AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Une évasion mouvementée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Les Ressacs
Vos nuits sont nos jours...

avatar
Masculin
Age : 33
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Une évasion mouvementée   Mer 18 Nov 2015 - 22:50

Retrouver mes esprits était une sensation étrange...

Redevenir maître de mes pensées et de mes mouvements était une expérience qui m'était devenue étrangère depuis si longtemps... Poser une idée, envisager une option, lever discrètement un doigt : toutes ces choses banales prenaient une dimension nouvelle et extraordinaire à mes yeux. Je n'étais plus une conscience qui risquait de disparaître, mais bien un être de chair et de sang qui décidait de sa destinée.

Et ma destinée commencerait par quitter cet endroit de malheur.

Je n'étais pas entravé, les médecins avaient du évaluer que je représentais le niveau zéro du risque d'évasion. Je devais donc agir rapidement avant qu'ils révisent leur position et je n'aurais probablement qu'une seule chance pour les prendre par surprise. Je ne devais surtout pas la gâcher.

Sans bouger la tête, je constatais que ma chambre était vide. En dehors du lit sur lequel j'étais allongé, il n'y avait qu'un plafonnier à la lueur blafarde éclairant la pièce et une porte probablement fermée à clef. Aucun objet à utiliser comme arme improvisée ou fenêtre à tenter de forcer. J'en conclus donc qu'il faudrait que j'attende que des médecins entrent pour mettre mon plan a exécution.

Les médecins arrivèrent environ une heure plus tard après mon retour à la réalité. C'étaient deux femmes qui ne semblaient pas formées à autre chose que planter des aiguilles dans la chair d'un pauvre abrouti catatonique comme moi. Tant mieux : elles ne seraient probablement pas sur leur garde... J'attendis qu'elles se rapprochent le plus possible de moi pour bondir de mon lit comme un diable, incapable de savoir si mes jambes allaient pouvoir suivre.

Et pourtant elles me suivirent.

Elles firent même mieux que suivre, j’eus l'impression qu'elles me projetèrent du lit à la porte en un seul bond. Était-ce l'adrénaline ou toutes les saloperies qu'elles avaient pu m'injecter ? On verra ça plus tard. Ça et tout le reste : où aller, comment s'enfuir, comment vivre et surtout comment retrouver la lumière qui m'avait sauvé. Pour l'instant une seule chose comptait : mettre les voiles.

Après quelques minutes de cavalcade au hasard dans les couloirs, une sirène stridente se mit à retentir. Je dévalais les escaliers, enjambais les parapets, esquivais les chariots médicaux ; cherchant désespéramment une sortie à ce foutu labyrinthe. La chance me sourit enfin et une porte indiquant "issue de de secours" finit par se présenter à moi.

Je tournais la poignée et sortis enfin à l’extérieur.

Il faisait nuit et la pluie tombait à torrent. Je fus trempé en quelques instants, la blouse médicale collant à ma peau glacée. Je compris que l'issue ne serait en rien un secours pour moi : j'étais sur un toit.

Putain de merde !

Je sursautais au son de ma propre voix : je ne la reconnaissais pas. La dernière fois que je m'étais entendu elle était un peu nasillarde et plutôt aiguë. Mais le son que j'avais produit était beaucoup plus grave et rauque. J'étais devenu un homme et je ne m'en était même pas rendu compte. J'avais décidément beaucoup de temps à rattraper...

Je scrutais encore les alentours à la recherche d'un issue lorsque des gardes s’engouffrèrent par la porte et commencèrent en envahir le toit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   Jeu 19 Nov 2015 - 22:28

La peine était toujours-là, bien nichée au fond de son âme. Pourtant le temps semblait avoir déjà mis un calque par dessus. Si elle ne partait pas, elle était déjà plus supportable, comme s'il était possible de vivre avec.

Elle le regardait toujours le ciel, et cet horizon qui n'existe pas contre la paroi grise du dôme. Là-bas, derrière, l'inconnu. Elle n'y avait jamais pensé avant, mais elle n'avait aucune idée de ce qu'il y avait à l'extérieur de la ville. Le gouvernement voulait leur faire croire qu'il n'y avait plus rien là-dehors, que l'air n'était pas respirable, la terre non cultivable, le sol nu et mort à perte de vue. Un paysage morne sous un ciel sépia et lourd.

C'était forcément faux et jusqu'à peu elle ne s'était jamais intéressée à l'extérieur. Maintenant elle scrutait le ciel, le gris cherchant le rouge et le noir, les flammes, l'explosion. Que Nej prenne une décision. Intimement elle savait quel choix Nej ferait, elle ne la connaissait que trop bien, elle se demandait aussi si inconsciemment elle ne la poussait pas à le faire, à appuyer sur le bouton. Elle avait hâte même qu'elle le fasse, à tel point qu'elle avait fini par réaliser qu'elle avait elle-même un choix et qu'elle retournerait bien dans cet appartement pour appuyer elle-même.
Si seulement elle ne lui avait pas laissé la seule clef existante...

Où se trouvait Nej maintenant ? Chez elle, au Mirail à n'en point douter. La connaissant, elle devait chercher un truc futile à faire et les insurgés lui étaient tombés dessus. Ce n'était pas la reine de la discrétion. Probablement l'opposée en tout point de l'orgienne. Nyriss avait repéré une certaine agitation - encore une autre - elle n'avait pas chercher à savoir ce qui se passait. Elle ne voulait pas trop en savoir pour ne pas se sentir obligée de s'en mêler. Elle hésitait pourtant en fixant le sol bien plus bas de son regard abattu. L'orgienne avait peur, peur de la déception, de la désillusion, du regret entre autres choses. L'heure était plutôt à la fuite, au détachement. Même si son cœur était profondément tiraillée. Même s'il y avait Melton Jr quelque part, peut-être en danger... Junior n'était rien pour elle, tentait-elle de se convaincre.

Et comme pour accompagner sa résignation, la pluie se remit à tomber, en trombes. Ça n'avait manqué à personne, oh non, il était temps que ce dôme et ce contrôle climatique réglé en permanence sur le bouton "morosité ambiante" tombe. D'ailleurs l'orgienne s'était arrangée pour faire quelques tests et elle était désormais sûre que l'air extérieur était tout à fait sain, même plus que l'air pollué par les usines de ce huit-clos.

Nyriss se leva, remis sa petite robe en place et se retourna, avançant sur les toits au hasard. S'éloigner de son passé, de sa mauvaise moitié - Nej - et trouver toute seule sa place dans ce monde étrange. Voilà l'objectif de ces pérégrinations.

La nuit à Novlangue, il y avait toujours à faire ou à voir. Et surtout, il y avait toujours une rencontre intéressante au détour d'une rue. Chacune avait changé sa vie d'une façon ou d'une autre, mais d'ordinaire elle arborait un visage ouvert, souriant et surtout curieux de découvrir ce qui l'entourait. Depuis quelques temps, il était fermé et inexpressif. Ses grands yeux fixaient le sol plutôt que fouiller les milliers de détails du paysage. Un paysage de béton gris et dont les nuances n'avaient plus aucun intérêt, même pour elle.

Elle n'avait pas pour autant fermé ses écoutilles et alors qu'elle s'approchait sans s'en rendre compte du laboratoire, des bruits l'alarmèrent. Il y avait eu un cri, puis d'autres. Des mouvements s’apparentant très vite à un groupe s'en prenant à une personne seule. De quoi éveiller la défenseure de la veuve et de l'orphelin qu'était Nyriss. D'ailleurs, c'était juste devant elle, sur le toit du laboratoire. Plusieurs hommes contre un, un cobaye vu sa tenue, ou toute autre atrocité dont seul l'espèce humaine était capable.

L'orgienne s'arrêta au bord de l'immeuble voisin, les doigts de pieds dans le vide et observa quelques secondes. Elle avait toujours ce visage rond et légèrement enfantin, son regard curieux était par contre un peu éteint. Et si elle n'avait pas été aussi grande et longiligne, on aurait vraiment pu la prendre pour une gamine avec sa petit robe à fleurs très fifties. Son regard croisa celui de l'homme, le cobaye, celui qui luttait pour sa survie. Elle n'hésitait nullement, elle savait déjà qu'elle allait l'aider. Il y en avait eu d'autres, il y en aurait d'autres. Elle ne se voyait pas comme une sauveuse, pour elle s'était naturelle. Elle ne pouvait pas passer à côté de quelqu'un qui luttait pour sa survie sans réagir.

En d'autres temps elle avait été à sa place, encore bien avant cela Nej aussi avait été cobaye. Nyriss ne risquait pas d'oublier ces souvenirs. La douleur, la solitude, l'incompréhension, la perte des codes sociaux pour ne citer que le plus évident. Mais l'empathie seule suffisait à lui faire tendre la main à toute être dans le besoin. Très vite, elle lui tourna donc le dos et avança de quelques pas, avec une attitude qui aurait pu laisser croire qu'elle s'en allait, purement et simplement. Bien évidemment, elle ne faisait que prendre un peu de recul pour prendre son élan et sauter le précipice qui séparait les deux bâtiments.

Le saut n'avait rien d'humain, pas plus que la suite de ses mouvements. L'enchainement des coups, sa force. Ils n'étaient ni très nombreux, ni spécialement armés, ni assez entrainés pour faire face à une orgienne à la pointe de la technologie. Elle ne cherchait pas à cacher qu'elle n'était pas humaine, elle en avait même strictement rien à faire. D'ailleurs elle faisait plutôt dans l'économie de mouvement, assommant au plus vite chaque assaillant. C'était facile oui, bien trop facile mais d'une certaine façon ils avaient de la chance, elle au moins ne tuait pas.

Enfin, elle se tourna vers le jeune homme et lui tendit la main pour l'aider à se relever.

- Je ne sais pas si vous êtes courageux ou suicidaire. Bienvenue dehors, chez les fous, les vrais. Je m'appelle Nyriss.

Seulement, d'autres arriveraient très vite et certainement informés sur la situation, et donc mieux armés. Il ne fallait pas rester là, à moins qu'il ne soit déjà trop tard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les Ressacs
Vos nuits sont nos jours...

avatar
Masculin
Age : 33
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   Ven 20 Nov 2015 - 14:38

Les gardes furent sur moi en quelques instants.

Je me retrouvais avec des fusils et dieu sait quelles autres armes braquées sur moi, les hommes m'aboyant de me coucher face contre terre. Je n'étais pas un soldat, je n'avais jamais appris à combattre ou à réagir face à ce type de situation. Les dix dernières années n’avaient étés qu'un kaléidoscope d'images et de sons défragmentées. Je n'étais pas prêt, je n'avais eut qu'une seule chance et je l'ais gâchée en moins de dix minutes...

Je me mis donc à genoux, toute ma volonté et mon enthousiasme réduits à néant. Résigné et prêt à accepter mon sort, je levais une dernière fois les yeux vers le ciel. Une forme se découpant d'un des toits attira mon regard. C'est une jeune fille qui regardais dans ma direction, vêtue d'une robe à fleur complètement anachronique. Sa présence avait quelque chose d’irréel, comme une touche de couleur dans se monde gris et glacial. Elle tourna les talons et disparu en quelques secondes. J'imaginais sans mal que le spectacle ne devait pas être très joli à regarder...

J'allais m'allonger au sol lorsque la jeune fille atterrit subitement entre moi et les gardes. Elle enchaîna des mouvements aussi rapides que fatal et tous gardes furent à terre en quelques secondes. Un mot explosa dans mon cerveau alors qu'elle les mettaient tous à terre : Orgienne. J’ignore comment tout ça me revint à l'esprit, mais en une seconde un flot d'information me transperça le crane. Cyborgs nés en laboratoire, flop commercial pour cause de trop grande autonomie, adaptation et évolution trop rapide et incontrôlable, entités à détruire pour le bien de Novlangue, signaler toute information utile aux NOD.

Je ne parvenais toujours pas à reprendre mes esprits après que la jeune fille m'ait donné son nom et ne m'aide à me relever.

Pardon... Je ne sais pas...trop ce qui m'arrive...les choses... sont...troubles...

Plus je tentais de rassembler mes esprits, plus mes idées effilochaient et partaient en lambeaux. Le flot d'informations était incontrôlable : Orgienne, robots-humaines, pantins de fer, armes sur pattes, ennemies d'ennemis, pile ambulante, pas de sang.. Pas de sang... Que du fer, que de l'acier, que des circuits électriques qui veulent s'assembler, évoluer, aller plus vite, aller plus fort... Rien à faire, rien à dire... Juste à subir... Et se taire... Encore et toujours se taire... Se tenir à l'écart... Ne pas croire tous ces mensonges... Ne faire confiance à personne... Des images se superposaient à la réalité : des scènes de guerres, des médecines hasardeuses et inhumaines, des fragments d'Orgienne étalés sur des pavés et des NOD battant à mort les survivantes... Les flots d'huile, de liquides hydraulique courant entre les pavés de rues que je n'avais jamais vues... Quelques Orgienne qui parvenaient à s'enfuir et rejoindre des insurgés en lesquels elles ne croyaient pas vraiment...

CA SUFFIT !!!!!!

Je poussais un cri sans même m'en rendre compte. Ce cri fit exploser toute cette folie comme des bulles de savon et mon esprit repris subitement le dessus. Abasourdi comme jamais, j'essayais de m'expliquer :

Pardon, je ne sais plus bien où j'en suis. Toutes ces choses qui me vrillent la tête, toute cette folie... Merci de m'avoir aidé Nyriss, je ne m'en serais pas sorti sans vous.

Je marquais une petite pause pour lui faire comprendre que mon esprit était un peu plus clair.

Je vais encore vous demander votre aide pour sortir d'ici. Vous pensez que c'est possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   Mar 1 Déc 2015 - 23:54

Il était étrange. Réactions anormales, non identifiables, imprévisibles. Ce n'était pourtant nullement surprenant pour quelqu'un qui venait de s'enfuir du laboratoire de Novlangue. Nyriss le savait, comme elle savait très bien tout ce qui se passait là dedans. Plus pour longtemps.

Aiguilles, piqures, scalpel, manipulations, douleurs, souffrances, tortures, lavages de cerveau, expériences diverses, et bien plus encore. Tout ce qui touche au corps, touche à l'esprit. Quand ce n'est pas l'esprit qui est visé lui-même. En sortir fou, atteint ou même carrément dérangé était presqu'une normalité du coup. Mais cela pouvait-il s'arranger ? Comme d'ordinaire, Nyriss était optimiste, une nouvelle vie pouvait changer un homme. Encore fallait-il partir avec de bonnes bases comme elle-même en avait eu la chance.

Ainsi elle ne sourcilla pas lorsqu'il se mit à hurler, subitement, ni même ne recula. Ce n'était pas prévisible mais pas si surprenant non plus du peu qu'elle l'avait observé juste avant. Elle continua simplement de le regarder, le laissant faire avant de lui offrir un petit sourire, tout en douceur, se voulant encourageante.

- Tu es lucide, c'est déjà une bonne chose. Tu peux te sortir de tout ça. Et vivre.

Nyriss jeta un œil derrière elle, vers la porte d'où il était venu. Pour le moment ses craintes restaient infondées, personnes ne montaient pour le récupérer et ça n'était pas forcément bon signe. Ils avaient un peu de répit pour mettre les choses au point, mais pas une éternité.

- Bien sûr que je ne vais pas te laisser là, seul et complètement perdu, à leur merci. Maintenant tu es un homme libre. Tu as un nom ?
Il ne faut pas trainer, mais par mesure de précaution, j'ai besoin que tu me fasses confiance et que tu acceptes le contact physique. Tu te sens capable de courir ?


Au loin les sirènes de la N.O.D. retentissaient, faiblement certes, mais suffisamment pour rappeler que l'inévitable allait arriver. Ils allaient être traqués, plus méchamment qu'elle ne l'avait jamais été. Seule, Nyriss ne risquait rien, avec un humain affaibli, c'était une autre histoire. Nej, s'il-te-plait, mets la ville en feu. Occupe moi ces NODs.

Son sourire s'effaça pour laisser place à la concentration pendant que son encéphale calculait le meilleur trajet. Dés qu'elle aurait son assentiment, ou sans si le temps pressait trop, elle attraperait son bras et l'entrainerait derrière elle dans un saut périlleux. Un saut au dessus du gouffre qui séparait les deux immeubles.

Elle calculait tout. Estimait son poids, le vent, sa vitesse et ensuite la trajectoire. Enfin elle simulait la chute, la façon dont elle devait l'attraper pour lui servir de pare-choc. Tout irait bien, elle n'en doutait pas. En quelques secondes la machine avait fait toutes les simulations nécessaires. Il n'y avait plus qu'à.

[HRP : j'ai miraculeusement eu internet, alors une petite réponse, n'hésite pas à faire avancer =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Les Ressacs
Vos nuits sont nos jours...

avatar
Masculin
Age : 33
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   Jeu 3 Déc 2015 - 13:56

Un nom...

Cela faisait si longtemps que j'étais un numéro et aujourd'hui on me demandait mon nom. Certaines journées sont meilleures que les autres... L'air humide et froid de l’extérieur réveillait des choses que j’avais oubliées. Un peu d’humour peut être ? "Certaines journées sont meilleures que d'autres", non mais j'te jure ! C'était juste une journée hors du commun où je retrouvais enfin ma liberté et tout ce qui me venait à l'esprit c’était cette phrase stupide. Je donnais mon nom à Nyriss et répondais oui au contact physique. J'aurais répondu oui à n'importe quoi pour simplement sortir d'ici.

Je saisis son bras et l'Orgienne se cambra sur ses jambes. Une fraction de seconde nous étions en l'air dans un saut périlleux que j'aurais cru impossible. Le bas devint subitement le haut et nous nous retrouvions propulsés à plusieurs mètres du sol. Le temps sembla suspendu quelques instants et nous atterrîmes sans dommage sur un toit voisin. Je n'eus pas le temps de reprendre mon souffle ou poser la moindre question lorsque Nyriss exécuta un second saut, puis un troisième, puis un quatrième... Nous volions littéralement de toits en toit sous la pluie battante, improbables sauterelles de fer et de sang.

Quelques minutes plus tard Nysriss atterrit enfin dans une ruelle sombre. Je lâchais son bras et me précipitais vomir quelques mètres plus loin. C’était trop, beaucoup trop pour moi... Comment ne pas craquer avec tout ça ? Mon réveil sans explication, mon esprit qui partait en lambeaux, une Orgienne qui me faisait faire de la haute voltige... Je n'avais pas fini de vomir que je m'écroulais dans mes propres régurgitations. Pas très classe pour un retour à la réalité, mais je n'en avais rien à foutre. Les gros mots me revenaient à l’esprit en même temps que les larmes me montaient aux yeux. Je n’aurais pu dire si c'était des larmes de joie ou de désespoir.

Nyriss, tu ne peux pas t'imaginer comme tout ça est difficile ! Il y a encore une heure j'étais un légume sur une table d'opération et maintenant je suis dehors, sans papiers, sans argent et sans amis avec une Orgienne qui viens de me sauver vie ! Je craque ! Je craque littéralement, mais je peux pas faire autrement ! Je me suis réveillé sans explication, avec juste le souvenir d'une lumière qui ne disait de la rejoindre lorsque je serais prêt ! Tu en connais une toi, de lumière qui parle et qui t'entoure d'un truc que tu n'arrives même pas à décrire tellement c'est exceptionnel ? Bordel, je suis complètement fou ! Bon à enfermer ! Tu ferais mieux de m'achever tout de suite avant que je fasse plus de conneries !

C'était de l'hystérie pure et simple. Un gars qui n'avais absolument rien de viril et qui ne trouvais rien d'autre à faire que couiner et chialer alors qu'il avait la liberté devant lui. Tiens, je venais de me découvrir macho et misogyne.

J'allais de surprise en surprise mais j'avais le sentiment que mon intégrité se reconstruisait enfin, que je pouvais accéder à ma personnalité qui avait été étouffée par des années de déconstruction. Mais je n'étais pas sûr de vouloir me redécouvrir, n'aurais pas fallu se reconstruire plutôt ? Après quelque instants de sanglots et de prostration, je décidais que oui. Je me relevais tant bien que mal, essayait de m'arranger autant qu'un type couvert de vomi pouvais s'arranger et pris mon courage à deux mains.

Tu dois commencer à en avoir marre d'un type qui s’excuse deux fois en moins d'un quart d'heure parce qu’il pète un boulon... Ceci dit je pense à voir que j'ai droit à des circonstances atténuantes. On ne reviens pas à la vie en moins d'une heure sans avoir quelques séquelles j'imagine...

Je me tus juste une petite seconde, histoire de lutter contre cette envie soudaine de me jeter à son cou pour trouver un peu de réconfort.

Je vais encore avoir besoin de toi pour trouver un abri et un peu d'argent pour me débrouiller tout seul. Ça revient un peu à un "t'as pas cent balles ?" un poil plus classe, mais je ne sais pas trop comment demander ça sans passer pour un con. Nyriss, je te dois la vie et je ne l’oublierais jamais. Si tu as besoin d'un fêlé comme moi un jour où l'autre, peu importe ce que tu me demande je me mettrais en quatre pour t'aider. Mais pour l'instant j'ai besoin que tu me remettes un peu sur les rails et que tu me donne un dernier coup de main. Je prends tout ce que tu peux m’offrir : amis, contact ou même un petit tour dans un bar sympa pour laisser retomber tout ça.

Je restais là planté, attendant sa réponse en dissimulant tant bien que mal ma frénésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   Mar 15 Déc 2015 - 0:29

Elle y était sans doute allée un peu fort. Plusieurs bonds d'affilés, tout en tournant sur elle-même, ça n'était pas très humain et pas très bon pour leur cerveau. Mais elle n'avait pas le choix, il fallait s'éloigner et vite. Les toits étaient la meilleure alternative, il aurait été incapable de courir. Maintenant ils pouvaient redescendre au sol et s'enfoncer dans le réseau souterrain qui était encore bien plus sûr que les hauteurs.

Sa réaction n'avait donc rien d'anormal. Voilà une des rares choses que Nyriss ne connaissait pas, même à travers les souvenirs de Nej. Elle avait eu la chance d'échapper aux joies du système digestif humain et de ne jamais savoir ce que ça pouvait faire de se vider des deux côtés. Vomir semblait être le moins pire des deux de son point de vue, et elle était ravie qu'il ait choisi cette option. Enfin, avoir la diarrhée après s'être retourné l'estomac aurait paru quelque peu décalé. L'orgienne le laissa tranquillement faire ses affaires d'humain et reprendre ses esprits, faisant des trucs de robots de son côté.

Il s'agissait de se repérer, de trouver une bouche d’égout et d'essayer de savoir si les NODs étaient déjà à leur poursuite. Ce qui ne lui pris pas bien longtemps. Elle alla s'asseoir sur un vieux bidon et elle l'écouta. C'est fou ce qu'il pouvait être bavard, ce qui pouvait aussi se comprendre ; rester enfermer seul pendant des années, on pouvait certainement avoir envie de déblatérer après ça. Même si certains en sortaient plutôt complètement intimidés. Nyriss en conclut qu'il avait dû avoir une vie avant le laboratoire, peut-être qu'il avait encore de la famille ? Quoiqu'il en soit elle le regardait avec toute la bienveillance du monde, un doux sourire aux lèvres. Aider était finalement ce qui la rendait la plus heureuse. Et elle le laissa terminer, tranquillement, même s'ils n'avaient pas la vie devant eux, pas encore du moins.

- Certains s'excusent trois fois dans la même phrase, d'autres n'arrivent plus à sortir un mot. Chacun a sa propre façon de réagir j'imagine, il n'est pas nécessaire de te justifier. Tu ne m'embêtes pas.

Elle se leva alors et se dirigea vers l'artère un peu plus grosse sur laquelle la ruelle débouchait.

- Suis-moi, nous devons vite nous enfoncer dans les boyaux de la ville. Ça pue, mais promis, plus de saut dans les airs.

Ils ne restèrent pas longtemps dans l'avenue avant de tomber sur une bouche d'égout très old school, tout droit sortie des années 1900. L'androïde souleva la plaque et laissa passer Raf avant elle afin de refermer. Quelques mètres plus bas, la puanteur de toute la ville se retrouvait pour une rave party sauvage et particulièrement enragée. Et c'était tout aussi désagréable pour elle que pour un humain, mais à force elle avait appris à s'y faire.

- Sous terre, on n'est bien plus en sécurité. Je connais le réseau souterrain comme ma poche, c'est très pratique. Par contre, je suis désolée mais je ne suis pas un couteau suisse, je n'ai donc pas de lampe de poche intégrée. J'espère que tu n'as pas peur du noir.

Nyriss le guida à travers les tunnels.

- Pour répondre à ta demande : Je n'avais nullement prévu de te laisser tomber comme ça. Déjà, nous allons trouver un endroit sûr pour manger et dormir, ensuite nous aviserons selon ce que tu veux faire de ta vie. Enfin, et bien, tu seras un homme libre. Et donc ce soir, nous allons au Mirail, ça te dit quelque chose ?

Le repère des insurgés. Des insurgés qui s'insurgeaient entre eux dernièrement. Ce n'était peut-être pas la meilleure idée au monde, mais Nyriss était poussée par sa curiosité. Elle avait envie de voir de ses propres yeux ce qui s'y tramait réellement. Et puis il n'y avait guère de meilleur endroit pour se cacher tout en trouvant de quoi manger et de quoi dormir à toute heure du jour ou de la nuit. Il faudrait juste qu'elle soit discrète, ce qu'elle savait très bien faire elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une évasion mouvementée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une évasion mouvementée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Archives de Novlangue :: Novlangue 2140 :: Quartiers populaires-
Sauter vers: