AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Un gros trou dans le cerveau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Un gros trou dans le cerveau.   Mar 19 Mai 2015 - 14:15

- Oui, c'est ici.

Elle ouvre la porte, le mets à l'aise comme elle peut. C'est propre, c'est net comme un hôpital. L'orgienne aime bien ça mais elle sait que les humains non, ils ont souvent peur dans ce genre d'endroit.

Elle mets en place le matériel dans la salle d'opération, lui montre le lit avec le trou pour la tête.

- Allonge-toi là sur le ventre.

Elle n'a rien laissé au hasard, disposant d'un plutôt bon matériel. L'orgienne n'est pas du genre à faire les choses à moitiés. Même si c'est un peu à l'ancienne, pas de robots de luxe, ni de laser, juste un scalpel, du fil et autres. Mais au moins, elle a de l’anesthésiant. Elle a recouvert son dos d'un léger tissu propre.

- Avant de commencer, je dois te dire quelque chose... Il risque d'y avoir des effets secondaires, imprévisibles. Mais tu seras un homme libre.

En attendant qu'il lui assure son consentement, elle lance la procédure de stérilisation de la pièce.

C'est son premier patient mais elle compte faire ça bien. Dans quelques heures il se réveillera libre, quelques cheveux en moins sur l'arrière du crâne et une belle cicatrice. Peut-être un gros mal de tête aussi. Peut-être même qu'elle serait la première à enlever un end vice sans transformer son patient en quelque chose d'étrange...

Concentrée, précise, nette. C'est presque un jeu d'enfants.
Elle aurait été la meilleure à docteur maboule.
Le plus comique étant que le maboule serait plutôt le mec allongé avec un trou derrière le crâne. Ou celle qui fut allongée ici un jour, Nej...
Tout compte si fait Nej + Nyriss = le docteur, comme 1+1 font 3, peut-être bien que le docteur aussi est un peu maboule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 6

MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   Lun 1 Juin 2015 - 9:56

Je me sens bizarre comme si j’étais passé sous un rouleau compresseur.
Je suis toujours allongé sur le ventre,
Quelque chose a changé
Dans la pièce ?
Non
Dans moi.

Je veux me gratter pour enlever ce qui me gêne, un truc, une chose, un machin qui me gratte là sous la peau, non c’est dans les os
Ça fait un peu mal, ça chatouille
Ça ripe
Dans la cervelle
Des hics et des tocs
Je vais pas bien
Je sens le cirage à plein nez
Je défaille ?
Je tombe dans les pommes et oublie tout, on recommence la pendule à l’envers tac-tic…
Je suffoque, je veux respirer, aidez-moi…
Je tends le bras au hasard, je  tâtonne, cherche, attrape la première chose qui se trouve sur là, son bras
Je serre

Vous m’avez fait un trou dans la tête ?
J’ai comme un courant d’air qui passe, qui va, qui vient
C’est normal si ça racle un peu entre les oreilles ?
J’ai mal au crane…


Je me redresse sur les avant-bras, je regarde à droite, puis à gauche
La pièce blanche, propre, tellement propre qu’on pourrait manger par terre
C’est pas gris, c’est pas comme chez moi
C’est presque beau…
Beau ?
Oui c’est beau parce que c’est pas gris
Et j’aime…

Qu’est-ce que…
Vous êtes belle
C’est agréable de vous voir
Je peux continuer à vous regarder ?
J’aime vous regarder
Vous êtes belle… ça fait si longtemps que je n’ai pas vu quelque chose d’aussi beau


Je suis fébrile, je crois parce que j’ai manqué tomber
La table chavire et c’est pas très agréable ça
Ma tourne un peu mais c’est pas le grand huit…
Le grand huit ?

Vous avez déjà essayé le grand huit ?
J’ai envie d’y aller
Il en existe un vous croyez ? Un vrai… pas un de ceux qu’on invente chez une Valkyrie.


Je bascule sur le dos, et je regarde le plafond, et puis mon regard retourne vers elle, ses yeux, son nez, ses traits qui la rendent tous très belle, sa bouche et ses lèvres…

Embrassez-moi…
S’il vous plait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   Mar 2 Juin 2015 - 12:25

Incision derrière la nuque. Le scalpel glisse avec facilité dans la peau, le sang perle.
Aspiration.
Une fois le carré soulevé, c'est le crâne qui est ouvert. L'armement lourd est de sortie pour se faire.
Netteté, précision, la main ne tremble pas et quand l'os cède, se soulève, le corps spongieux apparait. Rose et frais.
Aspiration.
Les pinces fouillent à la recherche de l'ennemi. La puce bien logée au cœur des neurones. Elles avancent lentement. Mais elle ne résistera pas. L'action est trop précise et implacable pour qu'elle en échappe.
Aspiration.
Le tissu est découpé autour du parasite, toujours sans tremblement. Avec précaution elle est retirée et déposée dans un bécher en métal. La plaie est ensuite cautérisée.
Aspiration.
L'os retrouve sa place, rien n'a été oublié. La peau est refermée, proprement puis pansée.
Aspiration finale.

Cela lui aura pris une bonne heure sans que son patient endormi ne réalise quoi que ce soit. Mais maintenant vient le moment le plus difficile.

L'attente.
Attendre qu'il se réveil, espérer que tout va bien.
C'est le premier et pas des moindres, elle s'est déjà attaché à lui.
Et puis, son protocole est-il correct ? Comment sera-t-il ?
Va-t-il souffrir par sa faute ?

Elle fait les cents pas. N'a jamais été aussi impatiente et nerveuse.

Et puis. Un bruit. Une main qui se saisit de son bras.
Elle se retourne, se rapproche.
Elle sourit mais elle est inquiète. Elle l'inspecte comme tout bon docteur, voulant s'assurer que son patient va bien.

Et puis il parle, et tout semble normal. Elle sourit plus.
Passe une main sur son pansement, tout doucement.

Ça va passer.

Il la trouve belle et elle sourit encore plus. Arrête de l'inspecter.
Elle est euphorique, heureuse. Ce n'est plus un sourire, c'est un rire.
Un beau rire de joie si sincère, si grand, si démonstratif. Elle a réussit et il va bien.

Je suis sûre qu'il y a un vieux grand huit quelque part, nous irons, quand tu voudras !


Il s'éloigne en s'allongeant et elle regrette sa proximité, qu'il ne la touche plus.
C'est comme une façon de partager sa joie qui vient d'être briser. Un lien physique qui était nécessaire. Mais...

Embrassez-moi...

Elle ne se fait pas prier, ne lui laisse pas le temps de finir son s'il-vous-plait. Penchée au dessus de lui, elle joint leurs lèvres avec toute la finesse et la délicatesse du monde et un sourire qui ne semble plus la quitter. Il a raison, elle est heureuse et quelle meilleure façon de partager son bonheur.

Elle a été comme lui, elle ne connaissait pas ces sensations uniques et incomparables. Elle se doit de lui faire partager, de lui apprendre. Alors elle se fait douce, pour lui montrer petit à petit ce qu'est le plaisir, la naissance d'une envie, la douceur et l'humidité de la peau.

Mais elle le fait parce qu'elle a envie. Plus rien n'a d'importance. Elle a envie de ses lèvres encore vierge, intact, si pure. Quel privilège d'être la première à les découvrir. Y'a-t-il plus belle chose au monde que cet être devant elle, en pleine renaissance ? Alors son baiser se transforme, plus avide pour lui montrer comme cela peut-être enivrant et sauvage. Dans le même temps, elle glisse au dessus de lui, simplement pour être dans le même sens. Mieux se comprendre.

C'est fort d'un coup, mais c'est l'image de ce qu'elle ressent, l'intensité de ce moment, tout la tension de l'attente qui s'échappe et la pression qui redescend. Peut-être va-t-il faire une syncope ou un arrêt cardiaque. Une telle décharge de plaisir, une grande première, si soudaine et si imprévue. Le moment est extraordinaire, particulier, un peu fou.

Elle s'arrête pour reprendre son souffle, inévitable et inhérent à la vie. Elle le regarde, cet être si merveilleux qui éclot sous ces yeux. Elle ne peut arrêter de sourire. Un souffle.

- Tu es magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

avatar
Masculin
Age : 27
Fan Club RP : 6

MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   Jeu 4 Juin 2015 - 14:54

Je... tue il…

C’est ainsi que commence ma vie. Ainsi que je sens, ressens, aspire la vie entre ses lèvres, entre ses bras, son corps qui me chevauche
Elle perchée au-dessus de moi
Lui meurt
Qu’il crève
J’ai eu sa peau
Et je dévore sa bouche.

Au début c’est elle qui montrait le chemin, la voie des sens, la voie qui fait naitre le désir et puis le plaisir, tout ce que j’ignore. Mais j’apprends vite, j’apprends que j’ai du temps à rattraper, trop de temps tout ce temps perdu, perdu… gaspillé pour ?, pourquoi ? Pour qui ?

Je sens la colère imprégner chaque cellule de mon corps, soulever la rage à l’intérieur, envelopper mon cerveau d’un manteau noir et épais, et il y a le désir en contraste… parce qu’elle est belle, et quand elle prend ma bouche, quand elle devient brutale, j’ouvre les yeux pour la regarder… et je vois, je veux voir tout.

D’abord ses yeux, leur couleur, je vois trouble d’aussi près, mais je trouve ça beau, et ses cheveux qui coulent sur ma peau, dans mon cou, sur le haut de mon torse. Cette sensation qui nait partout à la fois, dans tous les sens, un vrac sensoriel, une apothéose de sensations, et sur chaque grain de peau, sur mes lèvres, dans nos salives mêlées sur le palais, sur les papilles qui explosent de mille saveurs, des saveurs exquises, douces, sirupeuses ? Je sais pas… je connais pas, je connais plus, je sais pas… j’ai envie de dire pardon…

Mon corps se cambre presque secoué de spasmes. Tout ça est nouveau, trop brutal, inconnu
Ma tête tourne et tourne…, le vertige, et tout se bouscule à l’intérieur dans une mixture détonante, entre colère, rage, désir et plus… plus… mais où dois-je m’arrêter ?
Je tremble comme une feuille soufflée par le vent désespérément accrochée à sa branche.
J’ai pas froid
C’est là que c’est arrivé, le plus surprenant, parce que j’ai imaginé un bol de soupe, et un autre rempli de céréales.

J’ai chaud, très chaud, j’étouffe, je la repousse avec ma main plaquée sur sa poitrine, je la repousse loin, à bout de bras.
A peine redressé, en face d’elle, tremblant, haletant, le corps désirant, le cerveau en puzzle.

Je tue il
Crève le mou, l’insecte, le rien
Crève le cafard, crève !
Je bande !

Et puis la pudeur, un embarras, la honte… je laisse tomber mon bras mou qui coule comme les larmes qui envahissent mon regard.

Je dois... tuer il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   Dim 14 Juin 2015 - 11:35

Elle s'est un peu emballée. Un peu ? Un peu, beaucoup même.
Ce n'est pas plus mal qui la repousse, une aubaine même et pas d'orgueil mal placé chez Nyriss, elle ne le prend pas mal, au contraire elle sourit, rit même bêtement, couvrant ses lèvres d'une main. Presque timide.

C'était l'euphorie du moment et elle n'a pas réfléchit.
En tout cas, si elle voulait réveiller ses sens, elle a réussit, elle l'a bien sentie.

Maintenant elle a quand même mis de côté pas mal de chose, et surtout une grosse, ou plutôt quelqu'un et elle ne sait pas trop quoi en penser. Elle n'a aucune idée de ce qu'il en penserait à vrai dire. Il y a de ces concepts qu'elle n'a pas encore assimilé.
Facile à dire, diront certains.
Mais qu'est ce que la fidélité, la loyauté au final ?

Elle a juste fait un cadeau à Sven, un petit don de soit, partager sa joie, son bonheur. Rien de plus.

Une petite partie de lui-même lui souffle pourtant que cela ne lui plairait pas. Mais elle pourrait toujours lui répondre... Où étais-tu toi tout ce temps ? Je ne te vois jamais. Tout est si fragile, si bancale. Ce qui est beau ne tient toujours qu'à un fil. Il faut l'entretenir sans cesse pour qu'il tienne, si frêle. Sans effort, il casse. La beauté est fugace.

Comme ce baiser, beau et fugace. Il n'y a rien d'autre à en dire. Juste un instant partagé.


Oh, il pleure, pourquoi ?
Il pleure et elle rit, c'est un comble.
Alors elle arrête de rire avant qu'il ne croit qu'elle se moque.
Car elle ne s'est jamais moqué de lui, elle ne le comprend que trop bien.

Elle pourrait se rapprocher, posant une main réconfortante sur son épaule mais il l'a repoussé et elle respecte cette distance qu'il a voulu.
Elle le regarde, lui sourit tendrement.

- Tu viens de faire connaissance avec le désir et le plaisir. Ce qui t'a été interdit tout ce temps. Pardonne-moi, j'y suis allée un peu fort. J'étais trop heureuse que tu ailles bien.
Et tu as raison, c'est triste, c'est triste le désir sans l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   Dim 20 Sep 2015 - 16:02

Une seconde.

C'est incroyable tout ce qu'il peut se passer en une seconde.
Des personnes meurent. D'autres naissent, en général un peu plus.
Des milliards de fourmis naissent aussi, au moins. De quoi rappeler une humilité qui manque fortement à l'être humain.
Des pages se tournent, d'autres s'ouvrent, encore blanche.

Une seconde.
Nyriss regarde Sven, et dans son regard elle a vu une lueur, comme de la déception.
Des idées, des remises en questions.

Elle se voit avec Loup Crash, à lui tendre une vieille arme à feu, lui demandant de viser son front. Elle ressent la terreur au fond de son crâne, celle d'une personne morte mais dont l'âme s'accroche désespérément à la vie. Juste une seconde. Cette scène n'a jamais eu lieu, mais elle l'obsède. Loup ou un autre, peu importe qui tient l'arme, c'est elle l'assassin. De quel droit Nyriss ? Qui de vous deux méritent le plus de vivre ? Toi parce qu'elle a déjà vécu et que c'est ton tour ? Non. Tu n'as jamais été si égoïste.

Une idée germe.
Mais ce qui est plus important c'est que ce regard, ce reflet d'elle-même qu'il lui renvoie n'est pas celui qu'elle voudrait voir.

Qui suis-je ? Rien qu'une fourmi parmi des millions d'autres... Comme lui, comme elle. Je n'ai pas plus le droit de vivre, peut-être même moins pour avoir été fabriqué et non enfanté.
Je donne, je ne prend pas.
Et si je prend des vies, ce n'est jamais pour moi. C'est pour eux.
Je veux qu'ils soient libres, tous.
Et là, la seule chose qui compte, c'est lui. Sven.


Chasse tout ce qui vient d'être. Recommence. En mieux.

Recommençons.

Je suis Nyriss. Regarde.
Je peux enlever ma peau, derrière il y a du métal et du carbone, un peu de chair aussi, des circuits, le meilleur de la technologie et du corps humain.
J'enlève des lambeaux au hasard, n'importe où.
Regarde.

Ça c'est moi.
Sans artifice, rien, juste moi.
Est-ce que je devrais tout enlever ?

J'ai un doute. J'ai peur de faire peur, de repousser.
Est-ce que tu embrasserais un machine ? Des lèvres de carbone ?
Elles sont quand même douces, enfin je crois.
Mais ça n'est pas ça qui compte, pas moi qui compte.

Prends la main que je te tends.
Regarde dans la paume, il y a écrit : liberté.
Et viens. Viens, je te promets de ne plus être égoïste.


- Montre moi qui tu es. Sois libre d'être toi-même et montre-moi. Je veux t'aider à t’envoler.

Aujourd'hui c'est lui.
Et demain ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un gros trou dans le cerveau.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un gros trou dans le cerveau.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: ♫ ♪♫ ♪ Résonance ♪♪♫ ♪
[ Forum RP et HRP ]
 :: Les Squats [ C'est là qu'on fait dodo ] :: End The Vice
-
Sauter vers: