AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Le champs de Nyriss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Le champs de Nyriss   Ven 16 Oct 2015 - 1:16

Vue globale

Que faisait Nej ?
Était-ce que se demandait Nyriss, perchée sur les toits tel un ange bienveillant. Non, bien sûr que non, elle s'en moquait parfaitement. Nej était libre maintenant, c'était son cadeau, elle n'attendait rien en retour.

Que faisait Nyriss ?
Qu'avait-elle fait tout ce temps, qu'avait-elle prévu désormais ?
Qui s'en préoccupait encore ? Pas Nej, non, elle le savait. Les insurgés un peu visiblement, mais d'une bien drôle de façon.

Nyriss observait. Elle avait des yeux et des oreilles partout.
Perchée sur le plus haut toit de la ville, ou contre le mât d'un drapeau. S'égarant dans les jardins suspendus qu'elle affectionnait tant. Ou même perdue au fin fond de la fourmilière souterraine de la ville, écoutant dans une simple radio. Elle n'avait plus de repère, plus de lieu qu'elle pouvait dire sien. Elle bougeait sans cesse.
Ce qui était sûre c'est qu'elle affectionnait particulièrement les hauts et les bas, cherchant des espaces de tranquillité.

Ni vue, ni même aperçue et encore moins connue. Elle n'était qu'une ombre sur la ville.

Elle regardait, elle écoutait et elle savait presque tout de ce qui se passait sous le dôme. Plus grand chose ne pouvait passer à côté de son attention. Pourtant elle ne contrôlait rien, elle aurait pu, mais à quoi bon ?

Cette nuit là était comme tant d'autre. Le vent fouettait son visage impassible mais empreint d'une certaine mélancolie. Ses grands yeux tristes regardaient droit devant eux. Elle était assise sur l'un de ces grands immeubles typiques du val fourré, tous presque identiques, dans un état lamentable. Mais elle ne l'avait pas choisit au hasard pour autant. Ses pieds nus tombaient dans le vide, brinquebalant sans aucune détermination. Pour faire plaisir à Nej, elle s'était habillée, une petite robe qu'elle avait trouvé dans une petit boutique. Si elle l'avait voulu, elle se serait faite de belles boucles et aurait mis un beau rouge à lèvre bien rouge pour se donner un air 1950. Mais pour qui ? Pour quoi ?

Nyriss savait au fond d'elle que la solitude la rongeait à petit feu. Elle n'était pas faite pour ça, elle n'avait pas été construite dans cet optique. Nej était insupportable, mais elle avait représenté une certaine compagnie pendant un long moment. Il y avait un dialogue qui était plus intéressant que de dialoguer avec soi-même. Maintenant, le silence apaisant était très vite devenu une véritable source d'angoisse.

Tout compte fait, Nej était une orgienne plus aboutie qu'elle, dans le sens où elle s'intègrerait parfaitement dans la population, si elle faisait un effort et qu'elle gardait secret la composition de son corps. Mais Nej n'était pas une orgienne, tout simplement. Il n'y avait là aucun exploit. Son cerveau était parfaitement détraqué comme celui de n'importe quel autre humain.

Nyriss avait aussi entretenu un contact régulier avec quelques orgiennes, mais là encore, ça ne collait pas. Elle ne pensait pas de la même façon, elle était trop humaine pour qu'elles la comprennent. Et leurs buts, leurs besoins divergeaient. En somme, elles n'avaient rien d'autres en commun que l’appellation.

Elle semblait donc condamnée à une solitude qui ne lui n'était pas faite pour elle. Si Melton avait été encore là... Il aurait été juste qu'il s'occupe de moi. D'ailleurs, en s'intéressant de près à ce qui se tramait au Mirail, Nyriss avait enfin remis la main sur Melton Jr. Il était là quelque part, otage ou consentant. Elle était inquiète pour lui, espérant qu'ils n'aient pas prévu de le tuer lui aussi. Peut-être devrait-elle lui venir en aide ?

Mais Nyriss ne voulait pas remettre un pied au Mirail. C'était devenu une source de soucis évidente. Les choses avaient changé et ça n'était pas pour lui plaire. Des morts, la terreur, une milice... Et ces choses-là encore, elle aurait pu passer outre, oublier, ne pas s'en mêler. Si seulement ils en avaient fait quelque chose d'utile...

Au lieu de concentrer leur énergie contre le gouvernement, les insurgés semblaient reporter toute leur haine sur elle et ses sœurs. Elle ne comprenait pas. Pire que ça, elle en était meurtri.

Elle était rentrée sans crainte au Mirail l'autre jour, sans se méfier, elle ne savait rien alors, n'avait pas idée. Elle pensait qu'elle aurait toujours été la bienvenue si un jour elle avait voulu revenir. Elle n'avait fait que passer, cherchant simplement Nej pour la ramener à Erek Torkef, comme promis. Pourtant les jours d'après... Elle avait vu les émeutes, entendu les messages de haine. Mais elle n'aurait pas été autant touché si elle n'était pas persuadée qu'une personne en particulier était à l'origine de ce mouvement anti-orgienne. Et c'était encore le plus incompréhensible pour elle, le plus douloureux.

Sa peine était immense, insaisissable, inavouable et incurable.

Alors elle restait là, fixant le dôme dans l'espoir de voir le soleil se lever au travers. Elle pouvait rester des jours durant au même endroit, pourtant, personne ne la remarquait. Elle avait l'air de ne rien faire, pourtant, rien n'était fini.

Elle attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le champs de Nyriss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2140 :: Bas-fonds et Mirail-
Sauter vers: