AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Promenons-nous sous la couette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Maitre du jeu
Ecoutez ma voix...

avatar
Fan Club RP : 34

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Promenons-nous sous la couette.   Lun 26 Juil 2010 - 23:17

Gavroche le Lun 16 Nov - 15:01 a écrit:



Moi, je promène. Qui ça dérange ? J’ai rien à faire, pas encore d’histoire vu mon âge, et des poches moins pleines que celles que vous vous trimballez sous les yeux, vous là, les grands.
J’ai un pantalon trop court, on voit mes guiboles !!!
J’ai pas de poil aux mollets. Ça, ça m’ennuie un peu, surtout avec un pantalon court, ça se voit !
Je joue pas encore dans la cour des grands, mais j’ai quand même l’élastique qui me démange.
J’ai d’ailleurs une seule envie en tête, perdre ce foutu pucelage avant que l’acné pourrisse toutes mes chances de conclure la chose, en belle et due forme, surtout en forme.

Sauf que là… je crois que je me suis paumé et je crois que j'ai la trouille.

Maman !!!

- T’en n’as pas andouille !
Oh ! Qui me parle ???
- Pas ta conscience, jeune padawan. Faut en avoir une pour qu’elle cause. Et toi, T’EN AS PAS !!!
Oh, Eh l’autre euh ! Non mais toi, va chier hein ! J’te cause moi ? Non ? Alors camembert !!!
N’empêche, t’es qui toi ?
- Je suis… je suis…
Julien Leperse ?
- Si c’est ton fantasme…
Eh l’autreeee !! Tu vas arrêter de me perturber la cervelle ? Tu oublies qu’elle est encore en ébauche, pas totalement finie là haut. Reste quelques jointures à boucler et après, je pourrai envisager de comprendre ce que tu racontes.
Note, que j’men fous de qui et ce que tu es.
D’ailleurs, je te zappe.
POUF t’existe plus.

Par contre, la nana là… elle, elle existe vachement bien dis-donc !
Bien roulée sous toutes les coutures…
Des p’tits tétés tout ce qu’il y a de tentant…
EEEEEH mais c’est ma promise !!!!

Ö ma douce, ma promise, ma p’tite cochonne !!!
Viens à moi, viens sous ma couette
Qu’on tire des plans sur la comète !
A coups de zip, viens avant que le ciel ne tonne !
Et que tu sois mouillée comme une alouette.

- Boudiou, c’est à chier là.
Tagueuletoi.

« Euh… ‘jour m’zelle !
On… on s’mélange ? »


Lili le Mar 17 Nov - 10:58 a écrit:



Il suffit de quelques petits cailloux blancs, ramassés sur la plage. Parce qu'avec des petits cailloux blancs, on peut faire tellement de choses.

En premier, j'ai rempli mes poches. J'avais tellement de petits cailloux blancs que j'en semais à chaque pas. Et quand je regardais derrière moi, quand je voyais la piste que je dessinais, j'imaginais de grandes aventures. Un prince devenu crapaud, par exemple, pourrait suivre ce petit chemin. Il arriverait jusqu'à moi, me raconterait ces histoires magiques, et me demanderait de l'embrasser pour redevenir humain.

Biiiirk!

Après avoir secoué la tête pour effacer de mon esprit cette image atroce, je laisse mes pensées se perdre à nouveau. Finalement, n'ayant plus trop envie de repenser au prince batracien, je me contente de penser qu'au moins si je me perds, je pourrais revenir en arrière.

Les petits cailloux blancs sont pesants dans les poches. Ils me musclent les jambes, mais surtout ils me fatiguent. Là, sur ce tronc, je devrais pouvoir m'assoir. Le poing fermé, je tape sur le bois. Il sonne creux, mais à l'air suffisamment solide pour soutenir mon poids. Je sors mes mains des poches, pleines de petits cailloux blancs. Si j'étais grande souveraine de mon univers, ma monnaie serait des petits cailloux blancs, comme ça il suffirait d'une ballade sur la plage pour devenir riche. Ils sont beaux en plus, ces petits cailloux blancs. Et on peut faire tellement de chose avec. Je pourrais jongler si je voulais. Mais je n'ai pas envie. Mon front se souvient encore de mon dernier essai. Alors je me contente d'en lancer un vers le ciel, et je le rattrape des deux mains.

Si seulement j'avais un ami, pour jouer avec mes petits cailloux blancs...
Il me veut quoi le minus là? Il est pas plus grand que trois pommes, et il joue déjà les grands. Tssss, j'te jure.

Non merci, je ne souhaite pas me mélanger. Par contre, je veux bien jouer!


Un sourire? Peut être qu'il veut un sourire. Non, j'en donne pas de ça moi. La mine renfrognée, comme à mon habitude, je lui tend tout de même un petit cailloux blanc.


Gavroche le Mar 17 Nov - 11:15 a écrit:


Oh, l’autre, comme si j’lui demandais son avis.
Elle a vu ça dans quel bouquin, « Martine à la plage » ? Moi, j’donne dans L’Emile Louis joli.
Raaa, ces petits mollets touts blancs !!!
Elle me plait !!!!!
Dedieu, j’vais me la faire, là ! Sur le tronc d’arbre !!!

Bouge pas, j’arrive, le temps de me déculotter.
- Non.
Hein ?
- T’es sourd ? J’ai dit « non » !
Oh mais chier toi à la fin !!!
Je t’ai pas zappé tout à l’heure ?
Pfiiiiiiiit tu dégages !
- Ok, mais d’abord, tu promets d’être courtois avec la dame ?
Ouep, je promets. Maintenant tu dégages.
POUF plus là.

Courtois… ça veut dire qu’il faut plus que j’sois grossier ? J’en étais sur, j’me suis encore fait avoir.

Je m’approche donc, le pas léger, l’allure chevaleresque, mon arc magnifiquement posé sur mon épaule, élégant comme un paon, et fier tout comme lui, mais juste un peu, juste ce qu’il faut, une touche de douceur dans ce monde de brutes. Si l’air était malin, il soulèverait ce délicat parfum qui s’étiole de ma chevelure de prince charmant. Ok, un mini prince, mais un prince quand même !!

Je suis tout près d’elle, si près que je pourrais la renverser sur le tronc et la prendre comme un animal sauvage et…
Non !!!
Raaaaaaa merdeeeeeeee hein !!!
J’ai fauté ! Failli oublier les bonnes manières pour séduire la petite Louisette assise sur un tronc d’arbre. Rien qu’un merveilleux jeu de séduction.
N’empêche, j’ai la gaule.

« ‘jour mademoiselle aux jolis yeux ! »
Comme si je les avais regardé ses yeux.

« Je suis… je suis… «
Ah non ! Pas encore !

« Je suis Gaveroch !
Pour vous servir ! »
Et te culbuter comme un porc !!!!

« Vous cherchez un compagnon de jeu ? Permettez que je sois celui-ci et pour l’heure. »
Pfiiiou, jolie la tournure.
Rooo ptain j’ai la gaule !!!



Lili le Mar 17 Nov - 16:29 a écrit:



Merdouille.
D'habitude, les garçons ne veulent pas jouer avec les filles. Ils disent que les jeux sont nuls, qu'ils préfèrent la bagarre et les filles c'est nul à la bagarre. Mais c'est parce qu'ils ne connaissent pas. Je connais une prise secrète qui mettrait à terre un orc. Bon, je l'ai jamais testée en vrai, mais je suis sure et certaine que ça marcherait. Tout ça pour dire que j'aurais préféré qu'il continue son chemin.

Tu veux jouer à quoi? On peut faire une marelle, ou des ricochets, j'ai des petits cailloux bl...
Hé! J'vois que toi aussi t'as des cailloux plein les poches!


A voir la bosse qu'il trimbale dans son pantalon, forcément, il a des petits cailloux blancs. Il est comme moi, mon Walter et Gaud, mon pote mon frère mon ami, mon double avec un zizi à la place de la zouzette. Et là, c'est plus fort que moi. Je ne peux retenir ce sourire que je ne montre jamais, et ce regard plein d'amour qui venant des autres me donne la nausée. Pire encore, un excès de tendresse me jette dans ces bras. La totale. Bras autour du cou, tête posée sur son épaule, souffle calé sur le sien, reniflage de son odeur, tout.

Mais...

Tiens, ils sont étrange ces cailloux. Je les sens contre moi, et c'est pas comme d'habitude. Gardant mes bras autour de son cou, même si le regard tendre et le beau sourire ont disparu, je me trémousse, je me frotte, histoire de deviner, au "toucher", ce qu'il a dans la poche.

Mais qu'est ce que ça peut être?

C'est fin comme un petit baton. Mais c'est pas un baton, parce que ce n'est pas aussi dur qu'un baton. C'est pas un caillou tout long, parce qu'un caillou, c'est plus encore dur qu'un baton.
Attends...
C'est peut être...
Nooooon...
Si!
Je sais!
Mais comment il a fait?

Je me décolle finalement de Gaveroch, le visage illuminé.

Dis... Tu me fais gouter?

Les joues empourprées, je mélange mes doigts, tic trahissant ma gène.

La suite, si je la retrouve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://novlangue-city.forums-rpg.com

Maitre du jeu
Ecoutez ma voix...

avatar
Féminin
Age : 36
Mes RPs : Faux jumeaux
Désiré-Désirée

Fan Club RP : 10

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Promenons-nous sous la couette.   Mar 27 Juil 2010 - 9:57

Si tu ne la retrouves pas, on la réécrira Wink
Mais il me semble que Max intervient à ce moment là, juste avant qu'on se fasse censurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://za-bidouille.over-blog.fr/

Maitre du jeu
Ecoutez ma voix...

avatar
Fan Club RP : 34

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Promenons-nous sous la couette.   Mar 27 Juil 2010 - 10:54

Manque Matie aussi, et mon rp de fin, celui là j'aurais aimé y mettre la main dessus... tant pis, je suis trop bordélique Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://novlangue-city.forums-rpg.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Promenons-nous sous la couette.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenons-nous sous la couette.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: ♫ ♪♫ Jeux de mots et partitions ♫ ♪♪
[ Hors contexte ]
 :: Histoires libres [ Pour un instant d’écrire ]
-
Sauter vers: