AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Alias Clélia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Valkyrie
Reine de la ruche

avatar
Féminin
Age : 39
Fan Club RP : 8

MessageSujet: Alias Clélia   Ven 13 Nov 2015 - 14:53

Elle s'était décidée.
Elle avait depuis des années accumulées tant de renseignements.
Les automates l'avaient grassement payés pour se taire, taire les activités ou confidences que les plaisirs engendraient.

Bien évidemment la vie était douce pour qui connaissait la règle du jeu, et surtout lorsque la triche permettait de gagner à tous les coups.

Elle avait été si douée pour les intrigues que le faste ne cessait de faire briller la maison des Valkyries. Et son désir de gloire ne semblait pas pouvoir avoir de fin.

Cependant il y avait une chose que Keiko n'avait pu acheter : L'éternité!

Sa conversation avec le fanatique du temple avait fait naître en elle un idéal qu'elle ne pensait pas connaître un jour. Le profond sentiment d'injustice ressentit face à sa propre situation, lui permettait d'avoir une autre vision de Novlangue.
Elle s’apprêtait à trahir. Mais encore fallait-il s’assurer d’être discrète. Evidemment elle n’avait plus beaucoup de temps devant elle. Mais elle espérait pouvoir assister à la chute de la cité. Tout du moins elle espérait pouvoir y contribuer.
La chance voulait que durant son absence une des filles avait prématurément et discrètement quitté les rangs. Au lieu de lancer les recherches, Keiko avait désactivé sa localisation. Et elle utilisait à présent sa carte d'accès. Ainsi pour le système la reine de la ruche n'avait pas quitté ses appartements, par contre Clélia se rendait dans les galeries.

Le silence régnait dans les lieux, les portes des alcôves savaient garder les secrets. Secrets enregistrés toutefois par le système, pour la sécurité des employés.

C'est un échantillon de conversations compromettantes que Keiko s’apprêtait à céder aux insurgés. Un petit début, leur permettant de se rendre compte de l’utilité de tels renseignements.

Peut-être pourraient-ils ainsi trouver une faille dans la cuirasse des automates.
Elle avait rendez-vous dans un salon privé avec un certain Zed. L’information venait de l’un des hommes de l’ombre que Keiko utilisait pour la vente d’informations et le chantage.

Zed n'était sûrement pas son vrai nom, tout comme Keiko ne se présenterait pas sous sa véritable identité.

D'ailleurs elle avait changée de tenue pour que son interlocuteur ne puisse la reconnaître.
Maquillage modifié, vêtements translucides et provocants.
Il y avait fort à parier ce n'est pas vraiment de son visage que Zed se souviendrait. Quoi qu'il en soit elle était méconnaissable.
Elle serait Clélia.
Une fois entrée dans l'alcôve elle désactiva le système d'enregistrement.
Elle n’avait plus qu’à attendre l’insurgé, au creux du fauteuil en velours.
A vrai dire tout ceci l’excitait follement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Reine de la ruche

avatar
Féminin
Age : 39
Fan Club RP : 8

MessageSujet: Re: Alias Clélia   Mar 5 Jan 2016 - 17:58

L'insurgé ne se présenta pas, elle n'avait plus qu'à regagner son quotidien.
Elle n'eu même pas le temps de vérifier si tout cela avait un sens.
Son désir d'agir, son bouleversement intérieur, tout cela vola en éclat.

La galerie de verre au dessus d'elle trembla tout d'abord sous l'effet de l'onde de choc.
Elle perdit l'équilibre sur le coup, se rattrapant de justesse à un arbre décoratif, imitant ce qui se rapproche le plus d'un cerisier en fleur.
Elle leva les yeux au ciel pour voir fondre vers elle des flammes, des morceaux de structures en flammes.
A ce moment là elle ne savait pas qu'il s'agissait d'un pan entier du dôme et de la ruche s'écroulant vers le sol.
En une fraction de seconde les flammes percutèrent la galerie et celle-ci vola en éclat.

L'on dit qu'avant de mourir on revoit toute sa vie mais Keiko ne vit rien de tout cela. Peut être n'allait-elle pas mourir.
Qui pourrait le savoir si ce n'est le narrateur, et bien même le narrateur ne le sait pas encore.

Les éclats de verres furent propulsés dans tous les sens, à une vitesse considérable, comme des milliers de balles, les vitres des restaurants et salons privés explosèrent dans les secondes suivantes, comme une symphonie de percussions.
Les hurlements s'élevèrent partout, une cacophonie sans maîtrise, une oeuvre post-moderne.

Aucun cri ne pu sortir de la bouche de Keiko, une lame immense de verre se ficha dans sa bouche, jusqu'au fond de sa gorge, dessinant sur son visage un sourire ridicule.
Son corps si peu couvert parsemé de petites tâches rouges, comme si elle avait décidé de porter un vêtement à poids.

Elle tomba à genoux, des bulles de sang se formant là où l'air trouvait un passage.
Ses yeux mauves aussi pleuraient le sang.
Une telle beauté soudain rendue macabre.

Dans un sursaut de survie, elle saisie à deux mains la lame et l'arracha de sa bouche, entaillant un peu plus les chairs, faisant jaillir un flot de sang.
La galerie se retrouvait pourvu d'une fontaine pourpre.

Keiko arracha un morceau de sa cape et l'introduit dans sa bouche pour endiguer le flot, respirant doucement par le nez.
Le liquide s’engouffra dans sa gorge, lui donnant le sentiment de se noyer. Puis peu à peu il ralentit.

La chaleur devenait insupportable, des flammes s'élevaient tout autour d'elle, partant  des lieux bordants la galerie, des fragments de corps, des blessés, gisaient partout au sol, ou suspendu aux fenêtres.
Certaines personnes semblaient s'être jetées de la ruche en flamme qui surplombait l'ensemble.

Un grincement sinistre se fit entendre au dessus de leurs têtes, la structure en ferraille déformée commençait à céder à cause de la chaleur, sans un regard pour qui que ce soit Keiko commença à se traîner vers la sortie.
Rien ni personne ne comptait plus que sa survie, elle voulait juste sortir.
En se déplaçant elle laissait une piste de gouttelette de plus en plus grandes, elle sentait ses forces l'abandonner. En temps normal ses droïdes seraient venus la secourir, seulement voilà personne ne la savait là. Elle avait triché et elle avait perdu.

Puis soudain le craquement fit place à une explosion supplémentaire, non loin. La vibration se communiqua à toute la structure qui céda brutalement.

Emprisonnant tous ceux qui tentait de la fuir.
Telle une pieuvre elle entoura ses proies de ses bras de fer, elle s'enfonça dans les chairs, arracha les membres.
tout n'était plus que bras, têtes, pieds, trons ... dislocation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Reine de la ruche

avatar
Féminin
Age : 39
Fan Club RP : 8

MessageSujet: Re: Alias Clélia   Mar 12 Jan 2016 - 11:43

Perte de conscience, tout est inconscience.
Les êtres qui se traînent en gémissant, les êtres qui ont posés les bombes, tous sont vides.
Ici gît Keiko, les yeux fermés de larmes de sang séché.
Cheveux défaits en broussailles noires , collant aux visages, aux morceaux de ferrailles.
Poings fermés serrant le vide, pressés sur la poitrine.
Genoux repliés, position fœtal, larvaire, escargot dans sa coquille de verre.
Verre éparpillé, planté, éclaté dans les chairs.
Plic ploc... l'eau qui tombe partout, les jets font reculer les flammes.
Aigreur de la fumée.
Âcre sensation au fond de la gorge, brûlure, toux.
Grésillement dans les oreilles.
Douleur.
Effort, battement de cils, papillon sortant de son cocon, s'étire...
Souffle faible, râle imperceptible.
La vie s'accroche.
Keiko ouvre les yeux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Reine de la ruche

avatar
Féminin
Age : 39
Fan Club RP : 8

MessageSujet: Re: Alias Clélia   Mer 20 Jan 2016 - 12:38

Comment survit-on à une douleur qui surpasse tout ce qu'on a déjà pu ressentir auparavant?
Il n'y a même plus de hurlements, il n'y a plus de larmes.
C'est au delà de ce que l'on peut exprimer.
Les yeux cherchent de l'aide, une aide qui semble ne jamais devoir arriver.
Les lèvres s'ouvrent et se ferment sans qu'aucun son ne sorte.

Pourquoi devrait-on hurler? Il n'y a plus rien que le silence.
Keiko n'entends plus ce qui l'entoure.
Pour la première fois depuis de longues années elle se sent vraiment seule.
Comme lors de ses débuts en tant que Valkyries, lorsqu'elle n'avait aucune ambition.

Avec les explosions c'est son trône qui s’effondre, son influence. Tout ce qu'elle a construit avec patience, en écrasant les autres, en niant tous sentiments.

Il y a pire pour Keiko que la peur de mourir, c'est la peur de mourir seule, ce vide absolue autour d'elle que le pouvoir a creusé.
Pas d'amis, pas d'amour. Personne à qui manquer, personne pour lui manquer.

Quel sens peut bien avoir la vie, lorsqu'on ne la vit que pour soi. Alors avec soi tout s’éteint. Cette mort sans honneur, sans faste, dans laquelle elle ne laisse qu'un amas de verre et de cendre. Demain tout sera à reconstruire, mais sans elle.

Voilà ce que cette indicible douleur pouvait créer en elle.
Si l'enfer existe elle y est déjà.

Elle tente de bouger pour se dégager de l'emprise de la structure de fer, mais chaque mouvement est insupportable.

Alors il ne lui reste que le rêve. Imaginer qu'elle n'est pas là. Remplacer ce désastre par un paysage de cerisiers en fleur.
Un lieu paisible, où tout recommencer. Où laisser la vie reprendre.

C'est seulement au cœur de ce rêve que les larmes purent couler, car sur un rêve on peut pleurer.
C'est seulement dans le regret de ce rêve qu'elle pu hurler.
Hurler toute la douleur de l'âme au corps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Insurgé
Libre, même dans l'esclavage

avatar
Masculin
Age : 53
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Alias Clélia   Sam 27 Fév 2016 - 10:48

- Il y a quelqu'un là, sous les décombres ! Encore en vie !
Appelez à l'aide. Je veux une équipe pour la sortir de là. Et un médecin ! Vite !


Qu'importe qui elle soit, nous ne sommes pas le gouvernement, nous ne laisserons personne mourir gratuitement. Pas tant que j'aurais un peu de pouvoir.

Maintenant que nous sommes ici chez nous, les délaissés le sont ici.

- Tenez-bon. On va vous sortir de là.

Je ne sais pas qui elle est, je ne vois pas son visage mais je prends sa main pour la garder en vie.
Et autour d'elle ils déblayent les décombres.

- Vous n'êtes pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Reine de la ruche

avatar
Féminin
Age : 39
Fan Club RP : 8

MessageSujet: Re: Alias Clélia   Lun 29 Fév 2016 - 10:52

Un espoir, une lueur, dans les odeurs acres. La mort plane dans ces effluves.
Keiko respire, faiblement et quelqu'un a entendu ce sifflement.

Si elle pouvait se contempler, elle ne verrai plus rien de cette beauté. Plus rien de ce qui a fait d'elle durant des années une favorite.

Elle ne porte pas son identification mais celle de Clélia.
Et le haut de sa tour effondrée... tout le monde va la croire morte!

A l'heure qu'il est quelqu'un a sans doute pris sa place. Que reste t'il de cette institution, de ses filles.
Ses filles....

Elle se redresse brusquement, ce qui achève de la réveiller, et la douleur émerge.

C'est là qu'elle le sent, qu'elle le voit. Un regard inquiet, bienveillant. Il lui tient la main. A elle qui ne ressemble plus qu'à un amas de chair.
De Keiko il ne reste plus rien.
Et c'est dans sa chute que la reine trouve enfin un peu de chaleur.
Alors que sa carapace a éclaté sous le feu de la haine meurtrière.
Vulnérable, elle s'accroche à cette main comme à sa dernière chance de survis.
Si faible chance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alias Clélia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alias Clélia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: Novlangue -§ Zones libres
[ Forum RP - Cité de Novlangue ]
 :: L'ancienne Maison des Valkyries
-
Sauter vers: