AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Little boxes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

avatar
Féminin
Age : 21
Présentation du Personnage : Introduction de la dysfonctionnelle
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Little boxes...   Jeu 28 Mai 2015 - 0:37

[Quelque part au milieu des empilements de boîtes à humains,
dans la pénombre d'une soirée bien avancée.]



L'air est humide, lourd du manque de ventilation, saturé d'odeurs génériques qui se superposent sans se mélanger : il y a le reflux de corps sans odeurs, de nourriture aseptisée, de vêtements exaltant tous la même fragrance synthétique, mais rien ne se rencontre. Il n'y a pas de lien créé. Pas de lien désiré. Tout est à sa place, tout reste à sa place. Il ne faudrait pas que ça sente la vie.

Ici, on ne sent pas la vie. Pourquoi le ferait-on ? C'est inutile. On ne respire que par nécessité. On décompose chaque action, chaque scène, sans tenter d'y trouver une cohérence. Il n'y a pas de fil rouge à nos histoires. Pas de complication. On nous a tous donné le même scénario, le même rôle à jouer. Seuls les noms changent. Ils reviendront pour la génération suivante. Et la boucle sera bouclée. Débouclée. Rebouclée. On ne meure jamais vraiment. On ne peut pas se passer de nous.

Il n'y a pas de fin à notre histoire, parce qu'elle n'a pas de protagoniste. Elle a des protagonistes. Une foule grouillante, disciplinée. Nous ne sommes pas uniques, nous sommes génériques. Nous sommes éternels mais insignifiants. Nous sommes la quintessence de l'humanité.

Il n'y pas de honte à être orthodoxe. Il n'y aurait rien sans nous. Nous sommes libérés des dé...


Le mot ne passe pas, même le penser ne va pas, l'esprit de l'humaine se contente de sauter à la prochaine phrase.

Nous sommes les pistons sur lesquels peuvent s'appuyer nos dirigeants éclairés. Nous assurons le bon fonctionnement du dôme. Nous sommes... Nous s...


Quelque chose crépite au fond des rétines plongées dans le noir de Ran. Elle ouvre les yeux. Je suis ? Vite. Pensée balayée, réprimée. Mais il n'y a rien à faire, elle sent la pression caractéristique qui ceindre les tempes. La migraine bourdonne à ses oreilles, se concentrer ne lui sert à rien. Il faut continuer à marcher. Tenter d'avoir l'air parfaitement normale. Anesthésiée.

Spoiler:
 

Non, je n'ai pas mal. Je n'ai pas mal, puisque je vais bien. Je vais bien. Pas très bien. Juste normalement bien. Je suis une bonne orthodoxe.

Ses jambes flagellent.

J'ai fini mes heures, j'ai bien travaillé. Je travaille toujours bien. Pas mieux que les autres, non. Aussi bien que les autres. Je rentre chez moi.

Elle cligne des yeux trop rapidement.

Je rentre chez moi.

Une main se lève pour frotter sa tempe.

Je rentre...

C'est la deuxième fois qu'elle passe dans cette rue. Dans ses yeux, toutes les constructions se ressemblent. Toutes les boîtes ont la même couleur. La sienne est aussi grise que les autres. Elle a réussi à se faire oublier dans la masse, beaucoup mieux que sa locataire en ce moment.
Une femme qui a moins de jugeote qu'une boîte ? Vous en rêviez -ne mentez pas-, Ran l'a fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Little boxes...   Sam 30 Mai 2015 - 1:01

La nostalgie.
C'est pas un truc de cons ça ? Si je suis sûre, je vois bien le topo. Se souvenir du bon vieux temps. S'asseoir sur un banc avec le vieux Maurice, fumer une pipe et regarder les gens passer, surtout les jeunes filles oui. Et regarder sous leur jupe même. Ou bien jouer les commères avec Mauricette sur la place du village. Une petite pétanque avec un pastis. Mais c'est pas parce que le temps dur longtemps qu'il faut oublier le nord. Y'aurait bien une radio qui passe que des vieux machins chiants comme un moulin sans vent aussi. Me demandez pas d'où je la tiens celle-là. J'envisage sérieusement le fait que Nyriss me fout des trucs dans le cerveau que je n'ai pas désiré. Et paye tes trucs utiles.

Mais ce soir c'est open bar ! Open brain ! Open body ! Open quoi.
Nono le petit robot s'est mise en veille, ça lui fait du bien des fois et puis à moi aussi. Des fois je me dis, elle ne va jamais se réveiller et me voilà, immortel et pénarde jusqu'à la fin des temps. Nej la surhumaine. Ils ont choisis la meilleure pour survivre à l'humanité y'a pas de doute.
Mais y'a quand même un truc qui me tracasse, j'ai toujours le sentiment qu'elle me surveille, je sais qu'elle a envahit mon encéphale et elle prend de la place, putain ! Même dire putain, je ne suis pas à l'aise, maman n'aime pas les gros mots.

Je me demande aussi, vous croyez qu'elle fait une mise à jour ? Scanne des fichiers 1425310 bzzzz bzzzzz. J'imagine la barre de chargement, à l'ancienne. Ou encore le plantage à 99%. C'est vrai ça qu'elle ne plante jamais, c'est d'un triste.

Et donc, vu que je suis tranquille et que je fais ce que je veux avec mes neurones, la question c'était... Ben... Que faire ? J'ai vécu y'a un paquet d'années et j'ai plus tellement d'amis depuis le temps. Sauf Cassie, ma grosse Cassie. Elle n'a pas pris une ride, mais bon sang, ce qu'elle est grasse. y'a pas à dire ça conserve. T'as entendu Nyny ? Je me suis enfilée un de ces steacks au Burger Bitch ! J'ai pris le pire. Ça va encrasser ses tuyaux, elle va me maudire.

Et puis j'savais pas trop quoi faire alors j'ai essayé la nostalgie. J'avais toujours rêvé de voir mon vieil appart de pucé, de quand j'étais un mouton comme tout le monde, que je vivais dans ma boite. Si j'avais poussé loin la nostalgie, je serais allée faire un tour dans la prison mais là faut pas abuser. J'étais un mouton spécial aussi, on me donnait une cible et PAN. Un mouton d'élite ! La classe ! Et donc ça ne vous fait pas ça à vous, envie de voir si c'est toujours pareil, qui vit à votre place, s'il a laissé votre tag au dessus des chiottes, si Lulu l'araignée n'a pas bougé, non ? Moi j'étais contente de voir que ça n'avait pas changé et que ça ne me manquait pas. Je suis plutôt apaisée de cette période désormais.

Et puis après ça je suis allée faire un bain de zombies. C'est marrant, tu te fous au milieu et tu regardes comme ils font bien en sorte de pas te remarquer. Tellement amusant. Nyriss elle traficote les puces qu'elle a prélevé, elle cherche un moyen de les désactiver à distance et de façon massive. En gros elle veut tous nous tuer si on y réfléchit bien.

Ce qu'il y a de plus amusant c'est de remarquer l'anomalie. Le mouton qui sort du rang. Le zombie qui n'a pas mangé son cerveau à midi. J'en ai vu une là, elle est passée deux fois. Deux fois messieurs dames, vous vous rendez compte ? J'ai envie de le crier pour me moquer, voir comment ils m'ignoreront tout en faisant des têtes de consternés d'apprendre que y'a un traitre parmi eux. Et puis celle-là en question, j'ai bien envie de l'emmerder. Déjà je la suis, ensuite de plus en plus près. Et puis je fais tout ce qu'elle fait. Franchement, je suis bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

avatar
Féminin
Age : 21
Présentation du Personnage : Introduction de la dysfonctionnelle
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Little boxes...   Dim 31 Mai 2015 - 16:22

Une chanson aux airs de comptines sonne dans son crâne.

Little boxes, on the hillside...*

Ses yeux s'humectent de liquide salé. Pas qu'elle s'attarde à pleurer, non, elle est trop occupée à frémir d'une crainte sans nom, façon vibreur de portable antique. C'est plutôt que le moindre rai de lumière l'aveugle.

Little boxes, made of ticky-tacky...*

Les néons s'amusent à l'atteindre dans un kaléidoscope de couleurs irréelles. Elle tente de baisser le regard au sol.

Little boxes, on the hillside...*

L'équilibre flanche. Son épaule rencontre le flanc d'un bâtiment. L'espace étroit entre deux façades lui offre un accueil froid. Un genou, vite rejoint par son frère, vient s'égratigner au sol, histoire de signer le bitume de son ADN insignifiant.

Little boxes, all the same...*

Son crâne explose. Elle est en sûre. Oui, d'accord, il n'y a pas de morceaux d'os pariétal éparpillé sur l'asphalte. Oui, c'est vrai, pas de mignon petit éclat de matière grise bridée quittant de sa jolie boîte. Mais elle en est sûre, il explose. Il faut crier à s'en faire péter les cordes vocales, expirer la douleur, l'obliger à quitter son corps... Aller !

Rien. Le corps s'affaisse, là, au pied d'un sac d'ordure en attend du ramassage. Si Ran pouvait penser, elle se dirait qu'elle est juste à sa place. Marionnette cassée qui ne vaudrait même pas la peine d'une réparation. La légion n'est pas affectée de la perte d'un faisceau. L'individu ne compte pas. L'individu n'existe pas. Tu n'existes pas.

La dysfonctionnelle n'a pas remarqué l'ombre dans son dos. Elle a peut-être senti le poids d'un regard sur sa nuque, mais elle n'a fait le lien qu'avec la source de la douleur surnaturelle, nichée contre ses cervicales. L'ombre aurait pu la toucher, lui parler, qu'elle ne ce serait aperçue de rien, dans sa grande impolitesse, elle ne l'aurait même pas saluée, toute occupée par la sensation que chaque nerf est consciencieusement déchirés par de petits doigts pervers.

Et la fille aux cheveux gris ne risque pas plus de la remarquer, maintenant qu'elle est là, recroquevillée en espérant échapper aux regards. Ses sens sont si bien saturés d'information que sa cervelle se créerait un anévrisme rien que pour avoir la satisfaction de le percer dans un AVC libérateur. Un pic est atteint.

Dans un spasme ridicule, les traits de son visage se déforment, les muscles se contractent. Plus qu'une poupée affreuse, de celles qui sont écartées de la vente pour cause de sale gueule. Et soudainement... Tout se relâche.Le corps semble s'être vidé de son habitante.

Le bernard l'hermite se serait fait la malle, avec un doigt majestueux levé vers le ciel ? Ah, non. Ça bouge. Si, si, là, regarde, juste au coin des lèvres, le tressaut du muscle. Mais si. Ah, tu vois ! Tu m'écoutes jamais. Putain mais si, le mollet là, il s'est contracté. Quoi réflexe post-mortem ? Oui, et le gémissement là c'est quoi ? Le réflexe post-mortem de ta sœur ? Hein. Voilà. Hum. Qu'est ce qu'on disait... ?


*Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Little boxes...   Mar 2 Juin 2015 - 11:34

Oh non elle s'effondre. Ça, ça n'est pas amusant. Je veux dire suivre quelqu'un, le coller et faire tout pareil, c'est censé le faire réagir. Pas le faire tomber au sol et pleurer. J'espérais une course poursuite délirante façon Laurel et Hardy. Et voilà qu'on est parti pour se morfondre dans un coin.

Mes yeux au ciel traduisent mon état blasé et ma déception. Je serais tenter de l'ignorer, faire comme les moutons en l'enjambant l'air de rien. Je n'ai rien vu monsieur l'agent ! Mais ça ne se serait pas mon genre d'abandonner les gens en détresse... Hmmm... Oui ? Bon, d'accord, ça serait totalement mon genre. Pas de chance beauté morose, y'a pas longtemps Nyriss est tombé sur un autre dans ton genre, en plein bug de destination et elle l'a aidé, lui a enlevé sa puce comme une championne sans lui ruiner tout le cerveau. Mais là, c'est pas elle. Pas de bol. Si tu savais comme c'est chiant d'être deux dans le même corps, surtout quand l'autre domine.

Une chose est sûre, je ne vais pas continuer mon jeu, me taper l'épaule avec un mur et choir sur le bitume ça n'a rien de fantasque. Il ne manque plus que le vomi pour comploter le tableau. Et voilà moi, trop de fois après des soirées arrosées et des nuits de folies. D'ailleurs, comparée à ces souvenirs là, cette nuit s'annonce d'un ennui terrible.

Et puis aller, je ne vais pas faire ma chiennasse. Je la contourne à bonne distance, étudiant son état et les possibles raisons, et surtout une possible régurgitation sur ma personne. Une fois assurée que la zone est sûre je viens m'asseoir devant elle, adossée au mur, les genoux repliés devant moi d'une façon assez peu élégante. Je la regarde un coup, je soupire. Je sors un paquet de mon unique poche, un bout de carton en parallélépipède et sors de ce même paquet deux cigarettes, disons, et un briquet. Et là je me dis, Nyny, tu devrais nous mettre un briquet intégré dans l'index, ça serait super utile. J'en porte une à ma bouche et l'allume. L'orgienne va détester ça, ça va nous encrasser à mort mais je m'en fous. Surtout que y'a pas que du tabac là-dedans.

- Tiens, viens t'encrasser les poumons avec moi, ça fait du bien au cerveau tu verras. Oui, bien, plaisir, ahahah. Tu comprendras un jour si t'as de la chance. Et tu sais faut pas s'effondrer comme ça, je ne voulais pas te faire peur.

Je lui tendis le joint, m'attendant à une réaction mais la brebis galeuse semblait totalement inerte. On aurait dit un robot débranché. Et je ne suis pas franchement du genre à m'attendrir et à me montrer sympa. Je n'ai pas d'état d'âme. Si elle répond pas, je taperai dedans voir si elle réagit.

- Allo ?

Avec ma veine, je suis tombée sur une orgienne à tous les coups. Si t'es en panne, compte pas sur moi pour te rebrancher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

avatar
Féminin
Age : 21
Présentation du Personnage : Introduction de la dysfonctionnelle
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Little boxes...   Dim 7 Juin 2015 - 0:50

Redémarrage système.

Analyse en cours, veuillez patienter.

Hardware...

Défaillance détectée. Échec réparation.

Démarrage du système d'explotation en mode sans plaisir impossible.

Boot du système de secours.

Danger : pensées corrompues présentes sur le disque. Le boot peut endommager votre système.
Confirmer ?

...

...

Boot terminé.

Bienvenue, utilisateur Ran. Didacticiel non présent sur le disque. Message administrateur : Tu te démerdes, meuf.


FATAL ERROR


T'es au courant que t'es pas une machine ? N'importe quoi la fille. Je t'en fouterais moi du reboot... Enfin plus une machine, au moins. Pour un moment. Pas d'ordre établi. Pas de chemin tout tracé. Monde ouvert sans quêtes ni farm à effectuer, si tu préfères. Ouep. Aller.

Aller...

Je ne m'étais jamais rendu compte, mais c'est vraiment doux ce tissu... J'aime bien, c'est chaud et tout cotonneux. Tiens, c'est quoi ça ?

A travers le voile humide qui habille encore ses cornées, elle voit des points de couleur flous, des points qui bougent. Les paupières s'ouvrent et se ferment, chassent le liquide salé qui s'amuse à troubler la vue. La résolution s'améliore, fini les 240 p grossiers, place à la HD avec supplément odeur infecte remontant d'un peu plus loin. Très immersif tout ça. Les larmes expulsées roulent sur ses joues inertes, provoquent un chatouillis presque plaisant.

Les points se sont transformés en silhouette à allure humaine. Et ça parle, en plus. De quoi, par contre, là, fiou... Poumons blabla cerveau blabla peur ? De... Hein ? Elle veut me réduire en pièces détachées, c'est ça ? Mais non !

Aller... Réagir...

Et au lieu de continuer à papillonner des yeux comme une débile, le déchet d'humanité bouge, tente de se redresser avec prudence. Mais la douleur crainte ne revient pas, à sa place, un frisson agréable la parcoure dans le frôlement du tissu sur sa peau. Son toucher s'éveille, brouille un peu sa concentration. L'implantée se redresse en position assise pour se donner le temps de remettre en ordre le bordel coloré qui s'étale dans ses pensées. Par sécurité, ses lèvres et ses cordes vocales ont quand même la bonne idée d'objecter :


Ne prenez pas mes organes... S'il vous plaît ?


Parce que oui, demander gentiment dissuade toujours les gens pas très gentils. Tout le monde sait ça, enfin.

Aller... Réfléchir...

Réfléchir...

C'est vraiment doux, ce truc.

Une main échappe au contrôle de sa maîtresse et, comme si la potentielle voleuse d'organe n'existait plus, vient caresser un bout de pull retourné au poignet, pour venir en caresser la doublure pelucheuse. Et elle s'extasie de la sensation que lui renvoient la pulpe de ses doigts, un rien de sourire idiot au bout des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Little boxes...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Little boxes...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2140 :: Quartiers populaires-
Sauter vers: