AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Naissance...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

Masculin
Age : 39
Présentation du Personnage : Naissance...
Mes RPs : Jour 1 : Cyrano de Bergerac
Nouvelle Lune
Jour 2 :"Allo Docteur?"
Fan Club RP : 4

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Naissance...   Lun 9 Mai 2016 - 7:06

Citation :
Rapport comportemental.

Sujet : D351252E, alias RUSSELL Deglan.

Le sujet semble s’être remarquablement adapté à son implantation. Outre sa docilité, il fait preuve d’une compréhension des taches qui lui sont attribuées et d’une bonne capacité d’adaptation. Néanmoins n’ayant aucune conscience globale, il ne prendra que peu d’initiative.
Plutôt taciturne, d’après l’enquête que nous avons menée, l’individu ne fréquente pas les quartiers des plaisirs et n’interagit presque pas avec les autres spécimens. J’ai tenté d’interagir avec lui, mais il ne présente strictement aucun intérêt de ce côté, ce qui est plutôt une bonne chose.
Concernant ses aptitudes organiques, le sujet témoigne d’aptitude physique au-dessus de la moyenne des autres orthodoxes de l’usine ADP201C, tant au niveau de sa forme physique que sa résistance aux pathogènes.
Ce sujet semble être particulièrement adapté aux tâches manuelles. Conformément à votre demande, son matériel génétique de ce spécimen pourrait être nécessité une étude plus approfondie en vue de réplication.

Votre dévoué,
Pour le NOD, Ltn ASHTON
11/11/15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Orthodoxe
Esclave de corps et d'esprit

Masculin
Age : 39
Présentation du Personnage : Naissance...
Mes RPs : Jour 1 : Cyrano de Bergerac
Nouvelle Lune
Jour 2 :"Allo Docteur?"
Fan Club RP : 4

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Naissance...   Lun 9 Mai 2016 - 7:13

Par où commencer ?
Ma vie d’avant, j-je n’en ai que peu de souvenir, quelques brides, sans organisation dans le temps, c’était avant… des tâches répétitives exécutées dans l’apathie, comme… sous l’effet d’une anesthésie de… de ‘moi’, de ‘je’.
‘Il’ était sans âme, sans réelle conscience d’autre chose que ce qu’il avait à faire… Rien de plus qu’un corps sans individu.
Ce qui a précédé mon ‘éveil’ ? Je ne sais pas tout est flou, j’ai l’impression d’un bruit long et sourd et… non rien de plus.



---Naissance...---



Des flashs lumineux, un kaléidoscope terne et informe, prend vie, lentement, se colore et doucement les tâches se colorent, se meuvent, formant unes à unes un objet, une personne, une scène peut-être ? Puis vient un nouveau flash et le processus se répète.
La caresse du froid fait frissonner mes chairs. Une torpeur dont il est difficile de s’extraire. Tout est noir et pesant.
Puis vient cette sensation sur mes doigts de tiédeur humide. Une moiteur poisseuse.
Une odeur étrange, lourde et ferreuse…
Ma gorge est sèche, je déglutis douloureusement. Cette douleur qui petit à petit vient envahir ma tempe droite, mon front et rampe jusqu’à l’arrière de ma tête. Puis frappe une nouvelle fois, la tempe, le front et glisse de nouveau jusqu’à l’occiput.
… gémissement…
Ma main se crispe dans un ressaut, comme stimulée par une fine décharge électrique, puis se détend de nouveau.
Je déglutis de nouveau et essaie péniblement d’ouvrir mes yeux. Lourdes sont mes paupière, collées ou maintenues fermées par une force invisible qui…
J’inspire profondément, désorienté je tente de remettre bout à bout les morceaux. Qui ? Où ? Quand ?...
Mes yeux s’ouvrent enfin, à peine, me laissant percevoir une lame de réalité. Je fixe ma main, dans une pénombre dansante. Elle est maculée d’un liquide épais et gluant.
--
Assis, pantin désarticulé dans une pièce aux armoires renversées, adossé à un mur, la tête pantelante perle doucement et régulièrement de cette larme qui laisse un sillon sur la joue de Klegan, coulant jusqu’au bas de sa mandibule où elle glisse sur un fin stalactite sanglant avant de plonger sur ses doigts.


…plip…

La respiration s’accélère, saccadée. Péniblement, le corps reprend vie et se redresse.

…nouveau gémissement…

La main se porte à sa tempe pour se porter devant ses yeux au regard hagard.
Puis lentement, il… ‘je’ me lève, m’appuyant contre le mur.
Mon regard s’habitue à la semi-obscurité.
D’instinct ma main cherche l’interrupteur.


Clic… clic-clic…

Non rien, une panne de courant.

D’un pas puis d’un autre, je titube jusqu’à la salle de bain. Je m’appuie sur le lavabo, le saisissant à deux mains, tête fléchie. Je reste ainsi quelques secondes, pour re-‘prendre mes esprits’…


…plic… plic…

Une goutte frappe la surface de la faïence. Sombre, elle éclate à son contact et retombe, se répand un peu plus.
Je redresse la tête et fixe cet individu au regard étranger. Il ne m’est pourtant pas familier.
Il a mes traits, mon bon un mètre quatre-vingt-cinq, ma carrure de manœuvre, mais, son regard bleu acier… il brille d’une lueur que je ne lui connaissais pas.
Et… il a une vilaine plaie au sommet du front, noircissant un peu ses cheveux poivre et sel.
J’ouvre le robinet et m’asperge abondamment le visage de cette eau fraiche, qui se répand et roule le long de mon cou, s’immisçant sous uniforme. Puis je presse une serviette sur la blessure.

Un bras en l’air, un bras en bas, j’enjambe une armoire effondrée pour découvrir le théâtre qui s’est joué dans ma loge. Un capharnaüm inhabituel et dérangeant, les piles de vêtements pliés rigoureusement, renversés au sol, la vaisselle répandue, brisée…
Non décidément, c’est non-acceptable.




Une heure plus tard, c’est étendu sur son lit, dans un appartement rendu à son état impeccable d’origine que Klegan fixe les inhabituelles ombres dansantes au plafond, hermétique au bruit d’apocalypse, à la circulation, aux hurlements dehors…
Rien… Juste les ombres, leurs formes qui parfois éveillent un sourire… et lui… et ‘je’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Naissance...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) ::  :: Présentation de personnage-
Sauter vers: