AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Champagne, crevettes et poudre aux yeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Automate
Nous sommes Dieu...

avatar
Féminin
Age : 38
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Sam 23 Jan 2016 - 13:32

Veronika avait réparé ses conneries et je pouvais me rendre plus sereinement au cocktail organisé par Vice Engeneering. Sereinement c'était un bien grand mot. J'étais là parce qu'il le fallait, les lèches-cul ça n'avait jamais été mon truc, ni dans un sens ni dans l'autre, éventuellement si on me léchait le mien lors de rapports sulfureux, mais dans le monde de l'entreprise c'était un véritable supplice. Pourtant je m'y pliai. Docilement. Je n'avais pas encore le grade pour dire que c'était des conneries. Des cerveaux comme le mien y'en avait plein l'entreprise, quoi que je doutais que mes andouilles de collègues aient déjà eu mon niveau de performance. On fait avec ce qu'on a à ce qu'il parait... Je ne peux pas réellement leur en vouloir...

Et voilà, je serrais une tonne de mains moites, ça puait le cigare cubain et les crevettes cocktail. Je repérai les lourdauds à un kilomètre à la ronde. Ces spécimens se repéraient pour la plupart vers le buffet gratuit, un, voir deux verres à la main. Chez les NOD il y en avait une pelletée, à croire qu'il y avait un concours à celui ou celle qui s'empiffrait le plus. Ceux là même faisaient semblant de te connaitre en t'appelant par ton nom en ayant auparavant zieuté le nom inscrit sur ton badge. J'avais suspendu le mien autour de mon cou, ça éviterai les trous dans la robe et dissuaderai quelques uns trop pudiques pour reluquer mon décolleté de vérifier mon nom.

Un serveur persuasif me passa un verre de cocktail Mimosa que je sirotais doucement tandis que le sieur Wolf se positionnai sur l'estrade. C'était un gars ventripotent et transpirant, rien que sa vue me donnait la nausée. Mais le chef des NOD entama son discours bien rodé. Merci à tous, bla bla bla, Vice Engeneering super partenaires, bla bla bla, de nouveaux contrats à venir, bla bla bla, des innovations permanentes, bla bla bla... Ouais c'est bon on est super doués ça on le sait déjà.

A peine avais-je claqué deux fois dans mes mains que je regardais l'horloge numérique au mur. Encore une heure et je me barre. Un demi-tour et je me dirigeais vers le buffet, du moins ce qu'il en restait.
Sans comprendre ce qu'il m'arrivait sur le moment je senti la violence du choc de la table sur mes cuisses. Je me redressais vite avant que ma robe ne soit totalement foutue. Quelqu'un m'étais manifestement rentré dedans et avait failli me mettre la tête la première dans le guacamole. Le regard noir je me tournais vers l'abruti qui ne savais pas marcher droit. Putain, un NOD.

- Vous pourriez faire attention! Bordel...

_________________
So long and thanks for all the fish...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 39
Présentation du Personnage : Un physique d’Apollon, enfin un jour sans doute .
Une Haleine à dégivrer le pare-brise d'un hypothétique hiver.

Swann est un séducteur, sauf qu'il n'y a que lui qui soit au courant.
Il a souvent soif... l'air est sec par ici. Et l'eau est polluée...
Fan Club RP : 16

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Sam 23 Jan 2016 - 14:06

J'étais pas invité ça vous vous en doutez bien.
J'attendez Vinz le salopard. Mon supérieur. Il avait foutu en l'air mon enquête sur le petit poucet.
Il parait qu'on avait touché d'un peu trop près les Hautes Sphères.

Je voulais lui dire en face ma façon de voir, on prend pas Swann pour un con, ça lui ai réservé.
Je ne laisse personne me traiter comme la dernière des merdes! Je me débrouille très bien pour ça tout seul.

Et il peut me recycler si il veut, je vais lui faire bouffer mon badge bien profond par la face cachée de son anatomie. Espèce de petit blanc bec de connard de merde!

Ceci étant en attendant, il n'est pas nécessaire de se priver des plaisirs de la vie. J'ai réussi à entrer par les cuisines de la salle de réception grâce à Nadine, une jolie petite Orthodoxe dont je ferais bien sauter la puce. Histoire qu'elle crie tous les noms des grands Dieux de l'histoire assise sur le plan de travail immaculé de la cuisine.
Mais comme pour le moment elle ne peut rien sentir du vibrant hommage que j'aimerais rendre à sa jeunesse, et bien je préfère profiter d'autres plaisirs.

Notamment ce putain de buffet!

Il y a de tout là dessus, et je ne sais même pas comment ils ont fait pour faire venir tout ça, ni d'où.
On comprend mieux qu'ils soient prêt à tout les boss pour protéger les fous, tant qu'ils paient.

j'm'enfile quelques verres. ça fait un moment que j'ai pas bu. Et ce liquide là c'est de la qualité, je me dois de le déguster, de regarder sa couleur, de le boire avec... et merde! au diable les varices! Je fais descendre direct cul sec.

Haaaa des crevettes, j'ai toujours rêvé de manger ces petites choses dont on doit arracher les pattes et la tête avant d'en tirer le meilleur. ça me rappelle le boulot.

Voilà je me goinfre, des crevettes dans la bouche, le verre dans l'autre.
Je me retourne pour entendre le discours.
Je m'essuie les doigts sur le veston piqué au vestiaire, et lorsque je pivote brusquement vers la table pour me resservir je rencontre le derrière charnu d'une poulette.


" vous pourriez faire attention! Bordel!"

Je cherche le badge du regard histoire d'utiliser son ptit nom pour m'excuser et là mes yeux rencontre la paire d'air bag capable de faire se dresser fièrement n'importe quel mec, fusse t'il une femme.

" Bon Dieu mam'selle ! Comment voulez vous qu'on se souvienne de votre prénom avec un décolleté pareil!"

Daland Gentleman farmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Automate
Nous sommes Dieu...

avatar
Féminin
Age : 38
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Dim 24 Jan 2016 - 10:09

Ni une ni deux l'empaffé me reluque le décolleté sans sourciller pour trouver mon nom. Dans un sens c'était prévisible. Mon regard fait rapidement le tour de la personne qui est encore trop collée à moi à mon goût. Aucun badge en vue mais je mettrais ma main à couper que c'est un NOD, il n'a pas une tête d'ingénieur ou d'administratif. Des tâches sur la veste, une barbe mal rasée, des cheveux approximativement coiffés et un sourire qui ferai flipper n'importe quel tueur en série. C'est du lourd.

- Bon Dieu mam'selle ! Comment voulez vous qu'on se souvienne de votre prénom avec un décolleté pareil!

Je hausse à peine un sourcil à sa remarque déplacée. Décidément, il n'en existe pas un pour rattraper l'autre. Je ne sais pas si cela vient exclusivement du fait qu'il est NOD ou alors qu'il possède une paire de couilles en supplément de sa barbarie qu'il parvient à me hérisser autant le poil mais je ne laisserais jamais passer une telle remarque. Je m'approche de lui un peu plus comme pour lui susurrer un secret dans le creux de l'oreille.

- Je vous fais une proposition. Et si vous et vos congénères masculins parveniez à vous réunir, un truc global hein, juste pour vous mettre d'accord sur le fait que ce genre de remarque n'est ni approprié, ni flatteuse pour une femme, je pense qu'on gagnerai du temps et que vous éviteriez quelques coups de genou mal placés. A partir de là, je vous précise que je n'ai aucunement l'intention de vous laisser vous souvenir de mon nom même si celui ci pourrait vous obtenir une bonne dose d'ennuis. M'est d'avis que vous n'êtes pas sur la liste des invités.


Je recule mon buste pour ne plus être collée à lui mais je suis contre la table. Il me sera difficile de m'en aller sans me frotter ostensiblement à son anatomie intime. Je ne bouge que pour retourner mon badge afin qu'il ne puisse plus lire ce qu'il y a d'inscrit. J'ai toujours ma coupe de champagne à l'orange dans la main. Je lève mon verre vers lui comme pour trinquer dans le vide et je bois un peu de liquide pétillant avec plaisir.

Ce gars là est tout ce que j’exècre. Pas soigné, lourd... et NOD.

_________________
So long and thanks for all the fish...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 39
Présentation du Personnage : Un physique d’Apollon, enfin un jour sans doute .
Une Haleine à dégivrer le pare-brise d'un hypothétique hiver.

Swann est un séducteur, sauf qu'il n'y a que lui qui soit au courant.
Il a souvent soif... l'air est sec par ici. Et l'eau est polluée...
Fan Club RP : 16

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Dim 24 Jan 2016 - 18:46

La petite me joue la carte de la farouche outrée.
C'est du genre à me chauffer, pas dans le sens colère mais dans le sens qui se calme à l'horizontal. Ou tout autre position impliquant une imbrication.

Je lui fais mon plus beau sourire, soulevant mes sourcils. Et je me penche à mon tour pour murmurer à l'oreille de la pouliche:

" Et si vous et vos congénères féminines parveniez à vous réunir, un truc global hein, juste pour vous mettre d'accord sur le fait que ce genre de décolleté attire forcément les regards et les remarques de tout genre. Assumez poulette. Vous adorez qu'on vous reluque de bas en haut. Pour mieux vous indigner ensuite qu'on le fasse. Il y a des comportements interdit que vous feriez mieux d'essayer ça vous sortirez un putain de balai dans l'cul!"

Je regarde une dernière fois ses petits pomelos galbés et m'éloigne pour continuer à manger.
Non mais sans blague.
Greluche va!!!

En attendant Vinz n'est pas en vu. Pourtant j'ai vu son nom sur la liste des invités.
ça me gâche mon plaisir d'être venu faire un esclandre, beaucoup moins drôle.

Je suis venu sans Kes, elle a pris une garde ce soir au central, et si elle savait ce que je m’apprête à faire... je sens que miss parfaite en serait très fâchée.
Elle a fait sur moi un rapport positif qui a permis de sauver mes bourses et franchement je lui en suis reconnaissant. Mais elle avait tort je suis pas un bon élément. Je pisse sur les gradés, leur règlement, leur niveau de vie . Et sur les automates qui se pensent supérieurs juste parce qu'ils pètent dans la soie dès la naissance.

J'ai pas eu cette chance, ils me l'ont enlevé. Parce que petit il parait que je faisais un très bon futur gardien de l'Ordre, un bon toutou . Et ils m'ont fait entrer cette idée bien profond dans la tronche à coup de crosse. Le goût de mon propre sang m'a vite enlevé l'idée de suivre une autre voie, de me barrer ou autre. De toute façon c'était la famille, voilà ce qu'ils m'ont fait avaler. C'est pour ton bien Daland. Et tu dois œuvrer pour le bien de la famille. Et Novlangue c'est notre famille.

Ramassis de conneries!

N'empêche que l'absence du chef est inquiétante, il aime tellement lécher des ... bottes qu'il ne manquerait pour rien au monde ce genre de moment.
Faudrait pas qu'il tarde trop, j'serais capable de me faire virer avant qu'il débarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 47
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Mer 27 Jan 2016 - 18:06

C’est plutôt sympa chez les rupins. Tout est propre, pas une tâche, pas un graffiti ni bien sûr de clodos. Par contre, des NOD, on en voit un peu partout, il y a peut-être un rapport de cause à effet.
Le gros était signalé à une sauterie organisée par « Vice Engeneering », rien que le nom était un programme. J’en avais entendu parler par le Commanditaire, mais je n’avais jamais eu affaire à eux (comprends : je n’en avais pas encore dessoudé un de chez eux… du moins, que je sache).
Ce que j’aime par-dessus tout, c’est quand les services de sécurité et tous ces glands qui se la pètent parce qu’ils gardent les entrées comme de bons toutous regardent ailleurs et me laissent passer. Je dois vraiment avoir une gueule à faire peur, ou alors un don du genre de ceux des mentalistes qui file les chocottes.
Je dois avouer, que le larbin qui est venu me trouver ne manquait pas de couilles. Il a manqué de se chier dessus, mais, au milieu de ses bredouillements, il m’a tendu une veste de costard. Je me suis souvenu de ce que me disait le Commanditaire : « quand tu es ici, deviens comme eux, ils se méfieront moins », j’ai donc pris la veste que j’ai enfilé. Le larbin a disparu. Je me suis observé dans un miroir, c’est vrai que j’avais de la gueule sapé comme ça. J’aime pas trop être déguisé en tomate, mais là, ça se justifiait.
Je suis rentré dans la salle du buffet sans plus de questions. S’il y a un truc qui me scie, c’est bien que tu peux faire ce que tu veux, être riche à millions, avoir le pouvoir, et tout ce que tu veux, et bien, crois-moi, dès qu’il y a un buffet, tu redeviens un animal.
Tous les invités à la sauterie étaient là, agglutinés comme des mouches sur un cadavre, à s’empiffrer si vite, que les bonniches arrivaient tout juste à fournir. Il m’a suffi d’un coup d’œil pour identifier le gros, il me tournait le dos, trop occupé à s’en mettre plein la panse. Autour de lui, sa cour de mignons habituels affairés à lui cirer les pompes des fois qu’il daigne leur cracher quelques miettes de son intérêt.
Quel con.
Le Commanditaire était dans la salle aussi, je l’ai avisé du coin de l’œil, mais je n’ai pas fait le moindre geste ni le moindre signe pouvant permettre de l’identifier. Quand il veut me voir, il sait me trouver ou provoquer une rencontre qui a toujours l’air fortuite.
Je me suis approché du gros, les mains dans le dos, l’air innocent. Il s’est rendu compte que quelque chose clochait lorsque ses gitons se sont tus et légèrement écartés. Alors, il s’est retourné, l’air hautain et mécontent, ses doigts boudinés tenaient des petits fours luisant de gras, il avait la bouche pleine et des miettes partout. Un goret je te dis.
J’ai failli sourire quand il est devenu blême en me reconnaissant. Il en a lâché sa bouffe et a manqué s’étouffer en avalant. Il s’est redonné une contenance en descendant du champagne. Ses yeux porcins ne me quittaient pas et au fond de son regard, je humais la trouille viscérale que je lui inspire.
Putain que ce moment est délicieux quand tu sais que celui qui se prend pour une terreur est prêt à se pisser dessus rien qu’en te voyant. J’ai même cru que j’allais en avoir la gaule !
- Ghost, a-t-il dit avec un sourire forcé. « Tu es revenu. »
« Apparemment, gros con » ai-je pensé. Je suis sûr qu’il a dû entendre tellement je l’ai pensé fort.
- Mission accomplie ?
J’ai hoché la tête sans le quitter des yeux. Il y avait un peu de sueur qui se formait sur son front bas, il s’est tamponné avec une petite serviette en soufflant puis s’est essuyé les doigts qui tremblaient imperceptiblement.
- Toujours aussi efficace. Bien, repose-toi, profite du buffet. J’aurai bientôt une autre mission pour toi.
Il a levé sa flûte à ma santé, l’a descendue d’un coup et il s’est détourné, je pouvais sentir l’odeur aigre de sa peur.
A voir toute cette bouffe, je me suis souvenu que je n’avais pas mangé correctement depuis… ben deux ans au moins ! Je me suis approché du buffet histoire de suivre les conseils du gros et me taper la cloche. Accessoirement, le Commanditaire y était aussi, autant qu’il sache que j’étais là.

_________________
Ghost.
N.O.D
Infiltré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Automate
Nous sommes Dieu...

avatar
Féminin
Age : 38
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Mer 27 Jan 2016 - 22:07

Les psychologues de tous bords auraient adoré mon regard envers cet homme, il aurait pu être mon père et pourtant il me donnait quelques sueurs froides en me regardant comme il le faisait. Cette allure toute particulière et ce regard gris me distrayèrent un quart de seconde le temps d'assimiler ce que l'autre rebut machiste venait de me balancer. Il avait repris mot pour mot ce que je lui avais dit pour le remanier à sa sauce et répandre ses idées d'un autre temps.

J'oscillais gravement entre lui balancer mon verre à la figure et lui briser les noix mais le bougre se carapate à la recherche de nourriture. Je marmonne un "connard" avant de reprendre un visage impassible. Les NOD discutent entre eux, les automates également. Cela ne se mélange pas beaucoup par ici et à par quelques exceptions je suis d'accord avec ça.

Juste pour faire chier, je me suis présentée au chef des NOD. Ce gros plein de soupe ne pouvait même pas me serrer la main tellement il les avait pleines. Alors ces mignons le firent à sa place.

- Deedee Watson pour vous servir. C'est moi qui ai amélioré le logiciel de contrôle des implants, ainsi que celui de contrôle que vous avez sur vos ordinateurs à la Tour. J'espère que ceux ci vous donnent entière satisfaction. Si ce n'est pas le cas dites le moi et je me remets au travail de ce pas.

Oh que c'est dur de jouer les sous-fifres...

Le porc en chef me certifia que tout était parfait, ce que je savais déjà, et me remercia à s'en étouffer de faux semblants. Son conseiller de com' me donna sa carte et je lui donnais la mienne. Puis après quelques courbettes je sortis un stylo de mon sac.

A présent, passons aux choses sérieuses.

Je griffonnais quelques mots au dos de la carte et la plaquait contre ma paume, fit semblant de la ranger dans mon sac et me dirigea vers le buffet. Je pris une serviette en papier et souris à l'homme aux yeux gris à mes côtés.

- Tenez une serviette, avec tout ce que vous avez de gras dans les mains vous n'allez pas pouvoir serrer les mains convenablement sans ça. Bonne fin de soirée.

Je lui glissai la serviette dans sa poche de veste et quitta la pièce sans me retourner. J'empruntai l'ascenseur privé qui était légèrement en retrait en l'appelant d'un geste de mon badge sur le boitier de commande. Il n'y avait personne qui surveillai cet ascenseur étant donné que seuls les cadres de la société y avait accès. Je maintenais les portes ouvertes quelques secondes. L'homme du buffet s'y faufila une minute après moi, les portes se refermèrent sur nous deux. Nos regards se croisèrent. Les affaires d'abord...

- Tu as une minute pour me faire ton rapport.

_________________
So long and thanks for all the fish...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 47
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Jeu 28 Jan 2016 - 11:30

Ce qui est bien, avec le Commanditaire, c’est que je n’ai jamais eu besoin de lui expliquer la sécurité. Elle m’avait capté alors qu’elle discutait avec un NOD qui s’était (mal) déguisé en invité. Peut-être un autre de ses sbires, peu m’importait.
Elle était chouquette le Commanditaire dans sa robe qui avait dû coûter le salaire d’un troupeau d’Orthos, la parfaite cadre dynamique. Moi qui la pratique depuis un bout de temps maintenant, je voyais au-delà de l’image policée du bon tomate bien propre sur elle qu’elle renvoyait. Le Commanditaire, c’est comme une flaque d’acide, extérieurement ça ressemble à de la flotte, mais si tu y touches, tu sens la différence.
Elle s’est pointée devant moi avec un air mine de rien et m’a balancé une vacherie. J’y suis habitué, c’est son truc. Une sorte de petit jeu entre nous, perso, ça me fait marrer qu’une petite nana comme ça n’ait pas peur de moi alors que le gros et d’autres bien plus dangereux se chient dessus en me voyant.
- Tenez une serviette, avec tout ce que vous avez de gras dans les mains vous n'allez pas pouvoir serrer les mains convenablement sans ça. Bonne fin de soirée.
J’ai senti sa mimine dans ma poche, toute légère. C’était finement joué, n’importe qui aurait vu une petite pétasse qui draguait un vieux alors que le Commanditaire venait de rappeler son arme fétiche au rapport. Il y avait une petite carte dans la serviette avec juste deux mots : « Suis moi », je l’ai lue très visiblement, afin que tout le monde voit qu’elle m’avait laissé un message.
Intérieurement, j’ai souri. J’ai déposé le petit four que je tenais sur le buffet – il est dit que je ne réussirai pas à manger ce soir – et j’ai traversé la pièce en fixant ostensiblement son dargeot moulé dans sa robe qui ondulait alors qu'elle allait vers l'ascenseur. Des regards envieux m’ont suivi, vu le manège, il était clair pour eux que la petite voulait se taper un viocque.
Pauvres tarés.
Je suis entré dans l’ascenseur et me suis rapproché d’elle. Elle sentait bon la bourrique, j’ai inspiré la fragrance florale mais dès que les portes se sont refermées, je me suis écarté et l’ai saluée d’un hochement de tête.
- Tu as une minute pour me faire ton rapport.
Toujours aussi directe le Commanditaire. Je me suis permis un petit sourire avant de lui répondre. J’avais beau la fixer, elle ne montrait aucun signe de défaillance. Elle n’a pas l’air comme ça, mais je n’aimerais pas l’avoir comme ennemi, elle me donnerait du fil à retordre et puis, j’avoue que ça m’ennuierait de la descendre. Je l’aime bien moi, le Commanditaire.
- Je l’ai eu. J’ai mis le temps, il était plutôt méfiant. J’ai dû gagner sa confiance – et éliminer la concurrence – pour l’approcher, ni lui, ni son gang ne nuiront plus à vos affaires. Concernant le sujet qui vous intéresse, j’ai du nouveau, son gang d’Insurgés avait bien des liens avec des Orgiennes et lui avait un contact ici, chez les Automates, alors soyez encore plus prudente que d’habitude. Pour le reste, je n’ai pas eu le temps d’en savoir plus. J’ai des noms, des pistes, je vais voir ce que ça donne.
A ce moment, la cabine s’est arrêtée et les portes se sont ouvertes. J’ai choppé le Commanditaire et l’ai plaquée contre moi, le nez dans ses cheveux le temps que les portes se referment et que l’ascenseur reparte puis j’ai repris ma place et attendu ses commentaires.

_________________
Ghost.
N.O.D
Infiltré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Automate
Nous sommes Dieu...

avatar
Féminin
Age : 38
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Mar 2 Fév 2016 - 10:31

- Je l’ai eu. J’ai mis le temps, il était plutôt méfiant. J’ai dû gagner sa confiance – et éliminer la concurrence – pour l’approcher, ni lui, ni son gang ne nuiront plus à vos affaires. Concernant le sujet qui vous intéresse, j’ai du nouveau, son gang d’Insurgés avait bien des liens avec des Orgiennes et lui avait un contact ici, chez les Automates, alors soyez encore plus prudente que d’habitude. Pour le reste, je n’ai pas eu le temps d’en savoir plus. J’ai des noms, des pistes, je vais voir ce que ça donne.

Il était doué le bougre. C'était une des raisons pour lesquelles nous nous entendions aussi bien, chacun de nous avait à coeur d'effectuer un boulot parfait. Ca et le fait qu'il m'avait connu aussi haute que trois pommes. A l'époque il servait les intérêts de ma mère et parfois je le voyais à la maison, toujours avec un costume impeccable, les cheveux ultra courts, un regard froid. Il ne m'a jamais fait peur, ce sentiment n'est pas courant chez moi. La peur est inutile. Elle empêche d'avancer. S'il doit me tirer une balle entre les deux yeux un jour il le fera, rien ne sert d'y penser à chaque fois que je le croise.

Il y eu un "bling" et les portes de l'ascenseur se sont ouvertes sur un de mes collègues à la bourre qui cherchait le plus court moyen d'atteindre la réception. Ghost me plaqua contre lui et je jetai un regard de défi au tomate pressé. Il recula d'un pas et me fis signe qu'il attendrai le prochain à côté. Brave homme.
Les portes se refermèrent et Ghost s'arracha à moi trop rapidement à mon goût. Mes mains qui s'étaient plaquées sur sa chemise n'avait pu obtenir qu'un vague aperçu de ce qu'il y avait en dessous. Il avait séché durant cette mission, ses muscles étaient plus saillants qu'il y a deux ans.

Je sorti une clef à points de mon sac et l'insérai sous le panneau des étages. Un quart de tour plus tard, nous étions en suspension entre le 35ème et le 34ème étage du building. Je levais la tête vers mon arme la plus charmante.

- Tu as fait de l'excellent travail. Tu mérites un bonus de paye et ce soir c'est repos. Tu dois prendre soin de toi, tu m'es beaucoup trop précieux pour tomber en ruine.

Je passais délicatement ma main sur sa taille.

- Désolée de t'avoir arraché du buffet, tu dois avoir les crocs...

Malgré le fait qu'il crevait manifestement la dalle, j'aurais aimé qu'il reste quelques minutes de plus avec moi. Il était l'une des rares personnes que je respectais réellement ici bas et les moments passés en sa compagnie étaient plus que rares.

- J'aimerais que tu m'envoies une liste des noms que tu as entendu dans les sous-sols, peut-être que je peux aussi trouver quelque chose de mon côté puisqu'il y a un automate. Même si cela m'étonnerais qu'ils agissent sous leur véritable identité... Je t'ai réservé une suite dans le quartier automate. Proche de chez moi. Il y a là bas tout ce qu'il te faudra pour te restaurer, de nouveaux vêtements, etc.
-je lui glissai un badge d'entrée à sa suite dans la poche de son pantalon puis je me mis à rire bêtement en pensant à la tête qu'avait fait Wolf en voyant Ghost revenir d'entre les morts- Franchement, j'aimerai tellement être là à chaque fois que tu le croises ton chef, c'est un vrai plaisir de le voir faire dans son pantalon couture lorsqu'il croise ton regard!

_________________
So long and thanks for all the fish...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Féminin
Age : 47
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 0

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Mer 3 Fév 2016 - 12:36

A peine rentrée chez moi, tout juste le temps de virer mes saletés de talons et de mettre une tenue un peu moins étriquée que le canal comm s’activait. Je l’avais coupé en arrivant dans ma piaule, pas envie d’avoir un petit curieux à observer tout ce que je voyais dans ma vie perso, on peut être opératrice de mise au rebut et avoir envie d’un peu d’intimité ! J’ai râlé, mais j’ai fini par répondre, c’était une petite nana que je n’avais, bien sûr jamais vue. Des fois, je me demande si ce sont de vraies personnes ou juste des images envoyées pour nous le faire croire. Enfin, toujours est-il que la petite a juste annoncé :
- Basculez sur le canal chiffré, je vous transfère.
Du crypté ? Plutôt rare, rarissime, même. Ça n’est réservé qu’aux cas particuliers, du genre, un ponte à mettre à la retraite. J’ai dû batailler un peu avec moi-même pour me souvenir de la commande de l’implant permettant d’activer le chiffrement, mais après un peu de gymnastique mentale, un nouveau visage s’est pointé sur ma rétine. J’ai failli perdre mon dentier quand j’ai reconnu Wolf, le chef du NOD. Il était aussi moche que dans mon souvenir, mais je ne comptais pas me marier avec, alors au final peu m’importait.
- Opératrice Mygale, j’ai un travail pour vous.
Un petit signal sonore a retentit directement dans mon oreille, le chef a disparu et a été remplacé par un nouveau dossier, il a continué à me parler :
- Voici NOD-78151920, votre nouvelle cible.
J’ai jeté un œil aux photos et au pédigrée, il n’y avait pas grand-chose. D’après les dates, cela remontait à deux ans au moins. Un jeune type, rien de particulier à part son âge. Intérieurement, j’ai sifflé, pour un NOD, il était jeune, il devait avoir fait une sacré boulette pour être mis au rebut si tôt.
- Cette mission est prioritaire. J’ai demandé votre détachement, vous êtes temporairement affectée à mon service, a continué le chef. « Vous ne rapporterez qu’à moi personnellement, est-ce clair ? »
- Reçu. Ai-je répondu.
Quelque part, j’étais assez satisfaite, si je me débrouillais bien, ça sentait la bonne grosse promotion.
- Je commence l’enquête d’approche immédiatement…
- Inutile. Je vous transmets les coordonnées de la cible. Agissez maintenant. Une équipe de nettoyeur sera sur place.
Ça, c’était du jamais vu. De mémoire d’opératrice, jamais une mission n’avait été exécutable sans reconnaissance. J’ai hésité. Pas longtemps, j’étais excitée comme une puce, j’aurais dû me méfier.
- Reçu. J’y vais.
Il a coupé la com, j’ai jeté un œil sur l’emplacement de la cible, plutôt inhabituel comme coin, mais après tout, à mission exceptionnelle, lieu particulier ! J’ai enfilé une tenue adaptée, tailleur pantalon gris, chemisier clair sur ma protection balistique, chaussures confortables et pas de talons de dix-huit ce coup-ci !
Ensuite, je me suis équipée. Vu l’emplacement, l’ongle n’était pas adapté, j’ai pris mon pistolet que j’ai chargé avec des balles explo. C’est salissant mais efficace, j’ai aussi rajouté l’analyseur ADN et mon bourdon, ben oui, même pour une mission aussi bizarre, la procédure devait être respectée, du moins, c’est ce que je me disais.
Me rendre sur les lieux a été plutôt rapide, entre temps, je recevais les mises à jour de la position de NOD-78151920. Rien que le matricule m’intriguait. Huit chiffres, donc, appartenant à une section particulière. Il y en avait pléthore, rien d’exceptionnel, j’avais déjà mis au rebut des « 15 », section des interrogatoires spéciaux, des « 20 », les fameux « trompe-la-mort », mais des « 78 », voilà un code dont je n’avais jamais entendu parler. En tous cas, pour l’instant, mon client était plutôt immobile ce qui m’arrangeait plutôt bien parce que je n’avais pas envie de courir partout à sa recherche. Ce qui était moins pratique en revanche, c’est qu’il y avait plein de monde autour de lui. J’étais en train de réfléchir à la façon dont j’allais procéder lorsque la mise à jour suivante m’a fait sourire. Il prenait l’ascenseur. Les opé m’ont transmis l’étage vers lequel il se dirigeait ainsi qu’un numéro de cabine qu’ils me dédiaient. A peine arrivée dans le hall, les portes d’un ascenseur se sont ouvertes et j’ai sauté dedans. Il est parti comme un flèche, j’ai eu l’impression que mon estomac était resté au rez-de-chaussée, c’est dire.
Quand je suis sorti de la cabine, les opé m’ont indiqué que ma cible avait été stoppée par un de nos gars qui venait de confirmer l’identité de NOD-78151920. Encore un petit écart vis-à-vis de la procédure car normalement, c’est l’opérateur (ou l’opératrice, dans mon cas) qui doit identifier sa marchandise. Il me restait quelques secondes pour me préparer, l’endroit était désert, un hall devant les ascenseurs, et de chaque côté un couloir qui desservait des pièces anonymes.
- Opérateur Mygale. Cible immobile, m’a annoncé le canal com.
C’était la même nana que plus tôt. Finalement, peut-être qu’ils nous collaient un seul contact pour toute une opération.
- Comment ça immobile I Il est dans un ascenseur !
Il y a eu un silence, la nana a regardé sur le côté.
- Une clé de commande prioritaire a été utilisée. Je vous tiens au courant.
Et elle a coupé. « Je vous tiens au courant », non mais, à croire qu’on devait se rappeler pour un brunch entre copines ! J’ai profité du délai pour réfléchir au meilleur plan. J’ai opté pour le plus simple partant du principe que ce serait le plus efficace. J’ai reculé tranquillement dans le couloir qui partait sur la droite des ascenseurs et j’ai attendu.
- Il repart. M’a informé le canal com.
J’ai sorti mon tube de rouge à lèvres, pas pour me refaire une beauté, mais parce que dedans, il y avait l’analyseur d’ADN. Indispensable, ce gadget, pas possible à bio-implanter hélas, du coup, je devais me trimballer mon tube de rouge à chaque mission.
La porte s’est ouverte et un grand type est sorti. Là, j’ai tiqué, le gus, c’était Mathusalem ! Tout gris, l’air d’avoir cinquante piges si c’était chose possible dans le NOD, rien à voir avec le dossier transmis. J’ai interrogé les opé.
- Vous confirmez l’identité ?
- Identité confirmée. Appliquez le protocolei,  m’ont répondu  les opé qui s’étaient branchées sur mon implant rétinien sans me prévenir.
J’ai activé l’analyseur d’ADN. D’où j’étais, j’aurais juré qu’au même moment le type s’était figé, mais il a tendu la main et une deuxième personne est sortie de l’ascenseur. Le grand me tournait le dos et masquait le nouveau venu avec qui il semblait discuter. J’ai basculé sur la com.
- La cible n’est pas seule.
- Bien reçu opérateur Mygale. Appliquez le protocole.
Pendant que j’échangeais avec les opé, ma cible a mis des lunettes ! Non mais, des lunettes ! Le truc le plus has-been que je connaisse ! Il a un peu bougé, et j’ai vu que c’était une nana qui l’accompagnait.
« Tant pis pour la dinde » ai-je pensé. J’allais faire mon possible pour l’éviter, mais si moi j’étais du genre précis, les nettoyeurs, eux, ne faisaient pas dans la dentelle.
Le relevé du détecteur ADN s’est affiché et là, j’ai bloqué : il affichait « non confirmé ». J’ai réactivé le canal com.
- Basculez-moi vers la tech et faites une vérif de mon scan ADN, vite.
Il y a eu un petit bip dans mon oreille me signalant que le diagnostic était en cours. C’était la première fois que mon fidèle scanner me plantait. Décidément, cette mission démarrait vraiment mal.
En attendant les résultats, j’ai envoyé mon bourdon scanner le code barre de la cible qui, penchée sur la belette, avait l’air occupé à lui rouler une pelle. D’où j’étais, je voyais qu’il bricolait je ne sais quoi avec ses mains, bah, autant qu’il en profite avant sa mise à la retraite.
Mon drone a décollé de mon épaule et a activé son faisceau com droit sur mon capteur frontal avant de s’éloigner pépère vers la cible. J’avais l’image dans mon champ de vision avec le type qui grossissait lentement. A ce moment, le canal com s’est activé et le chef a pris la ligne.
- Opérateur Mygale, intervenez. Tout de suite.
- Négatif, scan du code barre en cours…
- Intervenez. C’est un ordre.
Je n’ai pas eu le temps de répliquer que le protocole devait être respecté car au même moment, mon bourdon est arrivé à portée de NOD-78151920, il a eu juste le temps de m’envoyer un « non-confirmé » avant que la liaison data ne soit rompue et, à partir de là, toute cette mission est partie en couille.

_________________
---
Mygale
[N.O.D]
Opératrice de Mise au Rebut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

N.O.D
La mort vous va si bien...

avatar
Masculin
Age : 47
Présentation du Personnage : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Mes RPs : [url=LIEN vers le RP]Nom du RP[/url]
Fan Club RP : 1

MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   Mer 3 Fév 2016 - 14:57

Le Commanditaire, c’est une joueuse. En plus, elle sait être garce. A peine l’ascenseur reparti, la voilà qui me regarde avec son air coquin et qui me dit comme ça :
- Tu as fait de l'excellent travail. Tu mérites un bonus de paye et ce soir c'est repos. Tu dois prendre soin de toi, tu m'es beaucoup trop précieux pour tomber en ruine.
Et là, paf ! Elle commence à m’effleurer les hanches. Non, mais, t’y crois ça ? Deux ans que je suis en chasse, à me la mettre sur l’oreille ou, dans le meilleur des cas, me taper des putes maigrichonnes ayant le regard éveillé d’un poisson crevé – et autant de réactions – et là, la petite qui me chauffe.
En plus, bon, je suis plutôt du genre no-zob-in-job, mais quand t’as faim et que t’as un filet-mignon qui  se dandine devant toi, tous nibards au garde-à-vous, crois-moi, faut du self-control !
J’avoue que j’ai été un peu distrait quand elle a mis sa main dans la poche de mon futal pour y déposer une clé de piaule, j’espère qu’elle ne s’est pas rendu compte de l’effet qu’elle me faisait avec ses tripotages innocents, je crois que j’aurais été un peu embarrassé.
- Franchement, j'aimerais tellement être là à chaque fois que tu le croises ton chef, c'est un vrai plaisir de le voir faire dans son pantalon couture lorsqu'il croise ton regard!
Elle est mimi le Commanditaire à me draguer aussi ouvertement. Bon, depuis le temps que je la connais, ça me ferait quand même bizarre de… enfin vous voyez. La fille après la mère, c’est quand même un peu raide (sans mauvais jeu de mot).
Les portes se sont ouvertes et je suis sorti, j’avoue que j’étais un peu distrait, à ma décharge, quand une petite aussi bien roulée te fait du rentre-dedans, tu as le droit à un moment de distraction.
Mon oreillette a sonné dès que je suis sorti et ça, crois-moi, ça m’a remis les pieds sur terre. Je n’ai peut-être pas de quincaillerie implantée ici ou là dans mon anatomie, ça non, je suis encore 100% humain, mais ce n’est pas pour ça que je suis à poil. Le Commanditaire m’avait refilé deux-trois gadgets qui sortaient de son labo, dont mon oreillette qui est reliée à des petits détecteurs collés sur ma peau. A quoi ça sert ? Simple. Quand tu as un charognard au cul, il va chercher à vérifier ton ADN avec un rayon d’analyse. Et le bip-bip insistant que j’entendais, c’était le signal qu’un de ces fumiers était à mes trousses et tentait de confirmer mon identité avant de me buter – pardon – de me mettre au rebut.
J’ai tiré hors de la cabine le Commanditaire et je l’ai mise devant moi, Je me suis penchée vers elle, elle a levé la tête comme si elle voulait me rouler une galoche, pour le coup elle a été déçue. Je lui ai chuchoté :
- Charognard. Préparez-vous à fuir.
Là, j’ai sorti mes lunettes, encore un cadeau du Commanditaire  qui m’aime bien même si elle ne comprend pas pourquoi je ne veux pas d’implants. Ces lunettes complétaient l’oreillette en m’indiquant d’où venait la menace, à priori, c’était de derrière moi, mais pas le temps d’affiner, le faisceau a été coupé. Le charognard devait se demander ce qui se passait avec le retour de l’analyse, j'imaginais sa tronche en voyant un ADN qui ne collait pas à mon dossier. J’avais peu de temps, leur protocole est tellement contraignant, qu’il devait demander des instructions mais ça n’allait pas l’arrêter.
Le Commanditaire était toujours devant moi, j’ai sorti mes deux flingues et je les ai armés en prenant soin de les dissimuler entre moi et elle. Tout en manipulant mon artillerie, j’avais les mains à proximité de ses boobs mais crois-moi, ce n’est pas à ça que je pensais. Là, tu vois, ça m'emmerdait grave qu'elle soit là, je n'avais pas envie qu'il lui arrive des bricoles à la petite. Je l'ai déjà dit, je l'aime bien, moi le Commanditaire. Plus je la regardais, là, juste devant moi chouquette comme tout, plus je me disais que le charognard allait prendre cher.
Mon oreillette a sonné de nouveau avec une tonalité plus aiguë. Le charognard venait de m’envoyer son bourdon, et ça c’était l’erreur à ne pas commettre car les drones qu’ils utilisent pour scanner les codes-barres sont super performants, mais ils ont un défaut qui, si tu sais l’exploiter, peut être fatal au charognard. Leurs bourdons transmettent directement leurs données sur un rayon de com qui va vers le traqueur, et mes gadgets étaient capables de repérer ce faisceau. Mes lunettes ont affiché une vue du couloir de droite, au fond, une silhouette indistincte : le charognard.
L’adrénaline qui annonce l'action est montée d’un coup. Comme d’hab, j’ai senti mon palpitant qui grimpait dans les tours, mes lunettes ont activé le brouilleur pour cramer le drone. J’ai souri au Commanditaire, je me suis penché et je lui ai soufflé :
- Ça va faire un peu de bruit.
Puis, sur une inspiration, je lui ai collé un bisou sur le nez, je me suis retourné et j’ai ouvert le feu.

_________________
Ghost.
N.O.D
Infiltré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Champagne, crevettes et poudre aux yeux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Champagne, crevettes et poudre aux yeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: Novlangue -§ Zones sous contrôle
[ Forum RP - Cité de Novlangue ]
 :: Quartier des Automates :: Wall Street
-
Sauter vers: