AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Rien ne vaut la douceur du foyer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 29
Fan Club RP : 23

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Dim 24 Jan 2016 - 22:19

Depuis:
http://novlangue-city.forums-rpg.com/t2644-le-bruit-des-balles-qui-te-transperseront-le-corps#84784



Tout le monde commence à se rassembler, la plupart d'entre nous semblent indemnes, mais la copine à Nej, celle qui est très très imposante, ne peux pas sortir de la carlingue. Il nous fallait l'abandonner.
Un des hommes a finalement pris le blessé au noeud papillon  pour le porté, j'aurais été bien incapable de le faire.

Je sens que le groupe se met en marche, pourtant je n'arrive pas à détacher mon regard du Temple. Comme s'il m'appelais. Ma place est-elle de rester là?
Où irais-je avec les autres? sortir de Novlangue? Je n'envisage pas d'être ailleurs, le Temple, c'est ma vie et mon enfer en même temps, mais je ne connais rien d'autre.

D'ailleurs, la porte est entrouverte, je crois distinguer une ombre, ou est-ce mon imagination?
Y a-t-il quelqu'un qui nous observe, qui aimerait que je revienne au bercail, moi, la brebis galeuse, la moutonne encapuchonnée?


Dernière édition par Melian le Lun 25 Jan 2016 - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 33
Présentation du Personnage : Quand Méandre Méleusias marche dans la rue...
Mes RPs : Rien ne vaut la douceur du foyer, Déglaçage au vin blanc,
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Lun 25 Jan 2016 - 15:02





Y a des jours comme ça où l'on se dit que la vie est belle et formidable, que l'on est un être béni, qu'on a une existence de rêve et qu'on pourrait tout réaliser. Ce matin là, on sortant de mon lit, je le pensais. En regardant le paysage donnant sur la vaste cour immaculée de la Place de la réflexion, je le croyais. En déambulant parmi les rangées de livres de la bibliothèque du temple, je le vivais. Je prenais divers livres éparses, par-ci, par-là, pistant leur dernier utilisateur que l'on m'avait demander de profiler. Pourquoi? Parce que je suis une mentaliste qui maîtrise la psychométrie. Parce que je suis membre de l'Ordre et tout particulièrement du Chapitre de l'Inquisitio. Parce que je suis au ordre du Haut Conseil et quand il siffle, on bat de la queue et on aboie. J'aurai toujours quelques difficultés avec l'expression de mon enthousiasme de chienne, mais, j'ai du mordant parait-il et j'ai l'art de mettre aux aboies.

Aujourd'hui, il semblerait que je sois obligée de faire du profilage de routine. Saviez-vous qu'en pervers que nous sommes, l'Ordre laisse exprès des livres au contenu interdit disponibles au public? Non hein... Cela semble illogique de prêché pour un idéal et de tenter les brebis. Eh bien non, c'est officiel, vous le savez maintenant, nous laissons des friandises par-ci, par-là, et ensuite, nous observons ceux qui mordent à l'hameçon. Les plus joueurs d'entre nous lançons des paris sur ce que les "aventuriers" décideront de faire de ce morceau de connaissances. Et souvent, 98% d'entre eux rangent le livres et n'y retouchent plus. Ceux-là, ce sont les braves citoyens, ceux qu'on doit laissés tranquilles. Et les 2% restants? Eh bien, ce sont des "révolutionnaires" en puissance, la racaille qui nous fait sentir qu'on a un but dans la vie : les chasser!

Humm... je me perds. J'étais donc à la bibliothèque et faisant mine de consulter des livres, je consultait plutôt les images des actions dont ils furent l'objet. Manipuler par un jeune homme soupçonneux et méfiant qui regardait autour de lui, enthousiasmé par la découverte, avide de connaissance et stressé comme un dingue. Il n'allait plus tardé à recevoir sa puce et devait en profiter pour tester encore quelques émotions. Alalaaaa... Jeune homme... regretteras-tu ces jeux interdits? Quelle douce interrogation. J'en suis toute songeuse jusqu'au moment et ce bruit, non, cet impact secoue tout le bâtiment et que j'en perds le livre des doigts. Comme un bruit de vague qui déferle, je sens que 'lon va prendre cher dans l'espace de consultation des manuels. Je reste au sol et je me fous derrière une table préalablement renversée, juste avant que les vitres n'explosent! Je soupire en voyant des personnes agonisantes, du verre partout dans le corps.

Péniblement, le corps nerveux, je me lève et j'enjambe tout et n'importe quoi, des corps aux chaises, des livres aux morceaux d'origines inconnus qui traînent. Si je tenais le trou de balle à l'origine de ce massacre... je vous jure qu'il passerait un très mauvais quart d'heure! Oh mais... attendez là... y a le rappel qui se pointe! Aux abris!! Ce coup-ci, je suis bien plus à l'écart et mieux protégée, pour autant, j'ai les oreilles dans un état... je sens mon sens de l'équilibre qui vacille quelques instants avant que je ne reprenne pleine possession de mes fonctions motrices. Raaahhhhh!!! Si je tenais le trou du cul qui a fait ça!! Plutôt que de m'envoyer sur un puceau pré-implanté, il aurait mieux fallut me demander d'enquêter sur Mister Surprise party! Ils marchent sur la tête au Conseil, vivement la prochaine fournée qu'on arrête les conneries!

Je continue d'avancer, ça hurle, ça rampe, ça semble hagard. La sélection naturelle fait son œuvre. Je sens que le centre de reproduction va tourner plein pot pendant un moment, enfin... s'il n'a pas exploser! Merde alors! Faut vérifier ça! Quoique... allons plutôt voir ce que ça balance sur les ondes. J'allume un communicateur dans les couloirs et entre un code confidentiel personnel. Et là, j'entends, un truc qui me fait penser qu'il y a un dieu sur terre : "le Primarque est mort". Je devrais souhaiter des choses plus souvent, c'est drôlement efficace! Je me mets à rêver d'un magret de canard et de pommes de terres persillées. Je regarde rapidement autour de moi et ... rien. Quoique, je vois bien un corps carbonisé mais ça ne ressemble pas vraiment à un palmipèdes. Tant pis.

Je finis par sortir du temple et je contemple l'apocalypse. Je marche tranquillement et je fixe l'horizon, chopant quelques passants par le col. Ainsi, je vois ce qu'ils vécurent et la scène se recompose petit à petit. Tout converge vers une épave, écrasée sur le sol qui dégueula les impies hérétiques sur notre saint temple. Vous le sentez le discours du vindicatif inquisiteur à qui on aurait pas dû souffler dans les bronches. Toute cette peur et cette incompréhension pourrait m'obscurcir le jugement mais je la vois, debout, figée, regardant le temple. Encapuchonnée ainsi, espères-tu que je ne puisse te voir?! Traîtresse! Je descends les escaliers d'un pas vif et déterminé, j'approche encore et encore, et plus j'avance et plus je comprends qu'elle est des nôtres! Je ne suis qu'à deux mètres d'elle, je pense qu'elle est indécise et non choquée. Des traîtres parfois, on se fait les meilleurs alliés, il suffit de tendre la main du pardon. Vous croyez que je déconne hein? Que je vais lui prendre la main et la découper en fines rondelles? Cela, voyez-vous, je le ferai volontiers du cochon coincé dans la carlingue, mais pas d'elle. Je prends une inspiration discrète pour que ma voix soit posée et je lui dis simplement :

Se perdre, c'est déjà trouvé sa voie. Laisses-les et viens te mettre à l’abri avec moi. Au prochain coup de semonce, c'est l'irradiation. Rentrons à la maison.

Je tends ma main et je souris de manière amicale. Je ne sais pas si j'aurai la patience de faire plus pour la ramener. Le temps presse et je n'ai pas envie d'avoir un cancer foudroyant avec le nuage qui ne tardera pas à ramener ses fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 29
Fan Club RP : 23

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Lun 25 Jan 2016 - 21:19

[HRP: Oh the Old Library de Trinity Collège à Dublin. Je l'ai visité cet automne, un endroit magnifique *-*, belle illustration pour le Temple!]


J'entends déjà leurs pas s'éloigner, les autres se mettent en route. Il serais encore temps, quelques pas rapides et je me retrouverais à nouveau à leur hauteur.
Mais ma place n'est plus avec eux, maintenant le changement est fait, la vie doit retrouver son équilibre. Je ne peux pas tout renier comme ça, ma place est encore ici, d'une manière ou d'une autre.

Je me retourne une dernière fois et observe le petit groupe s'éloigner, les deux blessés les plus graves portés par ceux qui vont le mieux. Je leur souhaite bonne chance pour la suite, et je suis sincère, bien qu'il ne m'entendent peut-être déjà plus.

Melian rester ici. Chez elle.
Merci Nej. Toi bien veiller sur autres.


Quelque chose me dit que je la croiserais sans doute de nouveau un jour, elle ou Nyriss, ou même les deux.
Et alors je me retourne à nouveau vers le Temple, et je vois quelqu'un arriver vers moi, d'une démarche rapide. Je ne m'étais pas trompée. Elle descend les dernières marches donnant sur l'entrée du grand hall et fonce vers moi d'un air déterminé. Presque en colère.

Pourtant je ne bouge pas d'un pouce. Je contemple mon destin et l'accepte, quoi qu'il arrivera. Je ne connais pas cette belle femme aux longs cheveux blonds, je ne l'ai encore pas croisé, ou bien je n'ai pa fait attention. Il faut dire que j'avais souvent l'esprit ailleurs ces derniers temps.
Son visage à elle aussi change. Peut-être est-elle surprise de constater que j'étais avec des traîtres à ses yeux.. Ce qui est sûr c'est qu'elle a compris qui j'étais, sans nul doute, je le lis dans ses yeux.

Elle s'arrête à deux mètres de moi, le regard inquisiteur alors que moi, je suis résignée.
Elle semble tout comprendre d'un regard, mais malgré que le groupe soit encore visible au loin,  elle ne semble pas se lancer à leur poursuite.
Au contraire, elle fixe son attention sur moi et me tend une main amicale. Son ton est doux et posé, mais légèrement pressant, appuyé par ses propos. Il faut nous mettre à l'abri, le pire est encore à venir. Mais c'est sa première phrase qui trouve écho en moi
Se perdre, c'est déjà trouver sa voie

Alors je me suis doublement perdue, et je ne sais plus quelle voix prendre. Mais peut-être fallait-il que je me perde pour trouver la bonne voie.
Je plante mes yeux dans les siens, mystérieux mais presque chaleureux. Je lève une main vers la sienne, hésitante encore..
C'est une invitation qu'elle me fait. Elle ne me connait pas plus que ça, mais elle sait que je suis de la famille. Ce sentiment me réchauffe un peu le coeur et je finis par prendre sa main.

Oui, Melian être perdue. Envie de retrouver la maison.


Je la suis docilement jusqu'à l'intérieur du Temple. Je veux retrouver plus qu'un foyer, j'ai besoin de sens, d'une raison de vivre. Il me faut retrouver foi en ce que je fais, foi en Novlangue, car je ne veux aller nul part ailleurs.
Nous traversons la place de la réflexion avant d'atteindre le coeur du Temple. Les fondations y sont solides, c'est sans doute là que nous serons le plus à l'abri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 33
Présentation du Personnage : Quand Méandre Méleusias marche dans la rue...
Mes RPs : Rien ne vaut la douceur du foyer, Déglaçage au vin blanc,
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Mar 26 Jan 2016 - 11:14



De toute évidence, je l'ai perdu. C'est ce que je pense pendant les prochaines secondes. Et je sens la situation qui continue de se dégrader... mon stress monte. J'ai beau avoir été formée pour ce genre de moment ou pour endiguer des crises, je dois avouer que mon instinct et mes émotions s'emballent. Je laisse l'inconnue plonger son regard dans mes yeux verts-chêne, à quoi pense-t-elle? J'en sais rien, j'espère juste obtenir une réaction, quelle qu'elle soit. Qu'elle me menace de mort, qu'elle s'enfuit ou qu'elle me suive, mais pitié, qu'elle ne reste pas figer comme une potiche. Quoique... au pire, je l’assomme et je l'embarque. Voilà! C'est décidé! Je vais l’assommer dans 10 secondes. J'enclenche mon compteur, ne laissant rien paraître, la main en suspend. Cependant, je n'eus pas à en arriver là! Tant mieux! Porter un corps inerte dans des débris avec un nuage nucléaire au cul, c'est loin d'être l'idéal.

Elle lève une main vers la mienne, hésitante encore. Je ne bouge pas, limite, je retiens mon souffle. Et enfin, je sens sa paume dans la mienne. Je la presse affectueusement, je souris en hochant la tête pour confirmer que c'est le bon choix! Et oui! Cela l'est! On va pouvoir se tirer de là en vitesse et se mettre à l'abri. Je suis dans la plus saine des reconnaissances (pour changer) et je lance un regard circulaire en même temps que je réfléchis à où aller. Je l'entends alors parler d'une voie qui me parait fluette et timide :

Oui, Melian être perdue. Envie de retrouver la maison.

Oh putain! Ils l'ont lâché à la maternité ces bâtards?! Peu importe, je creuserai plus tard, quand je n'aurai plus cette pression immédiate de survivre aux effets de ces bombes de merde! Je lui réponds simplement :

Je suis Méandre, suis-moi et fais gaffe où tu mets les pieds.

Ma main se serre de manière plus ferme autour de la sienne et je pars devant en l'entrainant dans mon sillage. Je trottine autant que possible entre les gravas et à chaque fois, je croise les doigts pour qu'elle ne trébuche pas sur un obstacle. Les escaliers me paraissent interminables et quand j'en vois le bout, je vois cette foutue place que j'admirai encore ce matin avec plaisir... Là, c'est un cauchemar. Elle putain de longue et y a de tout et n'importe quoi dessus! Tant pis. Je cours à grandes enjambées, regardant par dessus mon épaule pour voir si je vais pas la perdre, lui lançant des "ça va aller?" régulièrement, ponctués de "tiens bon, on y est presque". Après des slaloms et des sauts, nous arrivons enfin à l'entrée du Temple dans laquelle nous nous engouffrons.

Des membres de la Fraternité, de la Sororité et de d'autres chapitres ont pris les choses en main dans le bâtiment. Coordonnés dans un vaste et puissant mouvement d'unité, ils agissent comme un seul homme et prennent les choses en main. Cela pourrait être émouvant mais je me contente de dire que je suis avec une mentaliste en état de choc. Le "Frère" m'indique alors où aller et j'y fonce, tenant toujours Melian. Quand j'estime que je peux parler librement, je la passe un bras par dessus ses épaules et je lui glisse discrètement à l'oreille :

Inutile d'attirer l'attention sur toi vu les derniers évènements. On va gentiment se mettre en sécurité et ensuite, on avisera selon ce que tu as à dire.

J'avais à peine fini ma phrase que je relâchais mon étreinte et entrais dans un couloir qui s'enfonçait dans le sous-sol. Merde alors! Je ne savais pas qu'on avait un abris atomique sous le temple! Ils pensent vraiment à tout... Bref. Je ne pense pas que ce soit le moment de réfléchir à la conception des plus intelligente et bien trop prévoyante des mentalistes. Surtout quand on en bénéficie! L'ingratitude viendra plus tard, pour le moment, je suis heureuse d'être des leurs. Tiens? Encore cette sensation d'être une privilégiée alors que ce monde s'écroule, j'ai vraiment un moral d'acier moi. Bon! On en voit le bout, une dernière porte et nous voilà dans des blocs de survie. Un administrateur, de toute évidence, nous demande notre identité :

Méandre Méleusias, inquisitrice.

Je laisse ma compagne de fortune s'exprimer et je vois l'administrateur qui prévoit déjà d'envoyer l'une d'un côté et la seconde de l'autre, je l'arrête net dans son élan :

Nous restons ensemble.

Pardon? Nous ne mélangeons pas les chapitres ensemble, donc mélanger l'Ordre avec..

Vous me donnez des ordres administrateur?


J'appuyais particulièrement sur le statut du brave homme pour lui rappeler, également, où était sa place dans la hiérarchie et le vis se remettre en place et lâcher simplement un bête :

Il devrait bien y avoir de la place pour une prêcheuse.

Merci.


Mon ton était chaleureux et reconnaissant mais mon regard, lui, sous-entendait que je l'avais en tête l'administrateur. Nous pûmes enfin nous poser tranquillement. Je regardais autour de moi, lisant sur les traits des visages divers émotions et pensées possibles. Je reportais pourtant mon attention sur ce qui m'intéressait depuis mon escapade sur le parvis du temple : elle. Assise, je croisais les bras et les jambes, laissant tout mon poids contre le mur, enfin en sécurité, libre de penser à ma guise et de me poser et de poser toutes mes questions. À voix basse, je m'adressais à mon mouton noir :

Mélian donc. Qu'est-ce qu'une prêcheuse faisait avec des terroristes? Que s'est-il passé pour que tu en arrives à les suivre?

_________________
Psychométrie de niveau 1 : Méandre peut lire les actes et émotions ayant entouré un objet sur une période de 7 jours

Prochain niveau au 51e message, psychométrie sur 49 jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 29
Fan Club RP : 23

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Sam 30 Jan 2016 - 15:57

Dès que ma main entre en contact avec la sienne, elle la sert doucement mais fermement, décidée à ne pas la lâcher. Comme si elle tenait à me ramener au sein du groupe. Parmi les nôtres, les miens.
Elle se présente, Méandre, et elle m'entraîne à sa suite sans jamais me lâcher une seconde. Nous gravissons les hautes marches du Temple avant de traverser la grande Place de la Réflexion. L'endroit est presque méconnaissable. Il est jonché de débris et de gravats; des pans de mur se sont effondrés suite aux explosions, et même de quelques corps...

Je la suis de mon mieux, peinant à suivre son rythme rapide. Je manque à une ou deux reprise de trébucher sur des choses au sol, j'ose à peine regarder où je met les pieds. Mais ma collègue me soutiens fermement et m'aide à me redresser lorsque je trébuche.  
Il n'y a plus rien qui compte que de la suivre, tout le reste de mon esprit est en veille face à ce désastre. Méandre m'exhorte à avancer, avec force encouragements auxquels je m'efforce de répondre par des affirmations un peu timides.

Enfin nous passons les portes séparant l'extérieur de l'intérieur et dans le grand hall, on dirait une fourmilière au travail. Tout est organisé pour nous accueillir et nous diriger au mieux.
Après un rapide échange avec un des Frères, elle m'entraîne un peu plus loin et  pour me parler sans se faire entendre, passe un bras autour de mes épaules. Mon corps se raidit à son contact, cette intrusion brutale dans mon espace de sécurité. Je réprime une envie de lutter contre cette sensation désagréable sans pour autant me débattre.

Ses mots prononcés proches de mon oreille s'impriment bien en moi et me provoquent des frissons. Je comprend qu'elle a des doutes sur moi et qu'elle ne veut pas alerter d'autres collègues sans avoir eu une conversation ensemble.
Elle me relâche aussitôt et nous descendons au sous-sol, dans un abri qui résiste visiblement à tout. Un administrateur nous demande nos identités, pour nous orienter vers nos secteurs. Méandre se présente comme Inquisitrice et je commence à comprendre à qui j'ai affaire.

Melian, mentaliste prêcheuse.

Comme l'inquisitrice insiste pour que nous restions ensemble, le Frère céda à sa volonté et nous allons alors nous installer à l'écart, visiblement dans un coin réservé aux membres de son Chapitre.
La plupart des femmes présentes ont les visages et les esprits fermés, il faut dire que les derniers événements ont de quoi chambouler n'importe qui.
Nous nous asseyons contre le mur, dans un angle, de sorte que nous puissions nous regarder et discuter de biais , de manière discrète. C'est alors que la jeune femme aux cheveux clairs commence à me poser des questions. Elle souhaite quelques éclaircissements.

Bref, c'était le moment ou jamais de faire mon mea culpa. A vrai dire, je n'étais pas sûre de ce que j'attendais, de ce que j'espérais vraiment en revenant parmi les miens. Une absolution ou le pardon? une punition? peut-être les deux...

Melian être avec plein de monde avant, dans une tour. Connaître une, enfin deux Orgiennes, les avoir suivi là-bas. Mais beaucoup d'autres personnes aussi. Un Automate avec joli costume jaune et noeud papillon.

Je m'efforce d'être précise, de relater correctement les choses mais il m'est difficile d'être claire pour un interlocuteur qui ne sait rien de moi, d'autant plus que je n'ai pas tout compris moi non plus des derniers événements.

Et puis, quelqu'un appuyer sur bouton, gros bouton. Et venir les explosions. Fortes. Les gens avoir paniquer, car pas prévu autant de dégâts. Les vitres avoir casser et monsieur au costume être blessé. Tout le monde fuir, Melian aussi. En bas pour se protéger dans le sol. Melian avoir fait ce qu'elle peux pour aider l'automate.  

Je m'interromps quelques secondes. J'espère qu'il s'en sortira, il avait l'air gentil le pauvre.

Et puis tout le monde partir dans engin volant. Jusqu'au Temple. Mais eux vouloir tirer sur Temple, Melian pas vraiment d'accord. Quand dernière explosion, nous tomber.

Je frotte machinalement mon bras meurtri suite à ma chute. Cela aurait pu être plus grave.

Plusieurs personnes être blessées après ça. Vouloir tous fuir, hors de Novlangue. Mais Melian pas vouloir partir ailleurs. Temple être sa seule maison depuis toujours.

Je conclue ainsi. Elle n'aura peut-être pas tout compris et me demandera des précisions. Je suis prête à répondre à tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 33
Présentation du Personnage : Quand Méandre Méleusias marche dans la rue...
Mes RPs : Rien ne vaut la douceur du foyer, Déglaçage au vin blanc,
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Mar 2 Fév 2016 - 14:24



Melian être avec plein de monde avant, dans une tour. Connaître une, enfin deux Orgiennes, les avoir suivi là-bas. Mais beaucoup d'autres personnes aussi. Un Automate avec joli costume jaune et nœud papillon.

La manière de s'exprimer de Melian n'a pas changé depuis l'extérieur. J'espérai que c'était le choc et non un handicap. Quoique... Dans l'un ou l'autre cas, c'est avec le temps qu'un diagnostique se poserait de lui-même. Et puis, passer le moment de la surprise, on s'y fait! C'est pas fin du monde. Enfin... si, peut-être un peu, mais ce n'est pas sa manière de parler qui en est la cause. Je me concentre donc et je récapitule progressivement. Elle était dans une tour avec deux orgiennes, un automates et d'autres personnes. Bon pour le moment, ça passe bien, si ce n'est que j'aurai bien besoin de savoir de quelle tour il s'agit et quelques noms pour plus tard.

Et puis, quelqu'un appuyer sur bouton, gros bouton. Et venir les explosions. Fortes. Les gens avoir paniquer, car pas prévu autant de dégâts. Les vitres avoir casser et monsieur au costume être blessé. Tout le monde fuir, Melian aussi. En bas pour se protéger dans le sol. Melian avoir fait ce qu'elle peux pour aider l'automate.  

Dans la tour... il y avait un détonateur qui a déclenché la réaction en chaîne qui nous a tous mis dans la merde. À priori, leur bordel leur a échappé, ils ont dû évacuer. Un accident alors? De l'avertissement, on passe à l'explosion complète du dôme? Soit c'était un bizut l'artificier, soit... il savait bien ce qu'il faisait et c'est bien gardé de dire aux commanditaire son petit projet.

Et puis tout le monde partir dans engin volant. Jusqu'au Temple. Mais eux vouloir tirer sur Temple, Melian pas vraiment d'accord. Quand dernière explosion, nous tomber.

Donc évacuation dans l'épave qui trône devant les escaliers, et, volonté de faire le ménage au temple. Pourquoi? Ils évacuent pour se mettre à l'abri mais font un crochet par le temple?! Étions-nous censé crever aussi sous les décombres? Une bombe est-elle toujours entre nos murs et ne se serait pas déclenchée? Outch! Merde! C'est mauvais comme hypothèse car cela signifie que ça peut nous mordre au cul à tout moment! Et de toute évidence, elle n'en sert rien.

Plusieurs personnes être blessées après ça. Vouloir tous fuir, hors de Novlangue. Mais Melian pas vouloir partir ailleurs. Temple être sa seule maison depuis toujours.

Je reste silencieuse quelques minutes. Je pense qu'elle n'a rien vraiment choisi. À mon sens, elle a suivi, voir subi le flux des évènements. La refiler pour une torture en bon-et-dû-forme serait improductif. Pourtant, j'aime bien "la question", les chaînes, les tenailles, tout ça tout ça, mais là, inutile. Pragmatique jusqu'au bout, j'en reviens donc à ce qui me paraît être utile :

Bon. J'aimerai des détails plus précis. Par exemple, cette "tour" dont tu parles au début, où est-elle? Et puis, n'as-tu aucune idée de l'identité du "quelqu'un qui a déclenché les bombes"? D'ailleurs, qui les a posé ses bombes? Tu savais qu'il allait faire cela ou as-tu été mise devant le fait accompli? La raison pour laquelle ton groupe est passé par le temple, est-ce parce que la bombe qui y était placée n'a pas explosée? Si c'est le cas, y en a-t-il une prête à tous nous tuer?

Les questions ont littéralement fusé de ma bouche. Je voulais tout d'abord reposer les points les plus importants, mais surtout de connaître les éléments qu'elle pouvait me révéler sans "mettre en danger" ses anciens compagnons. Réclamer cela maintenant, n'était à mon sens pas pertinent. Tout d'abord, il fallait sécurisé le temple, il ne devait pas subir plus de dommage. Dans une situation aussi critique que celle que nous vivions, un Éden en Enfer ne serait pas de trop! j'écoutais silencieusement mon interlocutrice, réfléchissant à ce qui devait être régler en priorité avant toute chasse.

_________________
Psychométrie de niveau 1 : Méandre peut lire les actes et émotions ayant entouré un objet sur une période de 7 jours

Prochain niveau au 51e message, psychométrie sur 49 jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 29
Fan Club RP : 23

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Sam 6 Fév 2016 - 19:16

Je fixe à peine mon interlocutrice tandis que je racontais de mon mieux les événements, n'osant la regarder de peur de lire la réprobation dans son regard inquisiteur. Car elle est justement Inquisitrice. Je n'en ai que rarement croisé, mais je sais que leur mission est de traquer et questionner toute personne qui mettrais en doute le bien-fondé de la Loi. Je suis terrifiée au fond de moi, j'ai peur qu'elle puisse lire dans mon regard tous les doutes qui m'ont animés ces derniers temps. Depuis que mon ancien mentor Vélios avait disparu, toute ma confiance en notre mission s'était effondrée.

Je suis néanmoins reconnaissante à Méandre de ne pas m'interrompre dans mon explication. Je peux ainsi me concentre suffisamment pour parler de mon mieux.
Lorsque je me tais enfin, mon regard craintif qui jusque là vagabondait de-ci de-là revient timidement se fixer dans ses yeux, espérant qu'ils ne soit pas trop durs. Je n'y lis pas grand chose au final, et le silence de l'Inquisitrice commence à durer, si bien que je le recroqueville encore un peu plus contre le mur.

Elle reprend la parole, mais ses mots n'ont aucune valeur de sentence. Elle me demande des précisions. Je suis trop heureuse de pouvoir lui répondre, à la limite de la reconnaissance du fait qu'elle donne crédit à mes paroles.
Ses questions sont pressantes, mais je ne me laisse pas démonter, satisfaite de pouvoir me rendre utile.

Oui, un genre d'immeuble, au Val Fourrés dans les Bas-fonds. Y avoir marqué quelque chose à l'entrée.. Le VAT..? Melian plus être très sûre.
Pour les bombes, Nej avoir appuyer. Une des deux Orgiennes. Melian mieux connaître la seconde, Nyriss. Les deux savoir en premières pour le bouton, mais juste s'attendre à voir disparaître le Dôme. Tous surpris quand y avoir autant de dégâts et d'explosions.


Je reprend mon souffle et enchaîne sur la suite des questions, me concentrant pour bien m'en souvenir.

Melian pas savoir qui avoir posé les bombes, des amis aux Orgiennes apparemment, de ce que Melian comprendre. Mais pas savoir que tout cela arriver! Oh non! Melian essayer de comprendre la grosse dispute entre tout le monde pour savoir si quelqu'un devoir appuyer sur le bouton.

La suite des questions me laisse un peu plus perplexe. Une autre bombe au Temple, non, personne n'a laissé entendre cela. J'essaie de me souvenir des paroles de Nej..

Non, non pas de bombes, aller vers le Temple parce que... ha oui, les insurgés penser que si les gens du pouvoir être sain et sauf, Novlangue vite retombée dans la servitude, tout se reconstruire. Choisir le Temple un peu par hasard. Être un symbole du pouvoir.
Personne avoir parler de bombes ici. Temple pas être en danger maintenant que eux avoir fuis.


C'était ce qui m'importais au fond. Que ma famille au Temple comme mes camarades de tout à l'heure soient sains et saufs. Je ne peux m'empêcher d'avoir une certaine affection pour certains d'entre eux.
Je me concentre à nouveau sur la femme aux cheveux clairs face à moi pour savoir si j'ai pu satisfaire sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 33
Présentation du Personnage : Quand Méandre Méleusias marche dans la rue...
Mes RPs : Rien ne vaut la douceur du foyer, Déglaçage au vin blanc,
Fan Club RP : 1

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Mer 17 Fév 2016 - 17:47



Oui, un genre d'immeuble, au Val Fourrés dans les Bas-fonds. Y avoir marqué quelque chose à l'entrée.. Le VAT..? Melian plus être très sûre. Pour les bombes, Nej avoir appuyer. Une des deux Orgiennes. Melian mieux connaître la seconde,  Nyriss. Les deux savoir en premières pour le bouton, mais juste s'attendre à voir disparaître le Dôme. Tous surpris quand y avoir autant de dégâts et d'explosions.

Bon... me voilà avec l'identité de deux des machines. Peut-être a-t-on quelque chose à leur sujet? Une base de données? J’avoue que tout ce qui est du ressort des orgiennes n'est pas ma tasse de thé. Qui pourrait encore avoir des informations là-dessus? Des automates peut-être? Les archives de l'Ordre? Il va falloir songer à cela très rapidement si nous devons éradiquer toute rébellion. Quoique... je suis perchée moi... la priorité serait plus de remettre en route ses putains de puces!!

Melian pas savoir qui avoir posé les bombes, des amis aux Orgiennes apparemment, de ce que Melian comprendre. Mais pas savoir que tout cela arriver! Oh non! Melian essayer de comprendre la grosse dispute entre tout le monde pour savoir si quelqu'un devoir appuyer sur le bouton.

Terroristes en carton... ça pose des bombes et après ça chouine parce que ça explose? Sérieusement... ils regrettent déjà leur action ces andouilles!

Non, non pas de bombes, aller vers le Temple parce que... ha oui, les insurgés penser que si les gens du pouvoir être sain et sauf, Novlangue vite retombée dans la servitude, tout se reconstruire. Choisir le Temple un peu par hasard. Être un symbole du pouvoir. Personne avoir parler de bombes ici. Temple pas être en danger maintenant que eux avoir fuis.

Je soupirais, rassurée. ils avaient raison de penser que si "nous", les "élites", étions toujours en vie, nous nous chargerions de reprendre le cours des choses rapidement. Démolir l'un des sièges institutionnels était une bonne idée, mais... notre Ordre c'était déjà relevé de bien pire par le passé. Nous nous réorganisons sans le moindre soucis : nos chefs vont et viennent, mais l'ordre demeure. Tout particulièrement les inquisiteurs, car, nous sommes fidèles à l'institution bien plus qu'aux personnes. Ainsi, le primarque? Peu importe, il y a toujours moyen de mettre quelqu'un d'autre. Quant à la populace, les radiations feront certainement un travail bien plus efficace que la répression pure et dure. Laissons-les se décomposer sur pied! Ils nous supplierons de reprendre le contrôle en même temps que nous leur donnerons leurs doses d'anti-radiations doublées de nouvelles puces...

Bon... je te remercie de ta franchise. Ta situation n'est pas simple et la confiance que tu me donnes m’honore.

Je réfléchissais un instant. Et maintenant? La livrer? Vu comment certains avaient les nerfs (pour rester polie), la livrer revenait à une lapidation en règle. Je choisissais une autre option.

Ton secret est bien gardé. Je vais tâcher d'en savoir plus sur tout ceci. Tu te doutes bien que tes ex-camarades ne peuvent pas s'en sortir sans représailles... Je veillerai à ne pas te citer dans mon enquête mais, en échange, tu dois reprendre une vie "normale" parmi les tiens et ne plus te laisser manipuler par ceux qui ne sont pas de l'Ordre.

Vous noterez que cette phrase était plutôt claire. En dehors de l'Ordre, personne n'avait le droit de faire joujou avec! Sérieux! C'est un monde ça! Une prédicatrice qui se retrouvait à jouer les terroristes du dimanche avec des orgiennes et quelques révoltés qui ne savaient pas gérer leur attentat. De vrais adolescents... C'était presque pathétique. Si c'était ça la "résistance" au système. Nous avions de quoi durer encore, et encore, indéfiniment. Je voyais qu'on nous observait du coin de l’œil par endroit. D'autres inquisiteurs flairaient l'histoire louche. J'allais devoir être prudente.

Tu dois ne parler de ce qui c'est passé à personne. Inventes-toi une histoire à leur balancer, mais surtout, ne racontes pas ton escapade avec les orgiennes et compagnie. Sinon...

Je laissais mon regard glisser sur l'assistance pour appuyer le côté... comment dire... dramatique de l'instant!

Tous les loups te tomberont dessus et te mettrons en charpie.

Plus je lui parlais de se protéger et plus j'avais des doutes quant à sa volonté de vivre. Je la sentais si fragile... elle était un véritable risque pour ma propre sécurité. Pour autant, je ne pouvais m'empêcher de me dire qu'elle pouvait être précieuse dans un autre contexte, voir très prochainement. Je jouais une nouvelle carte, voyons ce qu'elle donnerait...

Accepterais-tu de me suivre pour comprendre comment nous avons pu en arriver là? Je veux dire... accepterais-tu de laisser le prêche de côté et d'enquêter avec moi? Tout ces évènements sont tragiques, mais une vérité s'y niche, trouvons là.

Je crois que je n'avais pas été aussi énigmatique depuis... une épreuve initiatique où je n'avais pas de réponse! J'avais pondu un espèce de jargon pétrie de jolie idéaux, le tout servis avec un maximum de flou artistique. Elle comprendrais ce qu'elle veux entendre ainsi, et moi, je me couvre, pour ne pas changer. M'enfin, je ne suis pas hors de portée pour autant. Mon rival vient d'entrer, un autre inquisiteur. Ce type m'a toujours laissé un sentiment mélangé. L'envie de lui sauter dessus et de lui arracher les vêtements, autant que l'envie de lui arracher le cœur avec les dents. Il fait l'inventaire des troubles.

_________________
Psychométrie de niveau 1 : Méandre peut lire les actes et émotions ayant entouré un objet sur une période de 7 jours

Prochain niveau au 51e message, psychométrie sur 49 jours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mentaliste
Le destin bat les cartes, nous jouons

Féminin
Age : 29
Fan Club RP : 23

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Jeu 18 Fév 2016 - 23:04

L'Inquisitrice m'écoute et m'observe de son regard sévère, en silence. Mais au fur et à mesure de mes paroles, je sens son expression s'adoucir un peu, et un certain soulagement se voit sur ses traits.
Son regard fixe et sa concentration trahissait une profonde réflexion. Visiblement, j'avais satisfait à sa curiosité car nulle autre question ne vint par la suite.

Elle me remercie, ajoutant qu'elle se sens honorée de ma confiance. Ha oui? Je crois que c'est la première fois qu'on me dit cela.
Je prend la confiance comme essentielle, nécessaire au bon maintien des choses, et encore plus dans la famille. Alors je fais confiance à ceux de ma famille qui s'intéressent à moi et me jugent digne d'être des leurs.

Cela peut paraître paradoxal, car oui, je doute, j'ai aussi douté de notre mission, et comment ne pas douter après ce qu'on m'a fait, après qu'on m'ait mutilée ou presque? Mais les choses ont changé, les pions ont bougés sur l'échiquier, la foi des miens me ramène vers le droit chemin lorsque j'ai tendance à m'en écarter.

J'ai fauté oui, mais elle ne semble pas vouloir me punir. Sa compréhension me touche, et une bouffée de reconnaissance pour cette femme que je connais à peine m'assaille.
Bien sûr, je ne peux rien pour le groupe qui fuis, je ne fais qu'espérer que les Orgiennes s'en sortent. Il y a quelque chose en elles qui me touche, surtout chez Niryss. Son intention de départ était bonne, j'en suis certaine.

Je ne serais pas dénoncée, mais il va falloir filer droit. Voilà ce que je comprend. Ne plus me laisser embobiner, limiter voire éviter les échanges avec les non-Mentalistes.

Oui, oui! D'accord! Melian rester au Temple. Rester avec les Mentalistes. Mais pas rester seule, faire des bêtises quand être seule... Avant avoir maîtres Vélios et Jaden pour guider Melian. mais eux disparus...

Je l'écoute en hochant la tête, tout doit rester secret. Elle jette quelques coups d’œil autour de nous et mon regard suis le sien. Nos voisins ont du sentir que je ne suis pas de leur Chapitre. Mon aspect dénote un peu dans le décor, il faut l'avouer. Du coup, la curiosité les pousse à nous écouter. Elle me met en garde contre eux, ils ne seront pas aussi clément qu'elle s'ils apprennent pour moi.

Par contre je n'étais pas mais alors pas du tout douée pour les histoires. Elle doit voir à ma tête que je suis paumée, parce qu'elle me propose aussitôt quelque chose.
Venir avec elle? Enquêter? De toute façon je ne prêchais plus beaucoup ces derniers temps, alors oui, j'irais avec elle

Oui, Melian venir! Merci. Aider vous à comprendre, à empêcher que la situation encore plus empirer. Redresser les choses peut-être?

Méandre regarde soudain derrière nous. Un autre homme vient d'entrer, il a un air revêche et sévère. Il me fait presque froid dans le dos.
J'interroge ma voisine du regard, sans toutefois ouvrir la bouche. Cela attirerais peut-être son attention vers moi inutilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rien ne vaut la douceur du foyer...   Aujourd'hui à 9:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien ne vaut la douceur du foyer...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: Novlangue -§ Zones sous contrôle
[ Forum RP - Cité de Novlangue ]
 :: Temple des Mentalistes :: Temple
-
Sauter vers: