le sortant de sa torpeur en posant délicatement ses doigts sur sa pommette violacée. Elle lui sourit doucement, se voulant rassurante.

- La douche est libre ! Elle est un peu difficile à régler, mais l'eau est chaude.

Ses doigts étaient restés sur sa joue qu'elle caressait machinalement en attendant qu'il se lève, tenant sa serviette fermée autour d'elle de son autre main. Quand il serait dans la salle de bain elle mettrait ses vêtements à sécher, probablement sur cette même banquette faute de place puis elle tenterait de joindre Keiko et de l'appeler à l'aide. Elle était leur seul espoir de quitter ce merdier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Sam 3 Jan 2015 - 19:15

La porte de la salle de bain se referme en un léger cliquetis métallique, le laissant seul dans la pièce étriqué. Il se redresse un peu, s'asseyant sur le rebord de la banquette avant de s’arque bouter vers l'avant, commençant à retirer ses chaussures pour se mettre un peu plus à l'aise et ne pas trop salir la moquette. D'ailleurs, il les repousse sous la banquette avant de s'étirer à s'en faire craquer quelques lombaires. Puis, il se laisse partir en arrière, s'installant bien plus confortablement, s'allongeant presque totalement, une main derrière la nuque. Il se retient d'allumer une nouvelle cigarette, il va lui falloir penser à rationner ces dernières d'autant plus qu'il compte partager les restantes avec la jeune femme. Une légère inspiration et il tourne la tête, posant son regard sur l'écran qui éteint laisse paraître les reflets des luminaires. Cela ne sert à rien de l'allumer, il connait déjà le contenu des informations, tout du moins les boniments que le gouvernement ne manquera pas de donner pour maintenir son contrôle sur la situation. C'est toujours plus facile de mentir. Il détourne rapidement son attention de l'écran, regardant un instant la porte de la salle de bain qui laisse filtrer le bruit de la douche. Declan s'imagine déjà être sous l'eau chaude et il en frisonne de plaisir. Mais pour l'heure, il lui faut attendre alors l'homme patiente, se laissant peu à peu entraîner par une douce torpeur. Il se sent partir, mais ne lutte pas, fermant un œil puis l'autre.

S'endort-il? Peut être bien, en tout cas c'est la voix de la demoiselle qui le tire de sa rêverie. Il lui faut quelques secondes pour comprendre de quoi elle parle et remarquer qu'elle est assise à ses côtés. Un sourire se dessine sur ses lèvres alors qu'il s'installe plus correctement pour lui faire face. Il ne peut s'empêcher de pencher un peu la tête pour sentir d'autant plus le contact de ses doigts sur sa peau. Étrangement, il aime le réconfort qu'elle lui procure et le regard qu'elle pose sur lui. Aussi, il ne se fait pas prier pour la rassurer, lui adressant un sourire doux avant de lui répondre.

J'ai pris un coup en tentant d'aider quelqu'un. Mais ce n'est rien de grave, ça m'apprendra à ne pas me tenir sur mes gardes.

Un frisson vient lui rappeler qu'être sec ne serait pas un luxe, mais c'est à regret qu'il se détache de Nina, se relevant lentement tout en lui souriant avant de l'abandonner pour prendre son tour dans la salle de bain. La porte refermée, Declan commence déjà à se déshabiller, posant ses affaires ou il le peut en un équilibre précaire avant de faire fonctionner la douche, passant une main sous l'eau pour tenter de régler au mieux la température. Les douches récalcitrantes, il connait et après quelques secondes, il passe sous l'eau laissant entendre un long soupir d'aise alors qu'il savoure la chaleur réconfortante. Il se douche rapidement, ses mains frottant sèchement son corps pour le savonner avant de se rincer. Bien qu'il n'est pas pressé par le temps, l'homme se dépêche, habitué qu'il est à prendre des douches rapides. Ses ablutions terminées, il s'approche du miroir, passant une main dessus pour en chasser la buée et regarder l'état de son visage. Il a déjà eu une gueule pire que ça. Récupérant sa serviette, il commence à se sécher vigoureusement tout en se décalant. C'est le moment de réfléchir à quoi passer. Il peut oublier la technique de Nina, la serviette est trop petite pour lui. Quand à son pantalon, il est trempé forcément. Bref, il décide de remettre son boxer, ça conviendra bien pour le moment. La serviette sur les épaules, il attrape ses affaires pour retourner dans la chambre, contournant le lit pour les étendre avant de partir en sens inverse vers son manteau, y récupérant paquet et briquet qu'il va déposer sur un meuble.

Si tu as envie de fumer n'hésites pas.

Il attrape un coussin, le calant contre la tête de lit avant de se hisser pour s'installer sur le matelas qui un peu dur n'en est pas moins confortable. L'homme récupère sa serviette, se frictionnant rapidement les cheveux. La situation est étrange mais loin d'être déplaisante, enfin si l'on met de côté la quarantaine et la maladie infectieuse qui pourrait les toucher. Il étend une jambe devant lui sur le lit, repliant l'autre lentement. Pour l'heure, le mieux est de se poser pour la soirée, de voir comment les choses évoluent et surtout laisser le N.O.D rétablir le calme dans les rues. Ce dernier point lui semble compliqué, mais on peut toujours rêver. Finalement, il ramène son regard sur la belle pour lui sourire et ajouter quelques mots, une façon comme une autre de tenter de détendre l'atmosphère qui pourrait rapidement devenir pesante.

Je crois bien que ce n'est pas ce soir que je te ferai découvrir mes vinyles. Mais crois bien que je n'oublie pas, pareil pour le Lady Day.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Sam 3 Jan 2015 - 20:48

Elle le regarde partir avec une pointe de regret, mais se jette aussitôt sur ses vêtements afin de les étendre. L'étape suivante consistait à appeler Keiko, elle s’exécute malheureusement elle n'est pas joignable. A défaut elle laisse un message à son attention à la réception de la ruche, tentant de faire comprendre son besoin tout en laissant entendre qu'elle va bien, un exercice de justesse difficile. Elle en profite également pour faire l'inventaire de son sac : rouge à lèvre, porte-feuille, téléphone, pulvérisateur de gaz défensif, paquet de mouchoir, clefs, maquillage. Rien de franchement utile dans leur situation. Elle soupire, fait trois fois le tour de la pièce même quatre, sursaute quand il ouvre la porte de la douche et se sent bête. Comme si ça n'était pas prévisible.

Il s'installe bien vite sur le lit, elle ne peut s'empêcher de laisser son regard s'égarer sur son corps, elle se doute bien qu'il ne s'en est pas privé non plus, s'il faut une excuse. C'est vrai que dormir n'est pas une mauvaise idée. Une cigarette non plus mais...

- Non merci, je vais essayer d'être raisonnable.

C'est peut-être le moment où jamais de faire une cure. Elle le regarde, toujours debout de l'autre côté du lit, l'écoute et lui sourit. Puis elle attrape ses sous-vêtements et retourne dans la salle de bain, refermant la porte derrière elle. Faire pipi encore, parce que oui, l'air de rien elle est un peu stressée. Remettre ses sous-vêtements qui sont à peu près sec, parce qu'elle se voit mal dormir à côté de lui dans une serviette qui finira forcément au pied du lui, soit nue en fin de compte. Et puis passer ses doigts dans ses cheveux pour les démêler, s'arranger un peu et se coiffer. Fin prête elle retrouve la chambre et vient directement s'allonger à côté de lui, par dessus les draps.

N'est-ce pas très étrange comme situation ? Un peu plus tôt ils flirtaient de la façon la plus explicite possible, et maintenant qu'ils étaient presque nus allongés l'un à côté de l'autre, l'ambiance était, si ce n'est glacial, au moins particulière. Il faut remercier le gouvernement et son art pour te coller des épidémies quand il faut pas. Il essayait tant bien que mal de détendre l'atmosphère, mais le problème ne venant pas de lui et qui plus est, Nina ayant fait trainer sa réponse une bonne dizaine de minutes, ça ne semblait pas suffire. Elle tenta cependant de relancer à son tour la conversation.

- J'y compte bien, oui, j'y compte bien... Sa voix s'éteint complètement sur la fin de sa phrase, dévoilant une partie de son mal-être. J'amènerais mes propres vinyles !

L'angoisse qu'elle avait jusqu'à maintenant chassé semblait l'assaillir de toute part, en témoignait son agitation, incapable de complètement se poser, serrant ses mains entre elles. Ça avait été facile de faire bonne figure jusque lors, dans la rue, un rôle à jouer, un objectif, puis échapper à la pluie, combattre le froid. Il y avait eu plein de raisons de ne pas penser à la vraie situation. Mais une fois dans la chambre son masque était tombée, elle n'était plus qu'elle-même, simple, fragile et perdue. Plus rien derrière quoi se cacher. Et elle paniquait.

Et si elle était déjà malade ? Et si elle mourrait ? Et si elle ne sortait jamais de cette chambre ? Et si, et si, et si... Toujours plus de si et toujours plus loin dans le morbide, la malchance et le malheur. Sa gorge était nouée, l'empêchant d'exprimer toute cette angoisse et dans un sursaut elle se releva, s'approchant des fenêtres pour voir ce qui se passait dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Sam 3 Jan 2015 - 23:17

Difficile de faire la conversation quand on se retrouve ainsi découvert en compagnie d'une personne que l'on connait encore peu. La situation n'aide pas, l'ombre de l'épidémie est pesante, prégnante même. Personne ne sait comment la situation va évoluer, si la quarantaine va se révéler fonctionner et combien de temps elle va durer. Surtout, il est difficile de se protéger d'une épidémie dont on ne connait rien, terreau fertile pour les doutes et les craintes. Et pourtant, l'homme est étrangement calme et serein. Il n'a pas la moindre information et pourtant cette situation, en dehors des tourments et des morts qu'elle va engendrer, ne semble pas l’apeurer. Peut être est-ce parce que pour la première fois de sa vie, il n'est plus aux ordres du gouvernement, qu'il peut agir à sa guise sans devoir attendre la moindre directive. Bien sûr, il ne compte pas se rebeller contre l'autorité, il fait partie des rouages, il est un membre du N.O.D et l'accepte, mais là franchement c'est une coupure qui est presque bienvenue. Presque, car il n'oublie pas que l'épidémie qui sévit déjà est sans doute mortelle et que sa vie est en jeu.

Cependant, au calme de Declan s'oppose l'agitation de la jeune femme. Elle a peur. Contrairement à lui, elle a peut être des choses à perdre, après tout le lieutenant s'estime déjà heureux d'avoir survécu aussi longtemps au sein du N.O.D. Sa vie est peut être plus intéressante que la sienne. Toujours est-il que la Valkyrie transpire la crainte, elle ne tient pas en place et même sa voix commence à sonner faux. Elle ne tarde pas d'ailleurs à s'extirper du lit pour filer telle une anguille vers la fenêtre. Il la contemple de dos, l'admirant en silence.

Il finit par se lever, abandonnant le lit qui lui semblait de plus en plus confortable pour se rapprocher de Nina. L'homme se glisse alors dans son dos, ses bras se refermant autour de sa taille fine pour l'enlacer, tandis que ses mains viennent se saisir des siennes, les pressant doucement comme pour l'aider à se calmer. Declan ne s'est jamais considéré comme un homme protecteur, peut être parce qu'il n'en a jamais vraiment eu l'occasion. Au final, ce n'est pas bien important, aujourd'hui tout ce qui compte c'est l'instant présent et il a envie de l'aider à se détendre, faire poindre à nouveau son joli sourire, lui redonner de l'espoir. Alors, il la serre contre lui, ses mains frottant les siennes doucement, faisant courir ses doigts contre les siens, se permettant même de déposer un baiser dans ses cheveux. Il penche alors la tête, effleurant son oreille du bout des lèvres avant de murmurer d'une voix douce.

Nous quitterons ce quartier ensemble Nina. Ce sera sans doute difficile, certainement long mais nous nous en tirerons, fais moi confiance.

Oui la situation allait être compliquée à surmonter, mais pour une Valkyrie et un N.O.D tous les espoirs étaient permis, avec les dons de l'une et les compétences de l'autre, ils ne pouvaient certainement pas former meilleur duo. Mais pour l'heure, ils ne peuvent rien faire d'autre que de se rassurer l'un l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Dim 4 Jan 2015 - 10:22

Dehors on voyait encore quelques personnes courir, d'autres se battre. On entendait des coups de sifflet, des cris et des tirs, par forcément dans cet ordre. Elle crut apercevoir un groupe de personnes sur les toits aussi. Et la pluie tombait toujours, à grosses gouttes, clapotant contre la vitre à tout va. Elle ne semblait plus jamais pouvoir s'arrêter. Tout comme l'agitation de la rue, malgré les "conseils" de la voix du gouvernement disant de rentrer chez soi. L'observation cependant se trouvait limitée par la pluie si intense qu'elle brouillait la vue, et la buée qui commençait à se former sur les fenêtres. Elle laissa glisser ses doigts sur la vitre glacée.

Elle l'entendit se lever et s'approcher et ne dit rien, toujours préoccupée. Elle s'était attendue à beaucoup de chose mais pas à ça, qu'il se lève pour prendre un verre d'eau, vienne la rassurée... Mais la prendre dans ses bras, l'enlacer de façon si tendre et protectrice, ça non. Et pourtant c'était loin de lui déplaire. Elle frissonna, sa respiration et son cœur prirent un rythme plus enlevé, à peine dissimulé. Elle serra ses doigts autour des siens, comme pour s'assurer qu'il n'allait plus partir et elle ferma les yeux. Sa présence si proche mit rapidement fin à sa petite crise d'angoisse. C'est tout ce dont elle avait besoin au final, quelqu'un comme lui, un gardien, un grand costaud mais avec un cerveau. Quelqu'un pour la protéger.

Quand ses lèvres s'approchèrent de son oreille, elle tendit subtilement sa gorge, espérant les y attirer mais rien ne se produisant hormis quelques mots, elle reprit sa position initiale. Les mots n'avaient pas beaucoup de valeurs, si ce n'est l'intention derrière. Il n'en savait rien, elle le savait, c'était plus un désir qu'une vérité, cachant une autre envie plus actuelle, celle de l'aider à se détendre. Ils restèrent un moment comme ça, sans bouger et silencieux, était-ce une minute qui semblait une éternité ou quelques minutes, impossible à dire. Nina était juste bien. Elle avait lâché sa serviette pour prendre ses mains, serviette qui s'était empressée de se relâché, évidement, s'ouvrant doucement, tenant à peine. Il n'y a bien que dans les films que ce genre de nœud tient. Mais elle s'en moquait. Et elle s'appuyait sur lui, contre lui.

Elle était bien, mais ça n'était pas suffisant. Elle voulait s'attirer définitivement sa protection et un peu plus que ça. C'était très égoïste et pas très réfléchit. Digne d'une femme cherchant désespérément à s'attirer un peu d'attention. Pathétique. Mais serait-il capable de voir la différence entre son attitude désespérée et un profond désir ? Probablement pas. Elle se tourna donc dans ses bras et se hissa sur ses pointes de pied, son bras ayant glissé derrière sa nuque pour l'attirer vers elle et elle osa enfin joindre leurs lèvres. Elle voulait sa chaleur, son attention et son affection, être enfermée dans ses bras, le séduire. Et c'est avant tout pour ces raisons qu'elle le désirait, du moins en l'instant. Nina n'avait jamais eu de figure masculine dans sa vie, elle n'avait pas connu son père et elle comblait ce manque par un très fort besoin de se sentir désiré, et pour ce faire, elle était capable de bien des choses.

Ce n'était sans doute pas bien, mais il n'était pas tant de se poser plus de questions. Cela ne changerait rien au fait qu'elle le désirait, et que quelque part, la soirée devait se finir ainsi après tout ce petit jeu qu'ils avaient mis en place. D'ordinaire, elle n'était pas si timide, au contraire même, elle était plutôt du genre entreprenante et très direct, mais sa peur semblait l'avoir rendu plus timorée. Cela ne dura pas cependant, sa peau contre la sienne, la chaleur des corps, la douceur de ses lèvres, tout cela lui fit très vite reprendre ses esprits, ou perdre selon le point de vue, se laissant partir dans un baiser bien plus appuyé. Elle se retint néanmoins de lui sauter directement dessus.

Le baiser prit fin, par l'un ou l'autre, difficile de discerner, les laissant tous les deux à bout de souffle. Ce moment que Nina redoutait. Elle qui craignait désormais qu'il ne la rejette. Elle lui laisserait cependant l'initiative de poursuivre, priant intérieurement qu'il veuille bien d'elle, souffrant déjà qu'il puisse la repousser. Un point dans le ventre. Malgré tout elle lui sourit et glissa quelques mots habilement choisis contre ses lèvres. Elle était après tout douée pour séduire, elle n'avait pas finit chez les valkyries pour rien.

- Je crois que nous en étions à faire la liste de vos vices...

Nina avait déjà eu quelques relations, assez tôt même, mais quand on est pucé cela perd très vite de sa valeur, le plaisir étant absorbé par l'EndVice. Cela a un terrible goût d'achevé, oui d'achevé, parce qu'une fois qu'on y a goutté, on n'a pas spécialement envie d'y revenir. Si elle y revenait, c'était juste pour voir ce désir dans la prunelle de l'autre, ce substitut d'amour. Pas qu'elle recherche vraiment l'amour, non, juste un peu d'attention. C'était donc la première fois qu'elle embrassait quelqu'un sans sa puce et la différence était nette, les sensations bien plus prenantes, addictives. Elle voulait y revenir, oh que oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Dim 4 Jan 2015 - 21:13

S'il est troublé par leur proximité, Declan n'en montre rien. Tout du moins il essaie jusqu'à ce qu'elle se tourne pour lui faire face et ne plonge ses prunelles dans les siennes. Il se sent commencer à fondre, lui souhaitait la réconforter, voilà qu'il se sent céder. Elle ne tarde pas à lui porter le coup de grâce, le baiser emportant toutes ses résolutions bien loin. Il répond au baiser avec la même passion, le faisant durer le plus longtemps possible, tout en la maintenant contre lui. Il ne veut pas qu'elle s'échappe et elle semble n'en avoir aucune envie. Il ne sait pas combien de temps l'embrassade perdure, toujours est-il qu'il est haletant quand ses lèvres s'écartent des siennes et il lui faut bien quelques secondes pour retrouver son souffle. Elle en profite pour relancer la conversation, lui arrachant un sourire et une réplique.

Mes autres vices ... Hmmmm. Je dirai que l'un se joue en cet instant précis.

Et effectivement, l'homme se sait craquer sous le charme de la jeune femme. De toute manière, il ne résiste pas et ce depuis qu'ils se sont rencontrés. Elle a piqué son intérêt dés qu'elle s'est approchée de sa table et depuis, ils ne se quittent plus. Certes, un peu poussé par la force des choses mais tout de même.

Il la regarde, l'admire, la détaille et la contemple. Dans l'impossibilité de détourner le regard, il se laisse emporter par l'envie qu'il ressent. Ses doigts se pressent plus fermement contre ses hanches, les dessinent et les caressent, suivant un instant le rebord de sa culotte avant de remonter sur son dos avec légèreté. Il prend son temps, contraste flagrant avec le monde environnant en proie à une agitation chaotique. Mais ici, loin de la rue, à l'abris de la pluie et des actes désespérés, il peut savourer. Il inspire profondément avant de relâcher un soupir brûlant qui s'écrase contre les lèvres de son amante. Et ses mains continuent de remonter, escaladant son dos en de douces et tendres caresses, jouant de la pulpe de ses doigts ou du bout des ongles. Ses attentions dérivent jusqu'à ses flancs avant de revenir sur son dos et de chuter jusqu'au creux de ses reins pour mieux remonter. Le corps de la jeune femme blotti contre le sien, le charme et le tente terriblement.

Ses mains grimpent, allant pour l'une jusqu'à son épaule tandis que l'autre s'arrête à son soutien-gorge. Ses doigts le suivent avec une lenteur toute consommée avant de le dégrafer. Il le lui retire lentement, crochetant du pouce l'une des bretelles pour la faire descendre le long de son biceps. Declan lui adresse un sourire, avant d'approcher son visage du sien pour l'embrasser langoureusement. Sa langue se darde, part à la recherche de sa jumelle pour débuter une douce valse qui cesse bien rapidement. Un nouveau sourire et il lui retire complètement son soutien-gorge, le laissant tomber sur le sol. Son corps frissonne au contact de la poitrine désormais de nue de son amante. Ses mains repartent vagabonder le long de son dos, allant et venant en une avalanche de caresses tantôt douces et légères, tantôt plus fermes et aventureuses, jusqu'à finalement contourner ses flancs pour effleurer ses deux rondeurs.

Il penche alors la tête de côté, ses lèvres effleurant sa tempe, descendant lentement jusqu'à sa joue qu'il embrasse délicatement. Il chaparde son lobe d'oreille, refermant ses dents dessus pour le mordiller malicieusement avant de finalement souffler quelques mots d'une voix rendue rauque par le désir.

Pour être a égalité, il faudrait que tu me parles de tes vices.

L'homme compte bien les découvrir, que ce soit en cette soirée ou plus tard. Jusque là, il a été le seul à se dévoiler et confier ces secrets et vices. Oh, il comprend parfaitement la méfiance de son amie, on ne se confie pas à un membre du N.O.D, encore moins quand on ne le connait pas ou si peu. Cependant, peut-il encore se considérer comme membre des forces de l'ordre alors qu'il s'est débarrassé de son équipement pour se mêler aux orthodoxes? En cette soirée, il a fait son choix, ici et maintenant il est Declan, le lieutenant ne sera de retour que demain. Et encore, cela dépendra très certainement de l'évolution des événements, qui sait ils seront peut être bloqué pour quelques jours dans cette chambre, ou au contraire forcé de bouger dans la matinée. Mais il rejette bien rapidement ces pensées, ce n'est pas le moment de réfléchir à tout cela, non il y a bien plus important en cet instant précis, Nina.

Ses mains descendent subitement sur les hanches de la jeune femme, les englobant pour les masser avec fermeté avant de les laisser dériver jusqu'à ses fesses qu'il empoigne tout aussi envieusement. Quelques caresses et il la soulève sans difficulté, la laissant s'accrocher plus fermement à son cou alors que son visage se retrouve au niveau du sien. Il ne perd pas une seconde pour profiter de cette proximité, écrasant ses lèvres contre les siennes en un baiser passionné qu'il prolonge avec avidité. Bouche contre bouche, sa langue partant à l'assaut de sa compagne, l'homme la porte jusqu'au lit, l'y allongeant avec plus de délicatesse tout en s'installant à ses côtés. Son corps bouge contre le sien, se frottant légèrement alors qu'il finit de décoller ses lèvres des siennes pour susurrer d'une voix qu'il veut malicieuse.

Je te promet que tout ce que tu diras seras retenu en ta faveur.

Un sourire narquois et il baisse la tête pour presser ses lèvres sur sa gorge, la dévorant de chauds baisers, alors que ses mains courent sur son corps, pour la maintenir toute contre lui. Sa respiration s'accélère, son désir devenant de plus en plus palpable. Finalement, la situation ne semble plus si mauvaise que cela, pour eux deux en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Jeu 8 Jan 2015 - 12:35

Il ne l'avait pas rejeté, évidemment, penser l'inverse était stupide. Mais on ne change pas une personne qui manque cruellement de confiance en elle. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait recherché si ardemment son désir. Maintenant qu'elle l'avait, il avait aussi pris le sien et elle se laissait très agréablement guider. Ses doigts effleuraient sa peau, ses paumes parcouraient son corps. Elle ne risquait pas de s'en plaindre, faisant de même de son côté. Redessinant les muscles et les cicatrices du bout du doigt.

Et pour elle rien n'allait jamais trop vite, aussi elle donna sans complexe un coup de main à son soutien-gorge, ou plutôt un subtil coup d'épaule pour l'aider à tomber. Et puisqu'il resserra leur corps l'un contre l'autre, frémissant de tout son long, elle abandonna son torse pour son dos, en détaillant chaque recoin pendant ce langoureux baiser, descendant jusqu'à ses fesses, aussi loin que la longueur de ses bras le permettait.

La température montait vite et Nina était du genre à aller droit au but, il y avait comme une douce violence dans sa façon d'aimer. Elle ne faisait aucun geste brusque, tout en sensualité et en grâce, pourtant il y avait quelque chose d'animal en elle. Il fallait que ce soit intense, concis, fulgurant. Elle était fiévreuse, haletante mais elle entreprit quand même de lui répondre, ses mots entrecoupés par sa respiration rendue chaotique par les baisers qui irradiaient sa gorge, caressant sa nuque d'une main.

- Je crois... que tu les connais... clopes... musiques classiques... Un jour, tu viendras chez moi... Et puis, ça ne trompe pas.


Elle prit sa main et la fit glisser jusqu'à la chaleur moite de son entre-jambes, sous le tissu, ne laissant aucun doute sur le délit qu'elle allait commettre avec lui, et qu'elle avait déjà commis, d'une certaine façon et qu'elle commettrait à nouveau, à n'en pas douter. Elle en profita pour faire glisser son string jusqu'à ses pieds, puis s'attaqua aussitôt à son caleçon, elle était empressée de le libérer et dés que le tissu fut repoussé, elle empoigna sa verge, s'assurant qu'il était prêt. Non, Nina n'avait décidément et curieusement pas une minute à perdre. Elle murmura à son oreille. Sourire carnassier.

- Je te veux.

Et désormais qu'il était prévenu, elle le poussa pour passer au dessus de lui et s’empaler sur son membre, ne lui laissant guère le choix, et commença à onduler doucement. Elle aimait bien être au dessus, ainsi elle pouvait apprécier son désir, plonger dans son regard pour y chercher cette étincelle particulière, d'admiration mêlée de jouissance. Mais cette fois c'est son propre plaisir qui l'a pris au dépourvu. Elle avait découvert bien des plaisirs dans son apprentissage de Valkyrie, mais jamais comme ça. Cette force qui montait doucement en elle promettait de la laisser pantelante. Et elle se mordit la lèvre pour ne pas gémir, pensant à leurs voisins de chambre. Ce n'était pas le moment d'attirer l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Jeu 8 Jan 2015 - 17:38

Repoussé de côté, Declan se retrouve rapidement sur le dos, pinçant les lèvres pour retenir un soupir alors qu'en fiévreuse cavalière, elle ne tarde pas à le chevaucher. Elle le voulait et elle l'a. L'homme s'offre bien volontiers, laissant la jeune femme l'enserrer de ses jambes et se positionner. Il la souhaitait et il l'a. Prenant une profonde inspiration, il ne tarde pas à soupirer de plaisir alors qu'elle commence à onduler sur lui. Il se laisse porter et emporter par le désir de la belle, un désir qu'il partage tout autant. Envieux, il profite de la situation pour l'admirer pleinement, détaillant son corps en mouvement des hanches jusqu'aux épaules. Il savoure le spectacle qu'elle lui offre, la couvant d'un regard brûlant avant de finalement s'arracher à cette sulfureuse contemplation pour la regarder dans les yeux. Il aime ce qu'il y découvre, cette passion partagée, ce désir qui monte. Ses mains se pressent alors contre ses genoux, les frottant et les caressant doucement avant de faire remonter ses doigts sur l'extérieur de ses cuisses. Il en suit le galbe du bout des ongles, de la pulpe des doigts, se stoppant un instant sur ses hanches pour les cajoler alors que son bassin roule sous le sien pour décupler leurs sensations.

Il ferme un instant les yeux, poussant un long gémissement, se moquant éperdument de leurs voisins et de ce qu'ils pourraient penser. L'insonorisation des lieux n'est pas très bonne et alors? Il laisse d'ailleurs entendre un nouveau soupirs, tandis que ses mains reprennent leur progression pour se refermer finalement sur les fesses de la belle et les masser avec vigueur. Des paumes, il suit les mouvements qu'elle imprime, y répondant de mouvements tout aussi envieux et suggestifs. Ses doigts dessinent ses fesses, les découvrent et les explorent avant de finalement les abandonner bien rapidement. D'autres parties semblent l'appeler.

Ses mains remonte alors, frottant contre le bas de son dos, jouant de ses pouces contre le creux de ses reins avant de remonter avec une lenteur toute consommée le long de sa colonne jusqu'à ses omoplates. Le souffle du lieutenant s'accélère, porté par le plaisir qui monte inexorablement en lui. Mais il n'a pas dis son dernier mot. Ses mains stoppent leur progression, avant de chuter jusqu'à ses hanches pour reprendre d'autant plus chaudement leur escalade. Cette fois, ses paumes longent ses flancs, frottent un instant son ventre avant d'attraper ses seins offert pour les taquiner délicieusement, leur faisant subir de vicieux tourments avant d'en pincer plus délicatement les pointes.

Il la trouve si belle et envoûtante ainsi dressée sur lui et pourtant, ses mains abandonnent bien rapidement ses rondeurs, presque à regret pour l'attirer alors vers lui. L'une de ses paumes vient se presser contre sa nuque pour mieux la maintenir, alors que l'autre bien plus tendre, farfouille dans ses cheveux pour en repousser quelques mèches. Ses lèvres à portées, il ne se fait pas prier pour l'embrasser langoureusement, partageant dans ce baiser tout le désir qu'il ressent, toute cette passion qu'elle a su insuffler. Sa langue vient chercher la sienne, prolongeant tant bien que mal le baiser, y étouffant les nombreux soupirs qui ne manquent pas de s'élever. Et toujours son corps bouge sous le sien, lui offrant d'envieux coups de reins. Et quand ses lèvres se décollent, que son visage se recule un rien c'est pour mieux plonger son regard envieux dans le sien et murmurer son prénom d'une voix rendue rauque par le plaisir.

Nina ...

Mais s'il se laisse entraîner dans cette éruption des sens, Declan ne compte pas faiblir, pas tout de suite. Et mordillant les lèvres de sa compagne d'une nuit, il tente de se contenir au mieux. Parce que si son envie est aussi féroce que la sienne, il compte bien faire durer ce moment le plus longtemps possible et peut être reprendre si le monde les laisse tranquilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Lun 19 Jan 2015 - 22:37

Il est tendre, il est doux. Elle, elle est abrupte, carnassière. Sensuelle malgré elle.
Tout dans son attitude est fait pour que cela ne dur pas plus que nécessaire, simple et fulgurant. C'était comme ça, elle était comme ça.

Simplement parce qu'il ne fallait pas lui laisser le temps de réfléchir. Simplement parce que les habitudes étaient trop bien établies.
C'est ça quand on n'a été que un parmi tant d'autre, une unité dans la masse. Mais pas question d'originalité, il faut rentrer dans le moule, en tout point. Même quand on déraille et qu'on brise les limites. Qu'on commet l'interdit alors qu'il n'a pourtant aucune saveur.

Sans doute aurait-il dû juste accepter ce qu'elle lui offrait, pour le moment. Soudain elle hésitait, elle réfléchissait. Il l'attirait contre lui et pourtant la perdait. Les doutes fusaient dans sa jolie tête brune. C'était mal, c'était insensé. Interdit aussi. Et stupide. Est-ce que c'était désagréable ? Bien sûr que non, mais ça ne rentrait pas vraiment dans ses considérations du moment.

Dans son regard elle voyait son reflet. Le miroir est intraitable. Pathétique. Voilà ce qu'elle est. Presque une gamine. Prête à tant de chose pour une once d'attention. Elle lui a littéralement sauté dessus, dans ce lieu merdique et cette situation encore plus pourrie. Et ce n'est pas comme ça que les choses auraient dû passer.

Alors elle quitte ses bras, confuse et perdue, mais surtout honteuse. Elle glisse en attrapant ses sous-vêtements, remets sa culotte et cache le reste puis reprend sa serviette dans laquelle elle s'enroule. Dans sa poche elle prend une cigarette s'assoie dans un coin, un coin sombre. Elle l'allume, se recroqueville, fume. Le petit rond orange et lumineux scintille de loin. Les volutes s'échappent.

- Excuse-moi... je...

Sa voix est tremblante, elle ne sait pas quoi dire. Ce n'est pas facile de se réinventer, de changer autant, du tout au tout, de passer du gris au coloré. S'il savait. Elle l'a abandonné au pire moment, elle le sait. Il a tout droit de lui en vouloir, mais elle ne pouvait pas, pas comme ça, pas ici, tout compte fait. Elle voudrait juste sortir de ce merdier et écouter de la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Mar 20 Jan 2015 - 0:49

Subitement, la jeune femme s'arrache à ses bras, le laissant pantelant et surprit alors qu'un soupir montait dans sa gorge pour finalement y mourir. Il la suit des yeux interrogatif et ce qu'il y lit le chagrine. Elle abandonne le lit rapidement, récupérant ses sous-vêtements pour aller se terrer dans un recoin de la petite chambre. L'homme passe une main sur son front, se mordillant les lèvres, avant de se redresser et de s'asseoir sur le lit. Il ne tarde pas à le quitter à son tour, avec pour ligne de mire la salle de bain.

La porte se referme en un léger claquement derrière l'homme, le laissant seul pour quelques secondes. Il prend une profonde inspiration, tentant de calmer sa respiration avant de relâcher un long soupir. Faisant la moue, il se tourne face au miroir comme pour comprendre ce qui ne va pas. Relevant le bras, il passe la main contre son visage, faisant frotter ses doigts contre sa joue, sa tempe avant de se pincer l'arrête du nez. Tout d'un coup, il se sent las, l'adrénaline l'a déserté, l'excitation s'est envolée, seules règnent l'incompréhension et la fatigue. Mauvaise journée, manquerait plus qu'il est choppé la maladie. Il se mord la lèvre inférieure à cette idée, un frisson remontant subitement son échine. Il tourne sèchement le robinet, laissant un filet d'eau glacée tomber dans la vasque. Il admire pendant quelques secondes le tourbillon qui se forme dans le fond du lavabo, avant de régler du mieux qu'il peut la température. Il ne peut s'empêcher de s'interroger. Qu'est-ce qui cloche avec lui? Il ne le sait pas, il ne comprend toujours pas ce qu'il s'est passé dans cette chambre d'hôtel. Un mal pour un bien? Il ne saurait le dire. Ses mains en coupe, il récupère l'eau tiède avant de s'en asperger le visage et le torse. L'homme fait de rapides ablutions avant de passer son boxer. Il abandonne l'idée de récupérer son pantalon trempée, prenant encore quelques secondes pour souffler avant de se redresser. Il coupe le robinet, passe une main dans ses cheveux avant de quitter les lieux.

Il s'arrête un instant dans l’entrebâillement de la porte, posant son regard sur la jeune femme qui est pelotonnée dans un coin. Cette fois, il ne se pose plus de question et va la rejoindre, s'accroupissant pour se mettre à son niveau, chercher son regard. Il pose les mains sur ses genoux et lui adresse un petit sourire avant de murmurer quelques mots d'une voix légère et douce.

Auriez vous une cigarette pour moi mademoiselle?

Declan sait pertinemment qu'il reste encore quelques cigarettes dans le paquet, dans son paquet. Mais ce n'est pas vraiment pour le rouleau de tabac qu'il lui pose la question, quoi qu'une bouffée ou deux ne lui feraient pas de mal. Non, c'est ainsi qu'elle est venue à lui dans le bar à sushi et c'est ainsi qu'il revient vers elle après ce petit interlude. Ses paumes frottent ses genoux alors qu'il lui adresse un sourire un peu plus large comme pour mieux lui redonner espoir. Il tend la main, la pressant doucement contre sa joue qu'il câline, tout en la regardant longuement, puis il se recule, se redresse, lui tendant alors la main pour l'aider à se redresser.

Allez viens Nina, retournons sur le lit, le matelas est confortable et les draps sont chauds. Il est encore tôt, profitons en pour apprendre à nous connaître.

Il ne compte pas laisser le malaise perdurer, surtout il ne souhaite pas la laisser ainsi, seule à même le sol, lui semblant si fragile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Ven 23 Jan 2015 - 14:28

Rapidement, il était partie s’isoler dans la salle de bain sans qu’elle ne daigne jeter un regard vers lui. Contemplant ce que les volutes de fumées voulaient bien dessiner devant elle. Elle se sentait honteuse, pas de ça, c’était le droit de n’importe quel être humain. Dire non et à n’importe quel moment. Plutôt honteuse d’avoir lancé quelque chose sans être sûre d’assumer. Vraisemblablement elle avait sous-estimé ses soucis et sa capacité d’adaptation.

Le fait même d’être là en était une preuve. Quitter la ruche sous quarantaine afin d’assouvir une vieille habitude. Qu’est-ce qu’elle espérait ? Recroiser Tanja et Max ? Oui, c’était ça leur nom. Ils sont morts, Nina. Et elle savait même pour la maladie, pourtant…

Il réapparaissait soudain, demandant une cigarette. Elle lui tendit le paquet sans oser le regarder, elle ne voulait pas croiser son regard, qu’il la blâme ou pire. Elle ne le connaissait pas après tout. Sa propre cigarette était déjà bien consumée.

Il s’était posé près d’elle, trop près, trop familier. Elle ne voulait pas qu’il la touche, que personne ne la touche. Elle venait de lui dire non, l’avait-il entendue ? Ce n’était pas une façon de se tenir mais elle ne dit rien. Il semblait plutôt tendre et compréhensif au fond. Mais elle ne le connaissait pas pour autant. Faisait-il partie de ceux qui pensent que les valkyries sont des prostituées ? Il était peut-être juste un peu maladroit, sans même s’en rendre compte.

Alors elle prit sa main pour se lever, juste ça, même si elle n’avait aucune envie de retourner dans ce lit. Elle voulait s’habiller, porter des trucs larges et épais pour se cacher dedans. Cessez d’être une tentation ambulante.

- Je vais réessayer de contacter Keiko.

Elle alla vers son sac pour en sortir son téléphone. Elle composa le numéro, attendit, Keiko ne répondait pas. Elle se décida donc à lui laisser un message texte.

CoinC dans Chinatown avec NOD. Hotel Kamata. Dsl. Pleaz Help.

Puis elle le rejoignit finalement dans le lit, s’enroulant sous les couvertures pour ne laisser dépasser que sa tête. Sur le droite, tel une momie, droite comme i, contemplant le plafond avec une soudaine nouvelle passion. Elle était bien mal à l’aise. Et après avoir laissé planer un silence gênant, rassurant qu’il ne tente rien elle se décida à prendre la parole. Puisqu’il voulait la connaître, elle commencerait par le début.

- Je suis née en 2021. En août. Le 16 je crois.

Cent dix-neuf ans. Et oui. Elle était bien conservée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 31
Mes RPs : Poste Central du NOD:
Officier O'Callaghan à votre service

La réception:
Le Hall
Le salon (en cours)

Chinatown:
Un peu de wasabi avec ton sushi?
Hôtel Kamata (en cours)
Fan Club RP : 5

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Dim 25 Jan 2015 - 20:17

Tu as de la chance d'avoir quelqu'un sur qui compter.

L'homme passe une main dans ses cheveux, avant de presser la main et de l’appliquer contre sa nuque en une ferme caresse. Il s'installe sur le lit, pendant qu'elle reste debout encore quelques instants. Il se tait pendant quelques secondes, la détaillant alors qu'elle pianote et envoie son message. Puis il détourne le regard, se perdant dans la contemplation des draps blancs. Il le sait, personne ne viendra le tirer de ce mauvais guêpier, tout du moins personne au NOD. Au contraire, certains seraient même fiers de l'enfoncer, de montrer ses manquements du doigt, d'appuyer sur ses erreurs pour mieux le faire disparaître. Certaines places sont chères et font des envieux. Declan s'est toujours tenu éloigné de ces petits jeux, des ambitieux mais un poste de lieutenant, bien que pas très important, aiguise déjà certains appétits de jeunes loups qui se verraient bien prendre la place. Et même sans cela, l'entraide n'est pas leur fort. Pensif, il fume lentement, inspirant le mélange vaporeux à pleins poumons avant de recracher un filet du coin des lèvres. Parfois, il se demande comment il a fait pour tenir aussi longtemps. D'autres bien meilleur que lui, n'ont malheureusement pas eu sa chance. Mais finalement tout n'est peut être qu'une question de chance, une balle qui siffle à votre oreille plutôt que de finir en pleine tête. Une nouvelle bouffée alors que la jeune femme vient sur le lit, emmitouflant rapidement dans le drap comme pour mieux se voiler à son regard.

Un ange passe, le malaise s'installe. Declan ne comprend vraiment pas ce qui a pu se passer, comment la situation a pu se transformer ainsi pour passer d'une proximité fiévreuse à une froide distance. Il laisse apercevoir une légère moue alors qu'il tourne la tête pour regarder un mur, se demandant un moment s'il ne doit pas carrément sortir de la chambre pour la laisser tranquille. Il devrait peut être le lui proposer, aspirant une bouffée qu'il recrache au dessus de la tête, il va pour dire quelques mots quand la voix de la jeune femme résonne dans la pièce.

Il arque un sourcil, puis l'autre, les fronçant légèrement avant de tourner la tête pour la détailler pendant quelques secondes. Elle est plus âgée que lui, c'est surtout cela qui l'étonne. Il devrait peut être commencer à faire un peu plus attention à sa personne, il faut dire que jusque là, il se focalisait surtout sur un seul et unique point, survivre. Ce qui est loin d'être une mince affaire quand vous faites partie du NOD et que chaque sortie peut se terminée dans une flaque de sang. Il détourne finalement le regard, ne souhaitant pas peser sur la jeune femme qui fuit déjà bien assez sa proximité en ce moment. Elle a fait un effort pour troubler le silence, aussi il en fait un à son tour.

Moi c'est en 2073, le onze juillet selon mon dossier.

En bon enquêteur, il s'est forcément renseigné, consultant son dossier pour avoir des informations sur ce qu'il considère comme son passé. De simples détails qu'il tente de garder gravé dans sa mémoire. Avec le temps beaucoup de choses sont devenues floues, au final est-ce vraiment important? Il ne saurait le dire. Son passé n'a aucune incidence sur sa vie actuelle, il faut dire que ses parents sont morts durant un attentat alors qu'il était en phase d'éducation. Il s'étire lentement, étendant une jambe sur le matelas tandis qu'il replie lentement l'autre, se calant un peu plus confortablement contre la tête de lit. Il a un léger frisson, le propriétaire semble faire des économies sur le chauffage, mais il ne pipe pas un mot, se contentant de tirer ne nouvelle bouffée. Puis finalement, il reprend la parole, autant percer le malaise maintenant.

Tu sais, il n'y a pas de mal Nina et tu n'as pas à avoir peur de moi. Je dormirai sur la banquette cette nuit, je peux même me poster dehors si tu as besoin d'être seule. Je suppose que j'aurai du t'arrêter ... mais tu me plaisais, tu me plais toujours d'ailleurs. Mais oui.. c'était peut être pas le moment et le lieu. Enfin ... tu n'as pas vu mon appartement.

Il laisse entendre un petit rire, sans réelle joie alors qu'il relève un bras et se passe une main sur le visage, frottant la paume contre sa joue alors qu'il tire sur la cigarette, la consumant de plus en plus. Il se redresse d'ailleurs, quittant le lit presque à regret alors qu'un nouveau frisson vient nimber sa peau d'une légère chair de poule. Il s'avance dans la petite pièce, écrasant la cigarette dans le cendrier avant d'abandonner le mégot.

Puis il se retourne, repartant dans l'autre sens pour aller récupérer son manteau humide dont il écarte les pans pour en extirper son arme. Ce n'est pas tout ça mais il faut peut être qu'il commence à réfléchir un peu et se comporte avec plus de sérieux. Ne jamais s'éloigner de son arme, parce que si la merde arrive, il lui faut pouvoir y répondre tout de suite. Et la meilleure réponse peut être un coup de feu. Il retourne sur le lit, déposant l'arme sur la table de chevet, restant bien de son côté.

Tout ça pour dire que l'on peut parler si tu veux, je peux me taire aussi. On peut rester sur le lit, je peux le quitter, bref .. Je suis pas difficile.

Et ça il ne l'était pas, même s'il manquait parfois d'un peu de tact...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Mer 28 Jan 2015 - 10:27

Il n'avait pas tiqué pour sa date d'anniversaire, comment ne pouvait-il pas avoir tiqué ? Elle-même avait presque fait un arrêt cardiaque en le disant. Certes la science permettait des choses incroyables, mais quand même cent dix neuf ans et si bien conservée... C'était pire que louche, c'était de la folie. Et c'était pas vrai. Ça, ni le fait qu'elle avait quelqu'un sur qui compter. Elle le laissa finir en s'asseyant dans le lit puis en regardant ses doigts s'entremêler. Elle reprit d'une petit voix.

- Non, tu peux rester là, ça ne me dérange pas.
Et j'ai dix-neuf ans... Juste dix-neuf.


Est-ce qu'il comprenait là ?
Un jour elle s'était endormi, en 2040 et au réveil, elle était en 2140, un siècle plus tard. Dans ses souvenirs elle était même morte, encastrée dans un mur. Mais les souvenirs, c'est pas des trucs qu'il faut croire. Tout ça était complètement mystérieux et si elle continuait d'en parler, il l'enverrait à l'asile sans nul doute. Ce qu'elle voulait qu'il comprenne c'est que tous ceux qu'elle avait connu était mort, et elle se retrouvait seule, fraichement Valkyrie. Ou fraichement virée.

- En fait, je vais me prendre un savon. J'ai un peu fugué la ruche ce soir, alors que je savais pour la maladie... Je ne sais pas trop, peut-être que je croyais à une blague du gouvernement pour ne faire peur.

Tu peux aussi lui dire qu'au fond de toi, t'es la pire des insurgés. Tant qu'à y être. C'est dans ton âme et une puce n'a jamais rien changé. Comme tes parents.
A croire que tu veux mal finir, encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Féminin
Age : 25
Présentation du Personnage : Récits d'ailleurs

2140
En marche pour devenir Valkyrie.
Chinatown, anim Premier sign
Restaurant de sushis à Chinatown.
Suite, à l'hôtel Kamata.
Formation Valkyrie
Suite de Nina. (en cours)
Rencontre avec Emon. (en cours)

Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   Mer 25 Fév 2015 - 18:33

Qu'est ce que c'était ? Une explosion ?
Un drone apparait subitement devant la longue fenêtre, récupérant toute l'attention de la jeune femme, scannant la pièce rapidement avant d'émettre un rayonnement qui atteint le portable de Nina. celui se met à clignoter.

- Oh, c'est pour moi !

Elle se lève et se rhabille rapidement, ramassant ensuite le reste de ses affaires avant d'ouvrir la fenêtre.
Elle jette un dernier regard à l'intention de Declan pendant que le drone, d'une bonne taille, s'ouvre pour lui faire une place. Elle montre alors un bout de papier sur la table proche.

- Vous viendrez ?

Ses lèvres se pincent, elle voudrait s'excuser mais n'ose pas. Clairement, elle ne peut pas l'emmener avec elle, déjà qu'elle va se prendre un sacré sermon. Heureusement, au même moment les télécrans viennent annoncer la fin de l'épidémie. Une pluie fine et salée coule sur son visage avant qu'elle ne disparaisse à l'intérieur de l'engin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hôtel Kamata   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hôtel Kamata
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2140 :: Bas-fonds et Mirail-
Sauter vers: