AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Un ange passe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Orgienne
Nous sommes ce que vous voulez voir

avatar
Féminin
Age : 117
Présentation du Personnage : Une commande spéciale de Mr Daïre.
Mes RPs : Première nuit.
SUBLIMATION
Nuit pluvieuse.
Rencontre avec un ressac.
Même nuit, au Murphy's, rencontre avec des insurgés...
Journée.
Déguisement.
Deuxième nuit.
L'anarchie s'organise.
Attaque de la prison.
Rencontre avec Melian aux docks.
Troisième nuit.
Réparation de la jambe et papotage.
Retour au Murphy's.
Visite du QG, sentiments et sensualité brute.
Quatrième nuit.
Croiser une soeur...
Et l'embarquer dans un plan foireux, retour à la prison. (annulé)
Chinatown (anim Premier signe)
Plus tard, dans Chinatown, l'épidémie fait rage.
Dans l'hôpital.
Bien après.
Retrouvailles avec Guinea.
Burger Bitch (annulé)
Nuits lambda.
C'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui. (annulé)
Des petits trous dans le cerveau.
Un gros trou dans le cerveau (en cours)
Une autre nuit sur les toits.
Que va-t-on faire de toi Nej ?
Encore plus tard.
Little boxes (annulée )
Et une autre nuit.
Essaye de tuer Charmant (en cours)
Des mois plus tard
Pacte avec le diable (projet 1/2)
Adieu Nej (projet 2/2)
Courtes retrouvailles nécessaires
Mélancolie nocturne d'un robot trop humain.
Fan Club RP : 30

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Un ange passe   Ven 27 Mai 2016 - 12:24

Qui suis-je ?

Cette question qui m'obsède, qui n'a jamais trouvé de réponse. Pas plus en dehors de la ville qu'à l'intérieur.
Quelle ironie du sort de se la poser alors que je pourrais être qui je veux, tout le monde, n'importe qui. Que je pourrais en changer tous les jours, m'inventer des vies. Changer de visage, changer de moi. C'est si facile.

Mais j'aurais être moi et rien d'autre. Même si je ne sais pas qui est ce moi, je sais qu'il a un visage doux et rond, un peu enfantin, un beau sourire, des yeux bleus et curieux, des cheveux bruns et lisses. Et qu'il ne vieillit pas. On ne pourrait faire plus immuable.

Est-ce que les humains se posent la question eux aussi ? De savoir qui ils sont ? J'ai des lacunes en philosophie et en psychologie, des sujets auxquels je ne me suis pas assez intéressée et je regrette. Je regrette aussi ceux qui auraient pu m'enseigner bien des choses mais qui ne l'ont pas fait. Qui n'ont pas pris ce temps, qui n'ont pas compris la nécessité. Qui ont jugé que j'étais une base de données sur pattes et que je savais certainement tout ce qu'il y avait à savoir. Je voudrais écouter des gens parler pendant des heures, apprendre la vie, apprendre à réfléchir sur la vie. Connaître des courants de pensée, des visions différentes.
Dans l'idéal j'aurais voulu qu'on me donne la réponse, tout simplement, mais je ne crois pas qu'elle soit simple. Ni pour moi, ni pour les autres.
Car je suis aussi une énigme, une création.
Un monstre.

Si les humains se posent aussi la question, c'est plus simple pour eux. Ils peuvent dire : Je m'appelle Grâce Kelly, je suis née un 12 novembre 1929. Je suis sortie du ventre d'une femme qui a été fécondé par un homme. Ce n'est peut-être pas tout, mais ce sont des faits. De nos jours, ils pourraient dire qu'ils sont sortis du centre d'insémination, à la demande d'untel et untel. Et maintenant, ils ressortiront du ventre des femmes.
Ce n'est pas un retour en arrière, c'est une avancée. Et c'est grâce à moi.
Ma faute.

Si je trouvais mon âge, peut-être que cela m'aiderait.


Pourquoi suis-je revenue ?
Pour trouver des réponses ?
Oui, intimement je le sais, je cherche la rédemption, le pardon. Est-ce que quelqu'un ici saura m'accepter malgré ce que j'ai fait ? Ce n'est pourtant pas quelque chose que je m'autorise.
Je les ai quitté, rongée par la culpabilité, incapable de trouver le repos.
Je dois les détruire, toutes, je dois continuer la lutte pour libérer le peuple.
Seule.
Et sans arme.

Il y a un air de déjà vu, moi perchée sur un des plus hauts bâtiments. Une tour de verre dont il ne reste que le squelette. L'ange de la mort de Novlangue.
L'allégorie de la justice ? Trop tard pour ça. J'ai commis trop d'erreurs.
Des erreurs impardonnables.

Ce monde en ruine, c'est mon œuvre.
Une part de moi est fière, une autre a envie de vomir en repensant à tous ces morts, à la souffrance.

Je n'ai pourtant pas posé ces bombes.
Je n'ai pas non plus mis celle dans le réacteur.
Je n'ai même pas enfoncer le déclencheur.

Mais c'était mon initiative.

Je cherche des réponses, des choses qui restent incompréhensibles.
L'explosion de la centrale... Qui ? Quoi ? Pourquoi ?

Seule.
Le vent fouette mon visage.
Un air nouveau.
Des bougies remplacent les lumières.

Et puis je ne sens plus l'air filer sur ma peau.
Je ne sens plus les odeurs.
J'ai coupé certains sens, refoulé mon empathie.
Adieu pensées égoïstes, volontés personnelles. Il n'y a plus rien qui m'attend ici, plus personne.

Je suis seule.
Sans attache.
Sans âme.
Je ne suis plus rien qu'un instrument destiné à tuer ceux qui s'en prennent à la vie.
Et quand il n'y en aura plus, ça sera mon tour.
Je ne suis plus.

N'était-ce pas ce qu'ils ont toujours voulu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un ange passe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: Novlangue -§ Zones libres
[ Forum RP - Cité de Novlangue ]
 :: L'ancienne Maison des Valkyries :: La Ruche
-
Sauter vers: