AccueilNovlangue 2140FAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell)

Ambiance Blade Runer, The Island, Total Recall, et tant d'autres où les libertés sont étranglées...
Chut! Big Brother... La délation est l'arme des cafards...
Bienvenue dans notre Monde!

 

Partagez | 
 

 Aux portes de Novlangue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Masculin
Age : 35
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Aux portes de Novlangue   Lun 3 Jan 2011 - 2:28

Cela faisait des semaines et des semaines que je marchais à travers les montagnes, les plaines et marécages et tout ce qui pouvait entourer Novlangue.

Novlangue, j'avais tellement entendu parler de cette ville par le biais des cauchemars de ma grand-mère sans savoir à quoi elle pouvait ressembler ... et je dois avouer que même mes rêves les plus fous n'ont jamais été à la hauteur de cette immense porte devant laquelle je me tenais à l'instant.

Échapper au joug de cette vielle folle n'avait pas été une mince affaire, même me nourrir dans cette jungle hostile avait été plus simple. Les griffes des rats sont bien moins crochues que les siennes. Mais je préférais nettement me nourrir de la chair des Loupstick (j'ai toujours trouvé que çà ressemblait à des lapins qui auraient copulé à leurs heures perdues avec ce qu'on appelait autrefois des chiens, on veut même nous faire croire qu'il s'agissait des meilleurs amis de l'homme).

L'homme, maintenant est là, derrière ces deux portes. Je ne sais même pas à quoi il ressemble vraiment. il faut dire que le seul exemplaire que j'ai pu voir est la vielle personne qui m'a enfermé dans cette grotte pendant toutes ces années et durant ma récente liberté je n'ai même pas pu regarder mon reflet dans de quelconques flaques d'eau, tant la boue, les cendres et la poussière les rendaient insalubres, imbuvables et sans reflets. J'ai encore du mal à me dire que je ne sais pas à quoi je ressemble, cela me ramène à l'histoire qu'elle me racontait quelques fois. L'histoire d'un certain Platon une caverne. Des personnes y sont enfermées et enchainées, ne voyant que les ombres du Monde réel se réfleter sur les parois. Je me sens comme ces gens, je sais qu'on m'a toujours caché la vérité et que je n'ai vécu que dans des ombres.

Ces ombres floues sont maintenant de plus en plus nettes et me retrouver ici devant les portes de Novlangue éteint à tout jamais toutes ces chimères, je suis dans la réalité, je suis la réalité.

Il ne me reste plus qu'à pousser ces deux portes et me diriger là ou je le sentirai. Je veux encore faire confiance à ce sixième sens, à ce guide qui m'a conduit jusque ici et qui n'a pas finit de me faire découvrir les secrets de ces lieux.

Que vais-je découvrir en passant ces deux portes ?

Cette ville a t-elle un lien avec moi et le fait que j'ai été enfermé si loin d'elle ?

Mon destin ce dessine t-il maintenant ?

Eh bien je vais le savoir, je pousse ces deux portes et j'entre .......

_________________
[size=12]La vie est un rêve, c'est le réveil qui nous tue[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Valkyrie
Instrument de plaisir

avatar
Masculin
Age : 35
Fan Club RP : 0

Fichier Edvige ♫ ♪♪
<b>Particularité </b> Particularité :
Un peu d'histoire :

MessageSujet: Re: Aux portes de Novlangue   Lun 3 Jan 2011 - 19:04

L'air est vicié, la lumière absente, et je n'aperçois que le chaos et la destruction.

Alors Novlangue c'est çà ? Une vision apocalyptique ? Je comprend mieux dès lors, pourquoi cette ville peuplait les cauchemars et non les rêves de ma grand-mère.

Pourtant, derrière la brume, je peux deviner des édifices, des immeubles, à ma droite un escalier qui descend sous terre mais dont l'accès semble fermé par une grille bien étrange.

Moi qui m'attendais à me mêler dans une foule opaque et bruyante, je débarque dans un silence de mort et un vide interstellaire.

Ça sent le sel, les embruns, puis la pourriture et la mort. J'avance, regardant le sol à chaque endroit ou je place mes pieds, des gravats, des morceaux d'affiches desséchés, je peux deviner un slogan "Travailler, encore travailler, travailler toujours".

-"Ohé" ... aucune réponse, un ange de la mort est-il passé couvrir de ses ailes cette cité qui me faisait rêver ?

Je ne peux pas rester ici comme çà, je dois avancer, trouver une âme, même un cadavre me suffirait, il me donnerait l'illusion que je ne suis pas dans une ville fantôme, ou dans une ville dévastée par un tragique évènement. Pourtant c'est bien celà qui semble être arrivé.

Mes premiers pas à Novlangue ne sont pas ceux que j'attendais, mais maintenant que je suis là, que j'ai poussé ces deux portes je ne peux plus reculer, il y a bien un endroit ou je pourrai trouver quelqu'un et avoir une explication sur ce qui c'est passé. Peter regardes la bas, çà à bougé, si là-bas en contrebas de cette immense place, j'ai vu quelque chose.

En effet il y a quelque chose, plus j'avance et plus la brume se dissipe, c'est une énorme masse, en bois on dirait. Cela pourrai ressembler à un bateau, mais étrangement on le dirait à l'envers. Je peux maintenant en toucher la coque et suivre les stries du bois. On dirait de l'ébène, étrange toutes ces gravures et inscriptions.
A la lumière du soleil cette coque doit être somptueuse mais dans la sombre lumière qui m'entoure, cette coque est effrayante.

Tout en suivant les inscriptions je n'aperçois pas la forme humaine qui se sert de cette coque comme cachette ... mais j'entends désormais sa respiration, râle rapide mais que l'on tente de dissimuler. Je me rapproche je le sens, elle aussi.

J'aperçois une ouverture, je m'arrête et me voilà de nouveau dans le silence glacial.

Je me baisse, passe ma tête par une ouverture pour me retrouver face à ...

_________________
[size=12]La vie est un rêve, c'est le réveil qui nous tue[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aux portes de Novlangue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Novlangue est un univers totalitaire inspiré de 1984 (G Orwell) :: ♫ ♪♫ Jeux de mots et partitions ♫ ♪♪
[ Hors contexte ]
 :: Histoires libres [ Pour un instant d’écrire ]
-
Sauter vers: